Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 09:26
René Marie : “Sound of Red” (Motéma / Harmonia Mundi)

Moins populaire mais oh combien plus talentueuse que Lisa Simone ou China Moses (les filles de…), René Marie n’en reste pas moins l’une des grandes chanteuses de jazz de la grande Amérique. En France, l’Académie du Jazz a eu du flair en lui décernant en 2002, le Prix du Jazz vocal pour “Vertigo” (MaxJazz), un disque enregistré par une parfaite inconnue mais au sein duquel officient Chris Potter au saxophone ténor, Mulgrew Miller au piano, Robert Hurst à la contrebasse et Jeff « Tain » Watts à la batterie.

René Marie : “Sound of Red” (Motéma / Harmonia Mundi)

Née en 1955 et mariée à dix-huit ans, René Marie Stevens entreprit tardivement une carrière musicale. Longtemps employée de banque, elle éleva ses deux enfants avant de choisir la musique dans la seconde moitié des années 90. Malgré l’opposition de son mari dont elle va bientôt divorcer, elle abandonne son travail, s’installe à Richmond (Virginie) et décroche le premier rôle dans un spectacle consacré à Ella Fitzgerald. Elle a 42 ans, chante, fait du théâtre, compose et arrange ses propres morceaux. Ses activités s’étendront progressivement à l’enseignement du chant, René animant à partir de 2010 des groupes de thérapie vocale. Le label MaxJazz a publié son premier disque officiel en 2000. Trois autres ont suivi, tous d’excellente facture, la révélation d’une grande chanteuse. Signée en 2011 par le label Motéma, René va ajouter quatre albums à sa discographie, “I Wanna Be Evil” consacré au répertoire d’Eartha Kitt (et nominé aux Grammy Awards américains) manquant de peu le Prix du Jazz Vocal 2013 de l’Académie du Jazz. Elle s’est produite par deux fois au Duc des Lombards (en novembre 2013 et en octobre 2014) subjuguant le public du club par la spontanéité et le professionnalisme d’un jeu de scène félin et mobile, par sa voix chaude et sensuelle, son sourire irrésistible.

René Marie : “Sound of Red” (Motéma / Harmonia Mundi)

René Marie chante du jazz mais aussi d’autres musiques, ses racines musicales la portant vers la soul, le blues, le gospel et le folk et à sortir de sentiers trop battus – elle n’a pas hésité à inclure dans son répertoire White Rabbit du Jefferson Airplane et Hard Days Night des Beatles, des groupes honnis par les puristes du jazz. Dans “Sound of Red”, un disque largement autobiographique dont elle a écrit toutes les chansons, tous ces genres cohabitent sans qu’un quelconque manque d’unité soit à déplorer. Sa cohésion provient des arrangements de René et des musiciens qui l’entourent. On retrouve auprès d'elle le bassiste Elias Bailey et le batteur Quentin E. Baxter, ce dernier déjà présent dans “Serene Renegade”, un disque MaxJazz de 2004 et coproducteur avec René du présent album. Si Kevin Bales, son pianiste habituel, est longuement remercié dans le livret pour son inspiration, sa musicalité et son amitié, l’instrument est ici confié à John Chin. Né à Séoul, ce dernier s’est installé à New York après de solides études en Californie, au Texas, à la Rutgers University (il y étudia avec Kenny Barron) et à la Juilliard School. La place que tient le piano est loin ici d’être négligeable. Chin improvise abondamment dans If You Were Mine et dans Lost, une longue pièce en quartette, il est le principal interlocuteur de la chanteuse et dialogue avec elle, cette dernière improvisant avec l’orchestre un scat inattendu. C’est toutefois Many Years Ago, une ballade dans laquelle il économise ses notes, et Go Home, un simple duo piano / voix, le morceau le plus émouvant de l’album, qui révèlent pleinement sa sensibilité harmonique.

René Marie : “Sound of Red” (Motéma / Harmonia Mundi)

Confié au trompettiste Etienne Charles déjà présent dans “I Wanna Be Evil”, l’arrangement des cuivres de If You Were Mine fait appel à deux autres souffleurs, Michael Dease au trombone et Diego Rivera au saxophone ténor. Car René Marie multiplie ici les combinaisons instrumentales. Dans Sound of Red qui prête son titre à l’album, Sherman Irby s’ajoute à la section rythmique et nous gratifie d’un chorus de saxophone alto. La guitare de Romero Lubambo ajoute de chaudes couleurs méditerranéennes à Certaldo, une ville italienne que la chanteuse célèbre également en quintette. This is (not) a Protest Song aborde la dure condition de sans-abri qui affecta sa propre famille dans sa jeunesse. C’est avec Blessing l’un des deux gospels de cet enregistrement. Une deuxième voix, celle de Shayla Steele, assure les chœurs. Qu’elle s’amuse à siffler un couplet de Colorado River Song, ou qu’elle chante avec elle-même en re-recording dans Stronger Than You Think, René Marie ensorcelle dans cet opus, son onzième, le plus personnel de sa discographie, l’un des meilleurs albums de jazz vocal publié cette année.

Photos © John Abbott

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires