Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 09:42
Frontenay : le jazz en jaune

Frontenay (Franche-Comté) : accroché au flanc de la montagne, son château (XIIe siècle) et ses terrasses accueillent l’amateur de jazz. En contrebas, l’église et son cimetière qu’ombrage une allée de tilleuls. L’écrivain Bernard Clavel y repose. Un havre de paix que ne trouble guère la musique du festival qui s’y déroule tous les deux ans. On excuse d’ailleurs bien volontiers ces vibrations de l’air que portent des vents capricieux.

Frontenay : le jazz en jaune

La musique du batteur Mourad Benhammou et de ses Jazzworkers s’ancre dans le hard bop des années 50 et 60, celui des Jazz Messengers d’Art Blakey. Les thèmes sont le plus souvent exposés à l’unisson par la trompette de Fabien Mary, le saxophone de David Sauzay. Au piano, Pierre Christophe fait des merveilles. Ses harmonies nourrissent la musique, lui donnent des couleurs rubicondes.

Frontenay : le jazz en jaune

Les vins de la région colorent ainsi les joues de ceux qui en abusent. Difficile de résister aux Côtes du Jura Tradition, assemblage heureux de chardonnay et de savagnin. Vieilli en fût de chêne six ans et trois mois, ce même savagnin donne le fameux vin jaune qui ne ressemble à aucun autre. Une bouteille de 62cl, le clavelin, en garde les arômes. Dans clavelin, il y a clave, instrument et rythmes adoptés par la musique afro-cubaine. Le vin jaune se marie fort bien avec le jazz. Sa robe cousine avec celle du soleil.

Frontenay : le jazz en jaune

Celle que porte Lou Tavano met en valeur sa jolie plastique. Lou se déplace avec aisance. Elle a fait du théâtre, sait capter l’attention du public, le soulève, le subjugue. Sa voix est fraîche et joliment timbrée. Elle a beaucoup chanté dans les clubs de jazz de la capitale et les festivals sont aujourd’hui nombreux à l’accueillir. Avec elle de jeunes musiciens : Arno de Casanove (trompette) et Maxime Berton (saxophones) pour mettre des couleurs sur une musique qui tend la main à d’autres genres que le jazz, Alexandre Perrot (contrebasse) et Ariel Tessier (batterie) pour lui donner du rythme. Les arrangements habiles de son pianiste et compagnon, Alexey Asantcheeff font ressortir leurs mélodies. Après “Lou Tavano Meets Alexey Asantcheeff”, un premier disque auto-produit, le Lou Tavano Sextet a terminé l’enregistrement d’un album pour ACT. Sortie prévue en janvier 2016.

Frontenay : le jazz en jaune

Nikki et Jules s’entendent pour que la fête commence. Nikki c’est Nicole Rochelle. Elle danse, se trémousse, arpente la scène comme une coureuse de marathon. Difficile de la prendre en photo avec mon vieux Kodak ! Jules c’est Julien Brunetaud. Petit, il est tombé dans la potion magique du boogie et du blues. Avec eux, Bruno Rousselet fait vrombir sa basse électrique et Julie Saury cravache sa batterie. Le swing n’a pas de secrets pour eux. Ils savent chauffer une salle, préparer le terrain à la vedette de la soirée, à Lucky Peterson qui a manqué son avion. Mais ses musiciens sont là, ceux qu’il utilise pour ses concerts européens, de fameux bûcherons dont les cognées chantent les notes lourdes d’un rock’n’roll qui n’est pas ma tasse de thé. J’attends prudemment à la buvette que le brouhaha s’estompe. On y trouve des breuvages beaucoup plus à mon goût. Des agapes qui se poursuivent en jaune tard dans la nuit chez le clan Petitot, Nicolas et son père Dominique. Avec Jean-Claude Pacaud, ils sont les âmes fortes d’un festival qu’il fait bon fréquenter.

Photos © Pierre de Chocqueuse. Clavelin de vin jaune © Photo X/D.R.

Frontenay : le jazz en jaune

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Vu et Entendu
commenter cet article

commentaires