Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 08:26
John TAYLOR : “2081” (Cam Jazz / Harmonia Mundi)
John TAYLOR : “2081” (Cam Jazz / Harmonia Mundi)

Commandée à John Taylor par la BBC Radio 3 pour le Cheltenham Jazz Festival, écrit pour un octette, mais enregistrée par un quartette à l’instrumentation inhabituelle – piano, voix, tuba, batterie –, la musique de ce disque est tout aussi originale qu’inattendue. Autour de John deux de ses fils : Alex, chargé des parties vocales et Leo de la batterie. Batteur du groupe The Invisible, ce dernier enveloppe les compositions du pianiste dans des rythmes binaires qu’il rend souples et légers. Rythmant également la partition, un tuba confié à Oren Marshall, un proche de la famille, assure les basses et, à l’instar d’un cor d’harmonie, prend plusieurs chorus mélodiques (l’introduction du morceau 2081 lui est également confiée). La musique est pourtant loin d’évoquer les débuts du jazz et ses fanfares. Au service d’une nouvelle de l’écrivain américain Kurt Vonnegut Jr. publiée en 1961 sous le titre d’Harrison Bergeron (Pauvre Surhomme en français), elle est même résolument contemporaine avec un piano qui privilégie les couleurs harmoniques, met en valeur les mélodies mélancoliques de John et les textes d’Alex, l’auteur du livret de cet opéra de poche inclassable, du jazz posé sur un mélange de folk-rock typiquement britannique. On pense aux bons groupes anglais des années 60 et 70, à Genesis (la mélodie superbe de Deer On The Moon que dévoile le piano associé au tuba) à Nick Drake aussi, lorsque la pop music était inventive et raffinée. Mais ici point de guitares. Le piano suffit à donner un écrin à la voix, à nourrir la musique, à la rendre touchante. Cet opus atypique témoigne de l’ouverture d’esprit de John Taylor et ne peut que nous faire regretter sa soudaine disparition.

John TAYLOR : “2081” (Cam Jazz / Harmonia Mundi)

Cam Jazz publie autour du 15 octobre un autre album de John Taylor en duo avec son vieux complice Kenny Wheeler disparu en septembre 2014. Les deux hommes l’enregistrèrent il y a plus de dix ans, en mars 2005. Sachant qu’il allait enfin paraître, le pianiste prit le temps de rédiger un texte un texte en la mémoire du trompettiste sous une forme épistolaire : « Ce fut pour moi un privilège de jouer avec toi et j’aurais aimé que tu puisses écouter la musique de ce disque avec moi ». J’aime à penser qu’ils font à nouveau de la musique ensemble, là haut, quelque part. “On the Way to Two” réunit dix morceaux, la plupart de Wheeler. Tour à tour véloce et tendre, ce dernier impose sa sonorité travaillée, son phrasé raffiné, un langage mélodique parfois sombre et soucieux. Une longue et émouvante version de A Flower is a Lovesome Thing (Billy Strayhorn) conclut cet opus plus conventionnel. Constamment à l’écoute de la trompette (ou du bugle), Taylor y joue un piano magnifique.

John TAYLOR : “2081” (Cam Jazz / Harmonia Mundi)

Photos : John, Alex, Leo Taylor & Oren Marshall © Andrea Boccalini

John Taylor & Kenny Wheeler © Peter Bastian

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires