Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 10:09
Bruno ANGELINI : “Leone Alone” (Illusions/www.illusionsmusic.fr)

Dans la longue chronique que j’ai consacrée en juin dernier dans ce blog à “Instant Sharings”, le disque précédent de Bruno Angelini également de cette année, j’ai raconté avoir découvert ce pianiste avec “Never Alone”, un opus en solo de 2006, relecture onirique de “The Newest Sound Around”, célèbre album co-signé par Jeanne Lee et Ran Blake, un autre pianiste que j’affectionne. “Never Alone”, jamais seul, car comment l’être avec un piano pour s’exprimer, faire partager sa musique, ses émotions. Bruno Angelini, je l’ai bien sûr rencontré lors de ses concerts, sur la péniche l’Improviste avec Philippe Le Baraillec son complice qui enseigne comme lui à la Bill Evans Piano Academy. Pour ce dernier, j’ai écrit les notes du livret de “Involved”, un disque de 2011 produit par Jean-Jacques Pussiau, un ami de longue date. Philippe Ghielmetti en est un aussi. C’est lui qui supervisa les séances de “Never Alone” et qui fit enregistrer à Bruno son premier disque. Nous nous sommes connus à Paris Jazz Corner lorsqu’il débutait l’aventure de Sketch Records. J’ai appris à l’apprécier, à l’aimer. Sa qualité d’écoute est exceptionnelle et lorsqu’il m’a remis il y a quelques mois une copie du master de “Leone Alone”, enregistré en solo à la Buissonne, me demandant de l’aider à le sortir, j’ai très vite accepté, enthousiasmé par la prise de son de Gérard de Haro, par le piano accordé par Alain Massonneau et bien sûr par la musique, découverte sur cette même péniche en juin 2013.

Bruno ANGELINI : “Leone Alone” (Illusions/www.illusionsmusic.fr)

Sauf à de rares moments (les plages 10 et 14 du CD), il faut prêter une oreille attentive pour reconnaître les musiques qu’Ennio Morricone composa pour “Giu La Testa” (“Il était une fois la révolution”) et “Il Buono, Il Brutto, Il Cattivo” (“Le bon, la brute et le truand”), deux films de Sergio Leone. Comme l’a très justement écrit Vincent Cotro dans Jazz Magazine, les films de Leone « leur matière sonore inépuisable » inspirent les solos de Bruno. Ce sont leurs images qu’il poétise dans des improvisations colorées, parfois minimalistes, tant la musique prend le temps de respirer, de s’étaler sans jamais envahir. De toute beauté, l’harmonie structure les notes que pose un toucher délicat et sensible. Quelques effets sonores, de discrètes boucles de Fender s’ajoutent parfois au piano, donnent un effet miroir à des grappes de notes cristallines. Les tempos sont lents, rêveurs, hypnotiques. « Arrangements et improvisations de Bruno Angelini » indique la pochette. Leone n’est plus seul. Bruno réinvente la musique de ses films, en donne des images sonores inoubliables. Ce disque, les amateurs de beau piano devraient tous l’adopter. Avec le temps…

Concert de sortie au Sunside, mercredi 18 novembre à 21h00. Une recréation inédite de C’era una volta il West (“Il était une fois dans l’Ouest”) constituera le programme du second set auquel participera le saxophoniste Francesco Bearzatti (ténor et clarinette).

 

CD disponible contre 15€ (port payé) sur www.illusionsmusic.fr

Sergio Leone, Photo X/D.R. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires