Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 10:10
Été meurtrier

Drôle de rentrée : cet été, quelques grands noms du jazz ont rejoint les étoiles, tiré leur révérence à ce bas-monde en ébullition. Leurs sorties – leurs toutes dernières, hélas! – pèsent lourd dans un paysage jazzistique de plus en plus diversifié, de plus en plus désertifié. Bobby Hutcherson décédé le 15 août, Louis Smith le 20, Toots Thielmans le 22, étaient irremplaçables. Avec eux disparaît un peu de la mémoire du jazz, une musique aux profondes racines dont l’histoire peu à peu s’estompe, se brouille, une époque où le jazz ressemblait encore à du jazz. Tous partis à des âges respectables après nous avoir beaucoup donné : 75 ans pour le vibraphoniste, 85 pour Smith trompettiste trop méconnu, 94 pour Toots dont on n’est pas prêt d’oublier l’harmonica dans “Affinity”, un des chefs-d’œuvre de Bill Evans. Ajoutons à cette liste André Clergeat, coauteur du Dictionnaire du Jazz et membre fondateur de l’Académie du Jazz, disparu le 23 juillet à 89 ans ; Rudy Van Gelder le sorcier d’Hackensack, parti le 25 août, fermement décidé à 91 ans de poursuivre là haut ses enregistrements. La veille, l’écrivain Michel Butor, 89 ans, s’éteignait. Je l’entends encore réciter ses poèmes sur la scène du Réservoir, une salle de la rue de la Forge Royale, en novembre 2012, Marc Copland les colorant de notes tintinnabulantes, d’harmonies féériques. Leur disque qui s’intitule “Le long de la plage” me le fait beaucoup regretter.

 

Malgré toutes ces sorties, c’est la rentrée avec comme chaque année l’incontournable festival de Jazz à la Villette (du 30 août au 11 septembre) et les Trophées du Sunside du 5 au 7 septembre, l’occasion de découvrir de jeunes et talentueux musiciens qui demain peut-être assureront la relève. Les disques aussi font leur rentrée. ECM fait paraître un nouveau disque du pianiste Giovanni Guidi en quartette. Un coffret Keith Jarrett est prévu en octobre. Intitulé “A Multitude of Angels”, il réunit en 4 CD des concerts donnés en 1996 à Modène, Ferrare, Turin et Gênes. Les nouveaux albums de Jacky Terrasson / Stéphane Belmondo, de John Scofield et un inédit du Liberation Music Orchestra de Charlie Haden sont attendus sur Impulse. Steps, le groupe du vibraphoniste Mike Mainieri bénéficie du WDR Big Band de Cologne dans un enregistrement époustouflant et dans “Riddles”, associé au pianiste Ray Lema, Laurent De Wilde tricote des rythmes subtropicaux. Pas de doute, l’automne sera très chaud.

 

QUELQUES CONCERTS QUI INTERPELLENT

Été meurtrier

-Dans le cadre du festival Jazz à la Villette, la Cité de la Musique fêtera le 2 juillet les 30 ans de l’Orchestre National de Jazz en présence des chefs qui l’ont dirigé depuis 1986, François Jeanneau, Antoine Hervé, Claude Barthélemy, Denis Badault, Laurent Cugny, Didier Levallet, Paolo Damiani, Franck Tortiller, Daniel Yvinec et Olivier Benoit. Après une première partie consacrée à la suite orchestrale “Europa Berlin”, l’ONJ aujourd’hui confié à Olivier Benoit reprendra onze morceaux puisés dans le répertoire des formations précédentes, Elise Caron et Yael Naim se chargeant des parties vocales. Il sera accompagné de dix musiciens, élèves ou anciens élèves du CNSM de Paris et de la Norges Musikkhøgskole, l’Académie Norvégienne de Musique.

Été meurtrier

-Baptiste Herbin au Sunside le 2 et le 3. Avec lui deux des musiciens de “Brother Stoon”, un disque que je préfère à “Interférences”, son second album, à savoir Pierre de Bethmann au piano et Sylvain Romano à la contrebasse. Le batteur Rémi Vignolo complète le quartette du saxophoniste que l’on croise souvent rue des Lombards avec ses instruments (alto et soprano). Car, Baptiste aime les rencontres imprévues, les musiques qui s’improvisent dans le feu de l’action. Il n’hésite jamais à faire le bœuf avec les musiciens qu’il croise et apprécie. Son retour au Sunside est à suivre de près.

Été meurtrier

-Sous l’intitulé Under the Radar, Jazz à la Villette assure un « off » dans différentes salles de la capitale. Le Studio de l’Ermitage accueille ainsi le 4 à partir de 17h00 le Régis Huby Quartet Régis Huby (violon et électronique), Marc Ducret (guitare), Bruno Angelini (piano, Fender Rhodes), Michele Rabbia (percussions, électronique) – puis en duo les pianistes Stephan Oliva et François Raulin qui viennent de sortir un nouvel opus sur le label Abalone. Disque hommage à quelque unes de leurs « figures » inspiratrices, “Correspondance” est un grand coup de chapeau à Martial Solal, György Ligeti, Randy Weston, Henri Dutilleux, Paul Bley, Colon Nancarrow et quelques autres. Un disque parfois difficile mais qui recèle bien des surprises, l’inattendu étant souvent convié dans cet enregistrement plein de couleurs et de fantaisie.

Été meurtrier

-Tête d’affiche de cette édition 2016 du festival Jazz à la Villette, le pianiste Chick Corea se produira en duo avec Gary Burton au vibraphone le 4 à la grande halle (17h00), le quartet Flash Pig se chargeant de leur première partie, et retrouvera le 5 à la Philharmonie (20h00) le bassiste Avishai Cohen qui fut membre de son New Trio en 2001, l’excellent batteur Marcus Gilmore rythmant leurs retrouvailles. Écoutez ou réécoutez “Past, Present & Futures” enregistré cette année-là avec Jeff Ballard à la batterie. Avishai Cohen n’a pas encore enregistré les disques insipides qui lui ont apporté la notoriété. Avec Chick, il invente de solides lignes de basse et enrichit avec bonheur les compositions du pianiste. On attend beaucoup de cette rencontre. Souhaitons-la prometteuse.

Été meurtrier

-Le Gustave Reichert Project, Nefertiti, Steak, le PMC Quintet, les formations de Julien Marga, de Laura David, Maxime Berton, Pierre Marcus et le trio EYM sont au programme de la 16ème édition des Trophées du Sunside, du 5 au 7 septembre inclus, trois chaudes soirées musicales pendant lesquelles l’entrée sera libre et les consommations obligatoires. Qui remportera cette année le Prix de Groupe, celui de Soliste et de Composition ? Avant eux des groupes, des musiciens alors inconnus gagnèrent cette compétition. Yaron Herman, Leila Olivesi, Scott & Tony Tixier, Fiona Monbet et Chloé Cailleton lui doivent le démarrage de leur carrière.

Été meurtrier

-Le 6, dans la grande halle de La Villette, le pianiste cubain Chucho Valdés fera revivre la musique d’Irakere (Jungle en Yoruba), formation qu’il mit sur pied en 1973 et avec laquelle il rénova la musique cubaine, par l’introduction de nouveaux rythmes. Avec lui, une formation comprenant trois trompettistes, trois saxophonistes avec Kenny Garrett spécialement invité pour ce concert, un bassiste, un batteur, et deux percussionnistes, l’un d’entre eux, Dreiser Durruthy Bombalé assurant également les parties vocales. Outre les morceaux emblématiques d’Irakere (Bacalao Con Pan, Misa Negra), Chucho proposera des compositions plus récentes et des « classiques » de la musique cubaine (Tabú, Los Caminos), morceaux que l’on peut découvrir dans son dernier album, “Tribute to Irakere (Jazz Village), enregistré live à Marciac en août 2015.

Été meurtrier

-Un double plateau le 7 à la Cité de la Musique. Jacky Terrasson retrouve son complice Stéphane Belmondo, histoire de fêter la sortie de l’album qu’ils ont enregistré en duo pour le label Impulse ! “Mother”, une composition que Jacky a déjà enregistrée avec Stéphane en 2012, l’un des plus beaux morceaux de “Gouache”, donne son nom à ce nouvel album. Stéphane y joue davantage de trompette que de bugle. Jacky accompagne, son piano se faisant rêveur ou mélancolique, puissant et énergique selon les besoins d’un répertoire mêlant standards et compositions originales. En quartette avec Yonathan Avishai (piano), Barak Mori (contrebasse) et Nasheet Waits (batterie), le trompettiste Avishai Cohen assurera la seconde partie du concert. Économisant ses notes, l’utilisation fréquente de la sourdine donnant à son instrument une sonorité ample et profonde, Avishai joue de longues phrases tranquilles et aérées. Modale, mélancolique, jamais tributaire des barres de mesure, la musique de son dernier disque ECM accueille constamment le silence.

Été meurtrier

-Si vous avez manqué le concert de sortie d’album que Manuel Rocheman donna le 22 juin dernier au Duc des Lombards (avec Mathias Allamane à la contrebasse et Matthieu Chazarenc à la batterie), sachez que le pianiste se produira au Sunside le 9 et le 10 avec le même trio. Au programme, les compositions du nouveau disque “misTeRIO” (Bonsaï Records), des pièces vives, savamment architecturées et aux harmonies chatoyantes.

Été meurtrier

-Le 11 à 17h00, à la Philharmonie, Echoes with a friend réunit Geri Allen et Craig Taborn autour d’un autre pianiste, McCoy Tyner né en décembre 1938, Gerald Cannon (contrebasse) et Francisco Mela (batterie) complétant la formation. Découvert au sein du Jazztet d’Art Farmer et Benny Golson, puis pianiste attitré de John Coltrane, McCoy, apporta au piano jazz sa couleur modale. Disposant d’une solide main gauche, appréciant ornementations et arabesques, son jeu exubérant, puissant et percussif est également d’une grande invention mélodique. Geri Allen qui ne lui a jamais caché son admiration lui rend hommage dans “Flying Toward The Sound”, un album solo de 2010. Quant à Craig Taborn, il s’est fait connaître auprès de James Carter qu’il accompagne dans ses premiers disques. Pianiste associé à l’avant-garde new-yorkaise, il recherche l’abstraction, la liberté tonale, mais attache beaucoup d’attention aux timbres et aux harmoniques, ses improvisations souvent oniriques tempérant la modernité de son piano.

Été meurtrier

-Double plateau le 21 au Studio de l’Ermitage qui accueille quelques artistes du collectif Le Maxiphone possédant désormais son propre label, des musiciens de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente associés à la scène conventionnée de Tulle. Si le disque de jazz rock du groupe Mental Medication ne m’a point convaincu, celui en solo du pianiste Didier Fréboeuf, m’incite à vous conseiller ce concert. Loin de jouer des notes inutiles, Didier Fréboeuf poétise chacune de ses notes, parvient à les rendre constamment fluides, lisibles et attachantes, sa technique servant la musique, rien que la musique. Ne laissez pas passer l’opportunité de découvrir ce musicien sur une scène parisienne.

Été meurtrier

-Ils étaient le 15 juin dernier au New Morning. Ils sont attendus au Sunside le 23. Madeleine, c’est la chanteuse Clotilde Rullaud et Salomon le pianiste Alexandre Saada. Ils se sont associés à l’occasion d’une tournée en Asie. Élargissant au folk et à la soul un répertoire de « protest songs » – Strange Fruit que chantait Billie Holiday, Four Women de Nina Simone, At Seventeen de Janis Ian –, ils rendent hommage à des chanteuses engagées et militantes, des battantes qui dérangèrent l’Amérique bien pensante. Le piano aux harmonies délicates d’Alexandre valorise la voix de Clotilde, donne du poids à ses murmures. Leur album s’intitule “A Woman’s Journey”. Laissez-vous envoûter !

Été meurtrier

-On a peu vu Harold Mabern sur une scène parisienne avant 2009. C’est pourtant une légende vivante du piano jazz. Depuis, le Sunside et le Duc des Lombards l’ont souvent accueilli. C’est ce dernier club qui le programme en trio en septembre, les 22, 23 et 24, six concerts, deux par soirée (à19h30 et 21h30). Les noms de ses musiciens ne nous ont pas été communiqués. Né à Memphis en 1936, Mabern joue un bop puissant, possède une main gauche percussive, ce qui ne l’empêche pas de jouer d’élégantes lignes mélodiques, des harmonies sophistiquées à l’instar de Phineas Newborn son mentor. Harold Mabern a joué avec Miles Davis, Lee Morgan, Sonny Rollins et fut un temps le pianiste du Jazztet, regrettée formation d’Art Farmer et de Benny Golson.

Été meurtrier

-Le saxophoniste Dave Liebman au New Morning le 28 pour célébrer Elvin Jones au sein d’un quartette réunissant Adam Niewood, saxophoniste « en accord parfait avec le passé, le présent et le futur de la musique », le bassiste Gene Perla et le batteur Adam Nussbaum qui rejoignit le quintette de Liebman en 1977. Perla et Liebman accompagnent Jones dans “Live at The Lighthouse », un disque Blue Note enregistré en septembre 1972 au Lighthouse Café d’Hermosa Beach (Californie). Enrichi en CD par de nombreux inédits, ce double album d’Elvin Jones sera le fil conducteur de ce concert.

-Festival Jazz à la Villette : www.jazzalavillette.com

-Sunset-Sunside : www.sunset-sunside.com

-Studio de l’Ermitage : www.studio-ermitage.com

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-New Morning : www.newmorning.com

 

Crédits Photos : Marc Copland & Michel Butor © Pierre de Chocqueuse – Orchestre National de Jazz (les chefs) © Denis Rouvre – Baptiste Herbin, Manuel Rocheman, Harold Mabern © Philippe Marchin – Chucho Valdés © Francis Vernhet – Stéphane Belmondo & Jacky Terrasson © Philippe Levy-Stab – McCoy Tyner © Kimberly Paynter – Didier Fréboeuf © Pierrick Aubouin – Alexandre Saada & Clotilde Rullaud (Madeleine & Salomon) © Sylvain Gripoix – Dave Liebman © CT Konieczny – Stephan Oliva & François Raulin, Chick Corea © Photos X/D.R.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires