Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 08:58
Importants petits riens jazzistiques et elfiques

Octobre : les jours raccourcissent, et les soirées, plus fraîches, incitent à la prudence. Le parisien cherche à oublier qu’octobre est aussi le mois des impôts, après ceux de septembre, avant ceux d’octobre. Vache à lait des hommes politiques qui lui font payer leurs folles dépenses, il se console devant les séries TV qui font florès et songe déjà aux nourritures plus riches qu’il aura cet hiver sur sa table : Potages de légumes, choucroutes garnies, petit salé aux lentilles, velouté de champignons, pot-au-feu, fondue savoyarde, d’innombrables plats qui aident à lutter contre le froid. Mais la nourriture de l’amateur de jazz est également sonore. Octobre est un mois plein de surprises et s’il lui reste quelque argent après toutes les taxes qu’on lui colle sur le dos, une pluie de concerts et de disques l’invite à la dépense.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

Prestation inoubliable sur un piano mal accordé de l’elfe Erroll Garner en trio avec Eddie Calhoun à la contrebasse et Denzil Best à la batterie, médiocrement enregistré sous le manteau le 19 septembre 1955 à Carmel, par un admirateur disposant d’un magnétophone de fortune, “Concert by the Sea”, disque d’or en 1958, devint vite le disque le plus apprécié et le plus célèbre du pianiste. Soixante ans plus tard, Columbia Legacy le réédite dans une édition comprenant une interview de Garner et de ses musiciens et onze morceaux totalement inédits, des versions éblouissantes de Night and Day, Sweet and Lovely, Lullaby of Birdland, Bernie’s Tune, S’Wonderful, Laura, du bon, rien que du très bon. Fabuleux lorsque l’on sait qu’Erroll Garner, autodidacte, ne savait pas lire la musique. Ce qui n’empêcha pas les pianistes modernes d’adopter ses conceptions harmoniques et rythmiques. Jouant la mélodie avec un léger retard sur une main gauche marquant les temps de l’accord, Garner provoquait un décalage rythmique générant un swing incomparable. Produit par la pianiste Geri Allen et l’ingénieur du son Steve Rosenthal, entièrement remasterisé et restauré à partir des bandes analogiques d'origine, “The Complete Concert by the Sea” (3 CDs) s’est refait une jeunesse et sonne comme vous ne l’avez jamais entendu.

Un festival de jazz qui programme du jazz, rien que du jazz, ce qui le distingue de tous les autres, c’est Jazz en Tête qui, chaque année en octobre, et depuis 28 ans, fait de Clermont-Ferrand la capitale du jazz. Sa 28ème édition se déroulera cette année du 20 au 24. Une semaine par an, refusant placebos et ersatz partout diffusés, Jazz en Tête défend un jazz de qualité « fidèle aux origines et ouvert aux musiciens de demain ».

Vivre au rythme du jazz, c’est ce que propose l’Association Paris Jazz Club. La 4ème édition du Festival Jazz sur Seine qu’elle organise, se tiendra du 9 au 24 octobre. Une vingtaine de clubs parmi lesquels le Sunset / Sunside, le Duc des Lombards, le New Morning, le Studio de l’Ermitage, le Triton, mais aussi le théâtre du Châtelet y sont associés. 120 concerts – dont ceux de Nicholas Payton, Carla Bley, Romain Pilon et les Melody Makers, des « concerts qui interpellent » – sont ainsi proposés à des tarifs avantageux (Le pass 3 concerts à 40€).

Vous avez payé vos impôts, vous venez de prendre un aller-retour pour Clermont-Ferrand, vous avez acheté le coffret Erroll Garner, mais s’il vous reste encore une poignée d’euros dans votre cochon-tirelire, octobre est encore un bon mois pour sortir, découvrir des musiques qui vous aideront peut-être à traverser l’hiver.

 

QUELQUES CONCERTS QUI INTERPELLENT

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Le 6 (20h30), le Gil Evans Paris Workshop retrouvera le Studio de l’Ermitage pour le premier des deux concerts qu’il y donnera cet automne. La formation y fêtera également son premier anniversaire. C’est en effet dans cette même salle, le 8 octobre 2014 qu’elle se produisit la première fois en public. Autour de Laurent Cugny aux claviers, de jeunes et talentueux musiciens pour célébrer Gil Evans, ses compositions et ses arrangements. Laurent joue également les siennes, des pièces inédites et d’autres plus anciennes naguère confiées à son Big Band Lumière et à l’Orchestre National de Jazz dont il assura la direction. Aujourd’hui seize musiciens créatifs donnent le meilleur d’eux-mêmes dans un répertoire d’exception. Comment peut-on les ignorer ?

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Le 12, dans le cadre de Jazz sur Seine, le guitariste Romain Pilon fêtera au Sunset la sortie de “The Magic Eyes”, son troisième album, son plus réussi. Avec lui deux saxophonistes américains qui comptent parmi les meilleurs : Ben Wendel et Walter Smith III, tous les deux au ténor. La rythmique sera bien sûr celle du disque, Yoni Zelnik (contrebasse) et Fred Pasqua (batterie), musiciens avec lesquels Romain a l’habitude de jouer. Financé par de généreux donateurs (Jazz&People est un label de jazz participatif), “The Magic Eyes” réunit en alternance des morceaux en trio et en quintette, des plages lyriques, singulières (The Oxygen Choices) à découvrir sans tarder.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Le Théâtre du Châtelet accueillera également le 12 (20h00) les Melody Makers, six musiciens qui ont enregistré chez ECM sous leur nom ou comme sideman et que rapproche un certain raffinement harmonique. Surtout connue comme chanteuse, Eliane Elias est aussi une pianiste émérite. Elle tient l’instrument dans deux disques ECM qu’a gravé Marc Johnson, son époux : “Shades of Jade” en 2004, et “Swept Away” en 2010. Le batteur en est Joey Baron. Il joue aussi dans “39 Steps”, le dernier album du guitariste John Abercrombie qui réunit Marc Copland au piano et Drew Gress à la contrebasse. Ils seront tous les six sur la scène du Châtelet pour constituer des duos, des trios, des quartettes, … Ne manquez pas ce concert événement.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Nicholas Payton au Duc des Lombards le 14 et le 15 (19h30 et 21h30) avec Vicente Archer (basse) et Carl Allen (batterie). Ses premiers disques pour Verve révèlent un trompettiste néo-orléanais jouant un jazz traditionnel. “Payton’s Place” (1998) le voit endosser des habits de bopper et changer de direction musicale. Mais c’est avec “Bitches” enregistré en 2009 et 2010, que la soul, le funk deviennent prépondérants dans sa musique. Délaissant son instrument, Payton adopte les claviers, chante, se transforme en homme orchestre. Il possède son propre label, Paytone Records, et vient de publier “Letters”, double CD de 26 morceaux salué par le pianiste Benny Green.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-« Plongée annuelle et profonde dans le jazz de chez jazz », la 28ème édition du Festival Jazz en Tête se déroulera cette année du 20 et le 24 octobre à Clermont-Ferrand. Déjà présent l’an dernier, plébiscité aujourd’hui dans tous les festivals, Cory Henry, claviériste virtuose, marie habilement, jazz, soul, funk et gospel et sera le 20 à Clermont. Le 21, Ron Carter, un des derniers géants de la contrebasse, rendra hommage à Miles Davis en reprenant des thèmes célèbres de son répertoire. Son quartette comprend une pianiste d’exception : Renee Rosnes. Deux têtes d’affiche le 22, Jeremy Pelt un habitué de Jazz en Tête – sa trompette souffle les notes d’un bop moderne et réjouissant –, et le très attendu « All Star Trio » de Jeff Ballard. Batteur de Brad Mehldau, musicien ouvert à toutes sortes d’aventures (on le trouve associé à de nombreux projets), Ballard innove au sein d’un trio qui mêle la guitare inventive et colorée de Lionel Loueke au saxophone ténor de Chris Cheek. Grande soirée également le 23 avec un jeune pianiste à découvrir sur scène, Sullivan Fortner, auteur d’un premier album qui vient de paraître sur le label Impulse ! À la tête de son Gipsy Project, le grand Bireli Lagrène enchantera les amateurs de guitare. La sienne chante mieux que beaucoup d’autres. Vous le constaterez par vous-même.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-La grande Carla Bley au New Morning le 21 avec Andy Sheppard (saxophones ténor et soprano) et le toujours fidèle Steve Swallow à la basse électrique. Pianiste modeste, la Dame compense aisément ses faiblesses techniques par ses nombreuses idées et pose de belles couleurs sur ses compositions. Swallow en fait constamment chanter les lignes mélodiques et Sheppard leur apporte un lyrisme non négligeable, souffle des notes d’une rare élégance. Ecoutez-le décliner la mélodie de Utviklingssang dans “Trios”, un disque ECM de 2013. Rien que du bonheur.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Les 20, 21 et 22 octobre, Jean-Marc Padovani investira la Chapelle des Lombards (19, rue de Lappe 75011 Paris) qui s’ouvre à nouveau au jazz avec un programme consacré aux compositions de Paul Motian. L’album s’intitule “Motian in Motian” et le saxophoniste en fêtera la sortie avec ses musiciens, Didier Malherbe au doudouk, Paul Brousseau aux claviers, Claude Tchamitchian à la contrebasse et Ramon Lopez à la batterie. On peut ne pas toujours adhérer aux arrangements, parfois très éloignés du jazz qu’appréciait et pratiquait Motian, mais le disque traduit l’enthousiasme de « Pado » et de ses complices.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Pour ceux qui ne peuvent se rendre à Clermont-Ferrand, Sullivan Fortner, nouvel espoir du piano découvert auprès de Roy Hargrove, se produira le 26 et le 27 au Duc des Lombards. Avec lui, les musiciens d’un quartette comprenant Tivon Pennicott aux saxophones, Aidan Caroll à la contrebasse et Joe Dyson à la batterie. On espère l’entendre jouer davantage que dans “Aria”, un premier album dans lequel il laisse beaucoup trop de place à son saxophoniste, les quelques plages enregistrées en trio révélant un pianiste très talentueux.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Ayant facilement rempli l’Olympia en juin, Melody Gardot y retourne les 26 et 27 octobre pour deux autres concerts. Avec elle, trois souffleurs, un clavier, un guitariste, un bassiste souvent à la basse électrique et un batteur. Au programme : “Currency of Man” qu’elle a fait paraître début juin et qui mêle avec bonheur jazz, soul, blues et gospel, ses magnifiques compositions se voyant superbement arrangées. Sur scène la chanteuse captive par son charisme. On aurait tort de la bouder.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Arnault Cuisinier au Sunside le 27 pour fêter la sortie de son nouvel album “Anima”. Le bassiste l’a enregistré avec Guillaume de Chassy au piano, Jean- Charles Richard au soprano et Fabrice Moreau à la batterie. Un disque plus réussi que le précédent grâce à l’interaction qui y règne. Jean-Charles et Guillaume se partagent des solos lyriques et pertinents. Fabrice colore et rythme la musique et Arnault assure le discret leadership de ce quartette à suivre.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Aaron Goldberg au Duc des Lombards les 29, 30 et 31 octobre avec Reuben Rogers à la contrebasse et Leon Parker à la batterie. Le pianiste a donné un magnifique concert au New Morning en février, interprétant des extraits de “The Now” publié l’an dernier, un recueil de compositions personnelles voisinent avec des standards du bop, des pièces sud-américaines et un morceau traditionnel haïtien. Aaron aime surprendre par ses relectures inattendues des grands standards de l’histoire du jazz, ses interprétations raffinées de morceaux oubliés, ses harmonies chatoyantes nourrissant son jazz moderne et raffiné.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Lizz Wright au New Morning le 30. Les noms des musiciens qui l’accompagnent ne nous ont pas été communiqué. Produit par Larry Klein (Madeleine Peyroux, Melody Gardot), “Freedom & Surrender”, son nouveau disque comprenant compositions originales (co-écrites avec Klein et David Batteau qui, en 1970, enregistra un album mémorable avec John Compton : “In California”) et reprises (To Love Somebody des Bee Gees, River Man de Nick Drake dans lequel intervient le trompettiste Till Brönner). Bénéficiant de très bons musiciens (Dean Parks et Jesse Harris aux guitares, Vinnie Colaiuta à la batterie), invitant Gregory Porter à partager avec elle une chanson, Lizz Wright mêle avec bonheur blues, funk, gospel, folk et country et réussit un album commercial qui n’en reste pas moins attachant.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Greg Osby & Vein le 31 au Sunside. On a un peu perdu de vue le saxophoniste ces dernières années. Ses disques Blue Note n’ont pas tous été bien distribués et ses derniers albums ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Associé à Vein, trio helvète comprenant Michael Arbenz au piano, Thomas Lähns à la contrebasse et de Florian Arbenz à la batterie, Greg Osby apporte une touche personnelle et bienvenue à leur musique, un jazz moderne dont l’écriture très contemporaine accorde une large place au groove.

Importants petits riens jazzistiques et elfiques

-Toujours le 31, mais au Sunset, David Patrois fêtera la parution de “Flux tendu” (Arts et Spectacles), disque dont j’aime beaucoup la pochette. Il faut aussi en découvrir la musique, conversation énergique entre trois instruments – saxophone soprano (baryton dans In Walked Bud), vibraphone ou marimba, et batterie – qui vont à l’essentiel, non sans lyrisme comme en témoigne les rares ballades d’un album qui associe précision et vitesse (l’acrobatique Flux Tendu), les tempos rapides étant souvent de mise dans ce trio sans contrebasse. Complices, David Patrois, Jean-Charles Richard et Luc Isenmann s’y révèlent particulièrement inventifs.

-Festival Jazz sur Seine : www.jazzsurseine.fr

-Festival Jazz en Tête (Clermont-Ferrand) : www.jazzentete.com

-Studio de l’Ermitage : www.studio-ermitage.com

-Sunset-Sunside : www.sunset-sunside.com

-Théâtre du Châtelet : www.chatelet-theatre.com

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-New Morning : www.newmorning.com

-Chapelle des Lombards : www.la-chapelle-des-lombards.com

-Olympia : www.olympiahall.com

 

Crédits Photos : “Concert by the Sea” © Michelle Magdalena Maddox / Columbia Legacy –  Romain Pilon Trio + © Pauline Pénicaud – Carla Bley Trio © Bill Strode – Sullivan Fortner © Loop Productions – Melody Gardot © Pierre de Chocqueuse – Aaron Goldberg © Philippe Marchin – Lizz Wright © Concord Records – David Patrois Trio © Gildas Boclé – Gil Evans Paris Workshop, The Melody Makers (Eliane Elias, Marc Johnson & John Abercrombie), Nicholas Payton, Jean-Marc Padovani Quintet, Arnault Cuisinier Quartet, Greg Osby & Vein © Photos X/D.R .

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires