Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 09:35
Coffrets forts

Une sélection de coffrets pour les fêtes. Ceux consacrés à Joe Castro (“Lush Life”) et à Erroll Garner (“The Complete Concert by the Sea”) ont fait l’objet de papiers dans ce blog. Vous en retrouverez facilement les chroniques grâce à son moteur de recherche. Celle que je consacre à Brad Mehldau est beaucoup plus longue que mes brèves sur Weather Report, Duke Ellington et la compilation “Jazz From America On Vogue”, mais j’aime trop ces inédits du pianiste pour ne pas leur consacrer une étude. Ces chroniques sont les dernières de l’année avant mes « Chocs de l’année » et la mise en sommeil de ce blog jusqu’à la mi-janvier. Patience...

Brad MEHLDAU : “10 Years Solo Live” (Nonesuch / Warner)

Coffrets forts

Un cadeau inestimable pour les uns, une musique surchargée de notes et d’une portée limitée pour les autres, les avis semblent partagés sur ce coffret de 4 CD(s) renfermant 32 pièces en solo enregistrées sur dix ans. Après avoir réécouté 40 de ses concerts, Brad Mehldau en a conservé dix-neuf au sein desquels il en a extrait ses morceaux. Il les a alors placés dans un ordre précis afin d’organiser chaque disque comme une suite, chacun d'eux possédant sa thématique.

Intitulé “Dark / Light”, le premier fait alterner pièces sombres et moments de grâce. Dans un même morceau peut aussi cohabiter tension et détente, obscurité et lumière. And I Love Her, une délicieuse et célèbre mélodie de Lennon / McCartney bénéficie de l’harmonisation splendide de son refrain. Brad isole souvent une séquence, quelques notes d’un morceau. Il peut longuement les développer ou tout aussi bien choisir d’en jouer très simplement la mélodie pour nous en révéler la beauté. Après cinq bonnes minutes, And I Love Her se transforme. Le pianiste ajoute des notes, les multiplie, adopte un jeu dur, percussif. La main gauche fait tourner un motif mélodico-rythmique obsessionnel. La droite épuise le thème jusqu’au vertige, jusqu’à le liquéfier en nappes sonores longtemps grondantes.

Le programme du second disque reflète fidèlement un concert type de Brad Mehldau en 2010-2011. La version qu’en donne Tori Amos lui a donné envie de reprendre Smells Like Teen Spirit de Nirvana. Il en martèle les notes pour les rendre hypnotiques. Brad qui a baigné dans le rock des années 90 emprunte alors ses thèmes à Massive Attack (Teardrope), Stone Temple Pilots (Interstate Love Songs) et Radiohead, des groupes que l’amateur de jazz ne connaît pas toujours bien. Composé par les musiciens de Radiohead, Jigsaw Falling into Place trouve ainsi sa place dans le CD1. Quant à Knives Out, le pianiste nous en livre deux versions. Dans la première riche en appoggiatures, la mélodie émerge de basses profondes inépuisablement martelées. Plus concise, la seconde met à rude épreuve les doigts de sa main gauche qui assure les basses d’un ostinato destiné à accompagner la mélodie.

Coffrets forts

S’offrant quelques incursions dans le blues (This Here de Bobby Timmons), Brad repense aussi des standards (I’m Old Fashioned), convie John Coltrane et Thelonious Monk à nourrir son piano. Contenant des morceaux plus courts, les plus anciens de ce coffret, le CD3 offre des versions de Countdown, Think of One et Monk’s Mood. Le pianiste ajoute aussi à son répertoire éclectique des mélodies de la pop music des années 60 et 70. Outre Blackbird des Beatles qu’il joue souvent, Hey You un extrait de “The Wall”, un disque phare du Pink Floyd, inspire ses improvisations. Brad le charge de notes jusqu’à la démesure après en avoir fait chanter le thème.

Hey You est un des six morceaux de “E Minor / E Major”, le 4ème CD du coffret, des enregistrements de 2011 pour la plupart. L’“Intermezzo en mi mineur opus 119” de Johannes Brahms mis à part, les pièces sont longues et témoignent de l’imagination inventive du pianiste. Les flots de notes qui vont et viennent dans sa version admirable de La mémoire et la mer (Léo Ferré) donnée à Paris à la Cité de la Musique traduisent l’incessant roulis des vagues, le grondement de leurs flots tempétueux. Composée par The Verve et également crédité au tandem Jagger / Richards à la suite d’un long procès, l’hypnotique Bitter Sweet Symphony débouche sur une des plus belles mélodies de Ray Davies, le leader des Kinks, celle de Waterloo Sunset. Quant à God Only Knows, une des merveilles que Brian Wilson écrivit pour les Beach Boys, Brad lui confère une architecture sonore aussi grandiose que complexe. Car s’il a enregistré de remarquables morceaux en trio, c’est bien en solo, lorsqu’il est seul aux commandes de sa musique que Brad Mehldau, concertiste iconoclaste, romantique et fougueux, innove réellement. Une somme pianistique aussi essentielle que les “Sun Bear Concerts” de Keith Jarrett ? L’avenir le dira, mais plusieurs écoutes attentives me le font déjà penser.

WEATHER REPORT : “The Legendary Live Tapes : 1978-1981”

(Columbia Legacy / Sony Music)

Coffrets forts

Les admirateurs de Weather Report vont se réjouir de ces inédits enregistrés lors de concerts du groupe en quartette en 1978, en quintette en 1980 et 1981, Robert Thomas Jr. (percussions) ayant rejoint la formation. Outre Joe Zawinul (claviers) et Wayne Shorter (saxophones), Weather Report compte alors dans ses rangs Jaco Pastorius, qui donne ses lettres de noblesse à la basse électrique et un jeune batteur (24 ans en 1978) : Peter Erskine. C’est à lui que nous devons ce coffret. Il en a sélectionné les bandes et rédigé les textes du livret. Largement emprunté à “Black Marquet”, “Heavy Weather” et “Night Passage”, le répertoire de ces quatre CD(s) offre des versions souvent très différentes des morceaux réalisés en studio. Moins sophistiqué, le matériel thématique se voit ainsi transformé par l’énergie du groupe, les longs et flamboyants chorus de Shorter, la virtuosité et la musicalité de Pastorius alors au meilleur de sa forme.

Duke ELLINGTON : “The Columbia Studio Albums Collection 1959-1961”

(Columbia Legacy / Sony Music)

Coffrets forts

Bien enregistrées, les œuvres que Duke Ellington imagina pour Columbia comptent de nombreux chefs-d’œuvre. Après un premier coffret en 2012 couvrant la période 1951-1958, Sony Music en réédite un second. Dix CD(s) accompagnés d’un livret dont la lecture est beaucoup plus facile que les pattes de mouche du dos des pochettes originales qui ont été réduites. On y entend Ellington en trio avec Aaron Bell (contrebasse) et Sam Woodyard (batterie) dans le légendaire “Piano in the Foreground”, en moyenne formation dans une “Unknown Session” de 1960 qui ne vit le jour qu’en 1979. Mais le plus souvent, signant des pages fondamentales de l’histoire du jazz, le Duke dirige son grand orchestre au sein duquel officiaient alors Johnny Hodges (Saxophone alto), Paul Gonsalves (saxophone ténor) et Harry Carney (saxophone baryton). Outre la musique du film d’Otto Preminger “Anatomy of a Murder” (“Autopsie d’un meurtre”) et le fameux “First Time”, rencontre au sommet des formations d’Ellington et de Count Basie, ce coffret indispensable contient aussi “Ellington Jazz Party” disque dans lequel plusieurs percussionnistes s’ajoutent à l’orchestre et colorent magnifiquement sa musique.

“Jazz From America On Vogue” (Vogue / Sony Music)

Coffrets forts

Ce bel objet réunit en 20 CD(s) une quarantaine de disques publiés à l’origine par des labels américains. À l’exception des “New Orleans Memories” de Jelly Roll Morton qui fut édité en 30cm, les disques Vogue qui en possédaient les licences pour le marché français les publia en 25cm ou en 45 tours, mélangeant et compilant des enregistrements, s’autorisant des montages inédits afin de les faire découvrir à un large public. Les disques que contient ce coffret reflète le réel souci d’éclectisme de Vogue qui proposait sur son label du jazz classique avec des faces d’Art Tatum, de Sidney Bechet, Kid Ory ou de Meade Lux Lewis, mais aussi de jeunes boppers qui inventaient un autre jazz, à commencer par Charlie Parker (matériel d’origine Dial), mais aussi Miles Davis alors sous contrat avec Blue Note, comme l’étaient Bud Powell et Thelonious Monk présents dans cette sélection. Une licence passée avec les disques Pacific Jazz permit également à Vogue de faire connaître à l’amateur de jazz français Chet Baker et Gerry Mulligan dignes représentants d’un jazz West Coast émergeant. Souvent dessinées par Pierre Merlin, la reproduction des pochettes originales est l’autre attrait de ce coffret préparé par Daniel Richard et François Lê Xuân, coffret dont Alain Tercinet a rédigé les notes pertinentes d’un copieux livret de 52 pages.

Photos Brad Mehldau © Michael Wilson

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires