Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 09:47
Paul Bley, le moissonneur de jazz

Janvier : comment oublier qu’il y a un an déjà, des assassins ôtaient la vie à dix-sept personnes. Parmi-elles, Cabu régulièrement invité à la remise des Prix de l’Académie du Jazz, Cabu auquel cette même académie, quelques jours après sa mort, rendit un vibrant et sincère hommage. Si une année moins sanglante reste à souhaiter, 2016 commence plutôt mal avec l’annonce des décès de Michel Delpech (qui remit en janvier 2012 le très convoité Prix Django Reinhardt au guitariste Nguyên Lê), Natalie Cole, Paul Bley, Pierre Boulez et David Bowie.

 

C’est toutefois la disparition de Paul Bley le 3 janvier à l’âge de 83 ans qui interpelle l’amateur de jazz et l’amoureux de piano que je suis. Après Paul Motian, Charlie Haden, John Taylor, tous disparus il n’y a pas bien longtemps, c’est au tour de Paul Bley de tirer sa révérence, comme si une génération entière de jazzmen, celle qui a fait apprécier le jazz à la mienne, quittait la scène. Paul Bley, je l’ai découvert tardivement avec “Open, to Love”, l’un des premiers disques du catalogue ECM. Vint ma rencontre avec le trio que le pianiste partagea un temps avec Jimmy Giuffre et Steve Swallow. J’étais trop jeune en 1961 pour écouter leur groupe. Le disque m’en offrit l’opportunité à la fin des années 70, lorsque je mis la main sur des importations japonaises de “Fusion” et de “Thesis” (merci Daniel Richard), deux albums qu’ECM réédita plus tard en CD.

 

Je fis la connaissance de Paul Bley dans les années 80 alors que je rééditais le catalogue Vanguard chez Fnac Music Production. Le pianiste débarqua un après-midi sans rendez-vous à mon bureau, rue du Cherche-Midi, cherchant un distributeur pour IAI (Improvising Artists Incorporated), sa compagnie de disques, un catalogue riche de nombreuses bandes inédites, des enregistrements de sa propre musique qu’il peinait à voir publier. Tâche impossible pour une petite structure frileuse et désargentée qu‘était alors le département disque de la Fnac. Nous nous quittâmes avec regret, sur une chaleureuse poignée de main, pour nous retrouver au festival de jazz de Montréal, sa ville natale, en juillet 1989, lors d’un concert en trio de Charlie Haden dont Paul Motian était le batteur.

 

En pleine possession de son art, jouant comme personne des notes rêveuses et tendres qui souriaient au silence, mais peignant aussi des paysages abstraits abritant des accords martelés et sombres, Paul Bley, né le 10 novembre 1932, faisait chanter et respirer la musique en poète. C’est à l’initiative de Jean-Jacques Pussiau qu’il enregistra ses grands disques solo des années 90, “Homage to Carla” pour OWL Records en 1992, puis un des volumes du coffret “Jazz’n’(E)motion” pour BMG en 1997, le pianiste reprenant avec génie (le mot n’est pas trop fort) une poignée de standards associés à des films, une merveille enregistrée en deux petites heures. Il n’avait pas oublié le jazz de ses jeunes années, ses dialogues pianistiques avec Bill Evans dans “Jazz in the Space Age”, un disque de George Russell, sa séance de 1963 avec Coleman Hawkins et Sonny Rollins, l’incontournable “Sonny Meets Hawk !”. Il joue d’ailleurs Pent-Up House de Rollins dans “Play Blue”, un enregistrement live et en solo de 2008, son dernier publié, un monument ! Deux ans plus tard, il donnait, fatigué mais en état de grâce, son dernier concert à Paris à la Cité de la Musique.

 

C’est une autre salle parisienne qui accueillera le 8 février prochain l’Académie du Jazz. Cette vénérable institution soufflera avec tambours et trompettes ses soixante bougies lors d’un concert exceptionnel donné dans la grande salle du théâtre du Châtelet. Cette soirée ouverte au public rassemblera des lauréats du Prix Django Reinhardt au sein d’un octette, puis le Duke Orchestra sous la direction de Laurent Mignard accueillera des invités prestigieux, Jean-Luc Ponty et John Surman notamment. Les Prix 2015 y seront dévoilés. Mon édito de février sera bien sûr consacré à l’événement. Merci de ne pas l’oublier.

 

QUELQUES CONCERTS QUI INTERPELLENT   

Paul Bley, le moissonneur de jazz

-René Urtreger au Duc des Lombards le 18 et le 20 (deux concerts par soir à 19h30 et 21h30) dans le cadre du festival « French Quarter ! » dont il est le parrain. Avec lui, les membres de son trio habituel, Yves Torchinsky à la contrebasse et Eric Dervieu à la batterie. On a pu juger de la grande forme du pianiste au Sunset l’été dernier. En pleine possession de ses moyens, René ne cesse de surprendre par la jeunesse et la tonicité de son piano. Pianiste d’un octette rassemblant des lauréats du Prix Django Reinhardt, il sera sur la scène du théâtre du Châtelet le 8 février pour fêter le 60ème anniversaire de l’Académie du Jazz.

Paul Bley, le moissonneur de jazz

-Antonio Faraò au Sunside les 22 et 23 janvier avec Olivier Temime (saxophone ténor), Sylvain Romano (contrebasse) et Laurent Robin (batterie). Le pianiste nous a offert un des bons disques de 2015. Enregistré avec ses musiciens italiens, “Boundaries” (Verve / Universal) séduit par un jazz souvent modal qui évoque parfois le second quintette de Miles Davis, lorsque Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams inventaient avec lui sa musique. Antonio Faraò possède un beau toucher. Son phrasé est fluide, élégant. S’il peut se montrer énergique, attaquer ses notes avec agressivité, donner swing et intensité à ses notes, il aime harmoniser les morceaux qu’il interprète, mettre en valeur leur ligne mélodique qu’il se plaît à fêter.

Paul Bley, le moissonneur de jazz

-Le 26 janvier au New Morning, le bassiste Michel Benita présentera “River Silver son nouvel enregistrement ECM, une suite de paysages, une musique atmosphérique à l’instrumentation insolite. Michel nous y a habitué. Rassemblant Mieko Miyazaki au koto, Matthieu Michel au bugle, Eivind Aarset à la guitare et Philippe Garcia aux percussions, son groupe Ethics emprunte au jazz certaines sonorités mais point la musique, le groupe préférant inventer la sienne, planante et onirique. Après un précédent disque sur Zig Zag Territoires en 2010, cette formation pas comme les autres confirme qu’elle fait partie des grandes.

Paul Bley, le moissonneur de jazz

-Manuel Rocheman en trio au Sunside le 27 avec Mathias Allamane à la contrebasse et Matthieu Chazarenc à la batterie, musiciens avec lesquels il a enregistré en 2009 “The Touch of Your Lips, un hommage à Bill Evans dont l’écoute a transformé sa musique, Manuel tempérant sa virtuosité, laissant parler son cœur dans des lignes mélodiques aux couleurs chatoyantes, sa technique se faisant oublier derrière la fluidité du langage pianistique. Un nouvel album est prévu avec eux en avril sur Bonsaï Music. Intitulé “misTeRIO, il renferme de nouvelles compositions que les amateurs du pianiste auront la primeur d’écouter au Sunside.

Paul Bley, le moissonneur de jazz

-À l’occasion de la sortie de “What Was Said”, un disque enregistré à Oslo en avril 2015 pour ECM, le pianiste Tord Gustavsen retrouve le Sunside pour quatre concerts exceptionnels le 30 et le 31 (20h00 et 22h00 le samedi ; 18h00 et 20h30 le dimanche). Consacré à la musique liturgique norvégienne qui depuis toujours nourrit sa musique, ce nouveau projet le voit associé à Simin Tander, une chanteuse afghano-allemande, et à Jarle Vespestad, son batteur habituel. B. Hamsaaya, un poète afghan, a collaboré aux textes que l’on doit également au mystique persan Jalal al-Din Rumi et au poète américain Kenneth Rexroth. Des textes que Simin Tander chante aussi en anglais. Si la musique de l’album n’est pas vraiment du jazz, les admirateurs de Tord Gustavsen retrouveront son piano contemplatif et inspiré, ses notes peu nombreuses dont le pouvoir de séduction reste plus grand que jamais.

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-Sunset-Sunside : www.sunset-sunside.com

-New Morning : www.newmorning.com

 

Crédits Photos : Paul Bley © photo X/D.R.René Urtreger © Philippe Marchin – Antonio Faraò © Andrea Boccalini – Michel Benita Ethics © Dániel Vass / ECM Records – Manuel Rocheman Trio © Karine Mahiout – Jarle Vespestad, Simin Tander, Tord Gustavsen © Hans Fredrick Asbjørnsen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires