Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 09:11
Tandem chic pour big band choc

Thad JONES / Mel LEWIS Orchestra : “All My Yesterdays”

(Resonance Records / Socadisc)

1966 : chargé des programmes de jazz de WKCR-FM, la station de radio de la Columbia University de Manhattan, George Klabin, 19 ans, aujourd’hui Président des disques Resonance, est aussi un ingénieur du son amateur. Fréquentant les clubs de New York et de ses environs, il enregistre les concerts auxquels il assiste et avec la permission des musiciens, les diffuse lors de ses émissions. Le jeune homme s’est lié d’amitié avec Alan Grant qui possède une émission journalière sur WABC-FM, une grosse radio new yorkaise, et apprécie son travail. Grant le contactera à deux reprises (7 février et 21 mars 1966) pour qu’il enregistre au Village Vanguard les premiers concerts du nouvel orchestre de Thad Jones & Mel Lewis dans le but d’intéresser une maison de disque.

 

Édité à l’occasion du 50ème anniversaire de la naissance de l’orchestre, “All My Yesterdays” (Resonance Records), un coffret de 2 CD(s), le second, 77 minutes environ, étant beaucoup plus long que le premier, réunit enfin la totalité exploitable de ces concerts (une édition pirate très incomplète en existait). Un copieux livret de 88 pages renfermant des interviews des survivants de l’orchestre et illustré de nombreuses photos l’accompagne. Préfacé par Zev Feldman (Executif Vice Président et General Manager de Resonance) et George Klabin, il contient également une étude sur les débuts de l’orchestre par Chris Smith, une interview de Jim McNeely qui rejoignit la formation en 1978.

Tandem chic pour big band choc

Le 7 février 1966, un lundi, George Klabin installe donc son matériel au Vanguard, un matériel léger mais d’excellente qualité, et occupe deux petites tables proches de la scène. Il dispose de six micros (Neumann U67, Beyer, AKG et Electro Voice), un pour chaque section (trombones, trompettes et saxophones), un pour la contrebasse, et le dernier pour Thad Jones qui fait face à l’orchestre, le dirige et prend quelques solos. Un magnétophone 2 pistes stéréo et une table de mixage complètent son « studio mobile » avec lequel il enregistre pour la première fois un big band de 18 musiciens.

Tandem chic pour big band choc

Trompettiste chez Count Basie de 1954 à 1963, Thad Jones l’a alors quitté pour jouer avec George Russell et intégrer le Concert Jazz Band de Gerry Mulligan. A la dissolution de ce dernier en 1964, il monte un quintette avec Pepper Adams et travaille pour les studios jusqu’à ce que Basie le contacte en 1965 pour lui confier le répertoire de son prochain album. Thad qui a souvent écrit des arrangements pour son orchestre lui propose alors des morceaux plus ambitieux : The Second Race, The Little Pixie, Low Down, Big Dipper, Back Bone, All My Yesterdays mais aussi Ah, That’s Freedom que son frère Hank à composé. Basie les essaye mais les refuse : trop compliqués, trop modernes et atypiques pour son big band. Pour les jouer, il s’associe avec Mel Lewis, le batteur du Concert Jazz Band (il fut aussi le batteur de Stan Kenton, Woody Herman et Benny Goodman) qui depuis longtemps souhaite créer son ensemble. Recruter des musiciens n’est pas un problème mais ils font souvent partie de plusieurs formations ce qui complique les répétitions et nécessite des remplaçants. Ces dernières débutent en décembre 1965 aux Studios A & R. Le Thad Jones / Mel Lewis Orchestra vient de naître.

Tandem chic pour big band choc

Le lundi 7 février, Thad Jones et Mel Lewis portent donc leur formation sur les fonts baptismaux. Le monde du jazz en émoi connaît déjà son existence et pour son tout premier concert le Village Vanguard affiche complet. George Klabin ne perd rien de la musique. L’absence de balance l’oblige à régler le volume de son magnétophone au cours des premiers morceaux. Heureusement, il y a deux sets et les compositions vont être jouées deux fois. 75 % de ce qu’il enregistre est ainsi exploitable. Le son est même étonnamment bon. Il sera meilleur encore le 21 mars. L’orchestre a besoin de davantage de matériel et Thad pense qu’il peut encore mieux jouer. Pour ce concert, Klabin installe quatre autres micros et apporte une seconde table de mixage. La batterie a désormais son propre microphone. Klabin connaît les arrangements et sait quand débute les solos ce qui lui permet aussi de mieux enregistrer la musique.

Mais qu’a-t-il de différent des autres cet orchestre ? Il réunit des jeunes – Jimmy Owens, Danny Stiles, Joe Farrell, Garnett Brown, Eddie Daniels –, des moins jeunes plus expérimentés – Snooky Young, Bill Berry, Jimmy Nottingham, Jerome Richardson, Jerry Dodgion, Pepper Adams, Marv « Doc » Holladay, Bob Brookmeyer, Jack Rains, Hank Jones, Sam Herman, Richard Davis –, des chrétiens et des juifs, des blancs et des noirs, ce qui est encore inhabituel à cette époque en Amérique. La musique qu’il propose est surtout beaucoup plus moderne que celle de la plupart des big band de l’époque.

Tandem chic pour big band choc

Au sein d’un même morceau, le Thad Jones / Mel Lewis Orchestra peut se transformer en trio, quartette, octette s’il est rejoint par une des sections, ou en une formation plus importante. Thad qui le dirige avec les mains, peut décider l’accélération d’un tempo, de changer un morceau en cours d’exécution, la musique, constamment « in progress » n‘étant jamais figée. Son étonnante vitalité, son groove, sa flexibilité éclatent dans ce répertoire sophistiqué que les musiciens n’ont découvert que quelques jours avant ces enregistrements. Le trompettiste essaye ses arrangements, en confie les solos aux musiciens qu’il estime les plus aptes à les jouer. Ils peuvent étirer une simple ligne de blues ou jouer ensemble des intervalles inhabituels, des lignes mélodiques compliquées. Obéissant aux ordres et dirigés par signes, ils alternent souplesse et rigueur au sein d’un vrai travail d’équipe. Co-leader de la formation, Mel Lewis fait de même. Il observe scrupuleusement les tempos demandés, réagit très vite au besoin d’autres rythmes, prend ici un solo dans Back Bone et Once Around et adapte son jeu à la taille de l’orchestre. Batteur puissant, il sait aussi tempérer le flux sonore, mettre en valeur, les sections, les instruments qu’il est chargé d’accompagner. Mel entend tout et donne puissance et finesse à un big band qui est aussi le sien.

Le matériel thématique comprend donc de nombreuses compositions de Thad Jones. De celles que le trompettiste destinait à Basie, The Second Race sera intégré plus tardivement au répertoire. Les autres, dont le fameux The Little Pixie, sont bien sûr joués ici. Morceau oh combien associé à la formation, il contient de longs chorus de Hank Jones, de Jerome Richardson (à l’alto), mais aussi de Thad qui phrase avec élégance, sculpte chacune de ses notes – il le fait aussi dans Low Down dont il est le seul soliste –, et réaffirme quel grand instrumentiste il était. Repris par toutes les sections, Big Dipper, une sorte de blues à rallonge (ses dix premières mesures en relèvent) dans lequel Jimmy Nottingham assure la trompette solo, sonne magnifiquement, et All My Yesterdays brille par l’orchestration somptueuse qui l’habille.

Tandem chic pour big band choc

Ces morceaux ne figurent pas dans “Presenting Thad Jones / Mel Lewis & The Jazz Orchestra”, premier disque que la formation enregistre en studio les 4, 5 et 6 mai 1966 pour le label Solid States. Thad préfère y inclure Don’t Ever Leave Me, le vitaminé Once Around dans lequel le baryton de Pepper Adams entretient la tension, Willow Weep For Me (l’arrangement est de Bob Brookmeyer) et Mean What You Say introduit par le piano élégant de Hank Jones et suivi par un chorus ébouriffant de Thad. Ces thèmes, les musiciens semblent les avoir parfaitement assimilés au Vanguard le 21 mars. The Little Pixie, Ah, That’s Freedom et les autres morceaux que joue l’orchestre – le drolatique Mornin’ Reverend au sein duquel une cloche à vache marque le tempo, Lover Man arrangé par Joe Farrell qui prend ici un chorus de ténor inoubliable – nous seront révélés par l’enregistrement que Phil Ramone, l’ingénieur du son des premiers albums Solid State de la formation, en fera dans ce même club le 28 avril 1967. A cette date, le Thad Jones / Mel Lewis Orchestra fait partie de l’histoire.

Tandem chic pour big band choc

Notes

-Lors du concert du 21 mars, Pepper Adams remplace Marv « Doc » Holladay au baryton ; Snooky Young indisponible, Dany Stiles prend sa place dans les trompettes et Tom McIntosh occupe le siège de Bob Brookmeyer chez les trombones.

 

-Thad Jones quitta la formation en 1978 pour s’installer à Copenhague. Rebaptisé The Mel Lewis Orchestra, l’orchestre continua à se produire au Village Vanguard tous les lundis sous la direction du batteur. Mel Lewis disparut en 1990, quatre ans après Thad Jones. Le Vanguard Jazz Orchestra lui succéda. Il perpétue le souvenir du Thad Jones / Mel Lewis Orchestra en se produisant tous les lundis dans le club new-yorkais.

 

-En France, le Vintage Orchestra, formation de seize musiciens que dirige le saxophoniste Dominique Mandin, reprend les arrangements que Thad Jones écrivit pour son orchestre. Depuis février 2015, il se produit une fois par mois au Sunside / Sunset. Prochain concert le 13 juin au Sunset.

 

PHOTOS : Chuck Stewart – Raymond Ross Archives  / CTS Images – Ray Avery / CTS Images.

Partager cet article

Repost0

commentaires