Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 11:44
Lucien Malson (à gauche) et André Hodeir en 1998. Photo © Christian Rose.

Lucien Malson (à gauche) et André Hodeir en 1998. Photo © Christian Rose.

Février : j’apprends tardivement la disparition de Lucien Malson né à Bordeaux le 14 mai 1926 et décédé à Paris le 27 janvier dernier. En 1964, il fit paraître chez Plon “Les Enfants sauvages”, ouvrage qui fut porté à l’écran par François Truffaut et connut de très nombreuses rééditions chez 10/18. C’est à cette collection qu’il confia en 1976 son “Histoire du jazz et de la musique afro-américaine” rééditée plus tard au Seuil. Dans les bureaux qu’occupait 10/18 au sein du groupe des Presses de la Cité rue Garancière, Annie Sissombat, une collaboratrice de Christian Bourgois, me présenta à Lucien dans les années 80. Outre son histoire du jazz, j’avais lu le petit livre qu’il avait publié aux PUF “Les Maîtres du jazz”, ouvrage qui m’avait permis de mieux connaître cette musique que le temps, la passion et de bons amis allaient me permettre d’approfondir. Mon activité principale consistait alors à chercher de nouveaux annonceurs pour Jazz Hot – j’étais chargé de la publicité du journal – qui connaissait ces années-là de sérieux problèmes financiers. Lucien y avait travaillé bien avant moi, ferraillant avec les lecteurs dans sa « revue de presse ». Il fut l’un de ceux qui rendirent adulte la critique de jazz, avec André Hodeir qui, au même moment, se penchait sur les problèmes techniques que posait cette musique. M’encourageant à persévérer dans ce travail ingrat, Lucien me témoigna très vite une discrète affection.

 

Docteur ès lettres et sciences humaines, agrégé de philosophie, journaliste et homme de radio – il créa en 1961 à la RTF le Bureau du Jazz –, il m’invita plusieurs fois à participer à son émission Black & Blue qu’il animait sur France Culture avec Alain Gerber. Lorsque je devins rédacteur en chef de Jazz Hot en 1988, j’eus l’occasion de le retrouver cette année-là à un cocktail organisé par les Éditions Jean-Michel Place pour fêter “Le Jazz”, livre qu’André Schaeffner en collaboration avec André Cœuroy avait publié en 1926 et se voyait réédité. Frank Ténot en avait rédigé la nouvelle préface, Lucien et Jacques B. Hess les postfaces. Tous les trois étaient présents ce jour là et leurs dédicaces ornèrent la page de garde de mon exemplaire. Celle de Lucien, « A Pierre que j’estime et j’aime beaucoup » m’alla droit au cœur. Nous nous étions perdus de vue, mais la disparition de ce « redoutable bretteur » (Alain Gerber le décrit ainsi dans sa préface du livre de Michel-Claude Jalard “Le jazz est-il encore possible ?) me touche profondément. 

 

François Truffaut n’était pas à l’affiche du festival Premiers Plans dont la 29ème édition s’est tenue en janvier à Angers. Consacré aux premiers films de jeunes réalisateurs, le festival propose aussi des hommages et des rétrospectives. Les frères Dardenne, Christian Mungiu et Andrea Arnold furent cette année à l’honneur. “Heartstone” de l’islandais Gudmundur Arnar Gudmundsson reçut le grand prix du Jury et le prix du Public dans la catégorie des longs métrages. Il sera projeté à Paris jeudi prochain au Forum des Images (20h30) avant de sortir sur les écrans en octobre. Je ne suis pas resté assez longtemps à Angers pour le voir, mais j’ai admiré une belle actrice, Margarita Breitkreiz, prix d’interprétation féminine pour “Marija” de Michael Koch, et découvert un étonnant film estonien quelque peu fantastique, “Pretenders” de Vallo Toomla. Un grand merci à Xavier Massé pour avoir facilité l’obtention de mon accréditation, à Phil Costing, mon chauffeur et ami, et à Marceline, mon hôtesse et dévouée accompagnatrice.

 

QUELQUES CONCERTS QUI INTERPELLENT

-On n’a pas oublié Lucky Dog, quartette réunissant Frédéric Borey au saxophone,Yoann Loustalot à la trompette et au bugle, Yoni Zelnik à la contrebasse et Frédéric Pasqua  à la batterie. Leur premier et unique CD a fait l'objet d’une chronique dans ce blog en mai 2014. Ils seront le 6 février à bord de la péniche Le Marcounet (Port des Célestins, Quai de l'Hôtel de ville, 75004 Paris) pour présenter le répertoire qu’ils enregistreront à Liège le 7 et le 8 dans le célèbre Jacques Pelzer Jazz Club qui programma naguère les américains de passage. Quartette sans piano, Lucky Dog séduit par les compositions pleines de swing de ses souffleurs, les moments intimes de ses pièces chorales, sa musique ouverte favorisant de nombreux dialogues.

-Antonio Faraò joue une musique souvent modale qui laisse un large espace de liberté aux solistes. S’il reprend des thèmes d'Herbie Hancock et de Tony Williams à la tête d’un quartette de musiciens italiens dans “Boundaries”, son album le plus récent, il aime également enregistrer et se produire en trio. “Domi” (2011) bénéficie ainsi de présence de Darryl Hall et d’André Ceccarelli. Mais c’est avec une autre section rythmique que le pianiste se produira au Duc des Lombards le 7. Stéphane Kerecki (contrebasse) et Daniel Humair poseront les bons tempos sur son phrasé fluide, ses harmonies raffinées. Au service de la ligne mélodique des compositions qu’il aborde et qu’il harmonise avec finesse et sensibilité, Antonio Faraò peut tout aussi bien se montrer énergique, jouer des notes inhabituelles et peindre des paysages plus durs et plus abstraits beaucoup moins fréquentés.

-Habitué du Festival Jazz en Tête, Jeremy Pelt souffle les notes d’un bop moderne et réjouissant. Véloce, le trompettiste étonne par sa maîtrise technique, sa justesse. Ses notes jaillissent, sculptées par un souffle puissant. Il a enregistré dix albums sous son nom, a sévi dans nombre de big bands, accompagné de grands jazzmen et connaît le jazz et son histoire, la modernité de son jeu n’excluant pas de solides racines. Il sera au Sunside le 11 pour célébrer les 80 ans de Louis Hayes, batteur légendaire surtout connu pour sa collaboration avec Cannonball Adderley. Il sera là bien sûr, pour se voir fêter au sein d’un quartette qui, outre Jeremy Pelt, comprend Danny Grissett au piano et Dezron Douglas à la contrebasse.

-Les 16, 17 (à 21h00) et 18 février (21h30), le Sunside accueillera le Monk Trio de Laurent de Wilde. Avec le pianiste, Jérôme Regard (contrebasse) et Donald Kontomanou (batterie), musiciens qu’il retrouve régulièrement pour célébrer Thelonious Monk, son musicien fétiche. Laurent prend un malin plaisir à jouer et à compliquer les partitions pleines de chausse-trappes de ce dernier. Ses arrangements de Off Minor et de Shuffle Boy placent constamment les musiciens en déséquilibre comme s’ils se retrouvaient dansant sur une corde raide. Les trois hommes n’ont peur de rien, Jérôme et Donald s’entendent pour ordonner le rythme, le dompter, le commenter. Le premier tient un rôle mélodique important ; le second marque les temps avec une telle légèreté que la musique s’écoule fluide, comme le sable du sablier.

-Une soirée placée sous l’égide du label Jazz & People le 22 au Studio de l’Ermitage (21h00). En première partie, le saxophoniste Christophe Panzani jouera des morceaux de l’album qu’il a enregistré l’an dernier avec sept pianistes qu’il affectionne. Certains d’entre eux seront présents ce soir là. Yonathan Avishai interprétera ensuite la musique colorée et épicée de “The Parade”, son second disque, un de mes 13 Chocs de l’année 2016, “Les âmes perdues” de Christophe Panzani faisant également partie de ma sélection. “The Parade” nous conduit dans les Caraïbes et à la Nouvelle-Orléans. César Poirier (saxophone alto et clarinette), Yoni Zelnik (contrebasse), Donald Kontomanou (batterie) et Inor Sotolongo (percussions) accompagnent un pianiste dont le jeu économe témoigne de l’importance qu’il accorde au silence, à la respiration de ses compositions, des ritournelles que des rythmes simples et efficaces rendent irrésistibles.

-Julie Saury et son sextette au Sunside le 24 pour fêter la sortie de “For Maxim” (Black & Blue) dont le sous titre « A Jazz Love Story », résume bien l’enthousiasme qui anime la batteuse de jazz. C’est bien sûr son père Maxim auquel elle rend hommage qui lui donna la passion de cette musique reçue en héritage. Julie Saury a toutefois grandi avec le jazz moderne de son époque, mais aussi par Michael Jackson, Prince, le funk, la musique cubaine, ce qui n’enferme pas sa musique dans le carcan du jazz traditionnel. Elle reprend de vieux standards que jouait son père pour les actualiser, en bousculer les codes, et greffe dessus sa propre histoire. Avec elle, des musiciens amis, certains d’entre eux officiant au sein du Duke Orchestra dont les battements de cœur sont étroitement associés à ses tambours, Aurelie Tropez (clarinettes), Shannon Barnett (trombone et chant), Frederic Couderc (saxophone ténor), Philippe Milanta (piano) et Bruno Rousselet (contrebasse). Il faut saluer Julie !

-David Linx au Duc des Lombards le 24 avec Armel Dupas (piano, claviers), Manu Codjia (guitare), Timothée Robert (basse) et Arnaud Dolmen (batterie). Au programme, “Chronicles”, nouvelle création qui a vu le jour au Théâtre Marni (Bruxelles) le 13 janvier dernier, un concert mêlant textes et musiques, chaque chanson racontant une histoire dans laquelle la mémoire, les souvenirs interviennent. Le chanteur se penche sur son passé pour mieux comprendre le futur, celui de nos enfants, de nos espoirs, et ose un nouveau langage, une nouvelle forme d’expression artistique.

-Constitué par le guitariste Pierre Perchaud (découvert au sein de l’ONJ de Daniel Yvinec et auteur de deux albums sur Gemini Records), le bassiste Nicolas Moreaux (deux albums sur Fresh Sound New Talent) et le batteur catalan Jorge Rossy (longtemps associé à Brad Mehldau), Fox un trio dont on trouvera dans ce blog la chronique de leur premier album publié en 2016, est attendu à l’Espace Sorano, 16 Rue Charles Pathé, 94300 Vincennes. Avec eux pour peaufiner un jazz raffiné et en apesanteur, deux invités prestigieux, le saxophoniste Chris Cheek (photo), un saxophoniste ténor à la sonorité suave et au lyrisme séduisant qui forgea son style auprès de l’Electric Bebop Band du défunt Paul Motian, et l’accordéoniste Vincent Peirani, Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz en 2013. Une belle soirée en perspective !

-Au Sunside le 25, le pianiste René Urtreger en trio avec Yves Torchinsky à la contrebasse et Eric Dervieu à la batterie, fidèles entre les fidèles, mais aussi avec Agnès Desarthe qui, l’an dernier, lui a consacré un livre, “Le Roi René aux Éditions Odile Jacob. René lui a confié de nombreux épisodes de sa vie, de ses années musique avec Bobby Jaspar,  Buck Clayton et Don Byas, Miles Davis, le trio H.U.M. avec Pierre Michelot et Daniel Humair, mais aussi Claude François dont il fut le pianiste. Son livre, Agnès Desarthe en lira des extraits. Peut-être chantera-t-elle aussi si René le lui demande. Elle l’a déjà fait lors de ses concerts, suivant un fil comme l’Ariane de la légende, un fil sonore fait de notes tendres et lyriques, un fil mélodique qui, relié aux racines du jazz, possède la mémoire du blues et du bop et n’oublie pas le swing.

-Péniche Le Marcounet : www.peniche-marcounet.fr

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-Sunset-Sunside : www.sunset-sunside.com

-Studio de l’Ermitage : www.studio-ermitage.com

-Espace Sorano : www.espacesorano.com

 

Crédits Photos : Lucien Malson & André Hodeir, Paris 1998 © Christian Rose – Lucky Dog © Simon Dufour – Antonio Faraò & Daniel Humair, Laurent de Wilde, Christophe Panzani & Yonathan Avishai, Pierre Perchaud / Nicolas Moreaux / Jorge Rossy & Chris Cheek © Philippe Marchin – Jeremy Pelt, David Linx, René Urtreger © Pierre de Chocqueuse – Julie Saury © Zankovision.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires

MJ 20/05/2017 19:30

Je découvre à l'instant votre article à propos de la mort de Lucien Malson .

Les "Cahiers du jazz" qui ont disparu il y a quelque temps n'oublieront pas , j'espère , de lui rendre hommage .