Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 16:30
L'Académie remet ses prix

Mon traditionnel compte-rendu de la remise des prix de l’Académie du Jazz. Vous en connaissez déjà le palmarès ce qui me permet de privilégier l’image, de mettre en ligne des photos des lauréats, des musiciens présents à cette soirée et de nos amis qui œuvrent efficacement dans les métiers de la musique, journalistes, photographes, attaché(e)s de presse, organisateurs de concerts, ingénieurs du son, sans oublier de nombreux musiciens et quelques membres de l’Académie dont les visages vous sont peut-être familiers.

L'Académie remet ses prix

 

LA REMISE DES PRIX

C’était donc le 22 janvier dernier au Pan Piper, impasse Lamier dans le 11ème arrondissement de Paris. La cérémonie commença par la remise du Prix du Meilleur Livre, “Music is my Mistress”, les singulières et savoureuses mémoires de Duke Ellington. Publiées aux Etats-Unis en 1973, elles n’avaient jamais été traduites en français. Henri Bovet des Éditions Slatkine & Cie reçut le trophée des mains de François Lacharme. Peu de discours cette année. La plupart des lauréats étant présents, le Président a souhaité privilégier la musique, cette dernière bénéficiant de la bonne acoustique de la salle et de la qualité de la sonorisation.

Invités à rendre hommage à Thelonious Monk qui, né en 1917, aurait eu 100 ans cette année, René Urtreger au piano et Jean-Louis Chautemps au saxophone ténor nous offrirent une belle version de Pannonica, que Monk composa en septembre 1956 chez la baronne Nica de Koenigswarter. Le pianiste l'enregistra un mois plus tard, le 9 octobre, avec Sonny Rollins, Ernie Henry, Oscar Pettiford et Max Roach, jouant la mélodie sur un célesta.

De la musique avec les lauréats du Prix du Jazz Classique, Jérôme Etcheberry (trompette), Michel Pastre (saxophone ténor) – les timbres de leurs instruments respectifs se mêlent de bien belle façon – et Louis Mazetier (piano).

 

De la musique encore après que François Lacharme eut remercié les sponsors de l’Académie, cette dernière fonctionnant grâce à la générosité de généreux mécènes : la Fondation BNP Paribas, la SACEM, la SPEDIDAM, le Conseil des Vins de Saint-Émilion dont les dives bouteilles furent appréciées lors des agapes qui suivirent, mais aussi le Goethe Institut qui accueille depuis quelques années nos fiévreux débats.

De la musique car Michele Hendricks est sur scène pour recevoir le Prix du Jazz Vocal. Pour “A Little Bit of Ella”, un disque qui inexplicablement n’avait jamais vu le jour, un enregistrement de 1998 avec Tommy Flanagan au piano. It Don’t Mean a Thing puis un arrangement de Sweet Georgia Brown et la salle, conquise par l’agilité de son scat, la salua de ses applaudissements.

On a bien sûr regretté l’absence du trompettiste Avishai Cohen se trouvant quelque part en Inde, en pleine jungle, et donc dans l’incapacité de se voir remettre le Grand Prix de l’Académie pour “Into the Silence”, son premier disque pour ECM, un silence troublé par les bruits inquiétants du lieu qui l’entoure dans le petit film de remerciement qu’il nous fit parvenir. François Arveiller d’Universal récupéra le trophée...

...pour laisser le micro à un autre artiste ECM, le saxophoniste Andy Sheppard, Prix du Musicien Européen que l’on a pu entendre en novembre dernier au Jazz Club Étoile au sein du Gil Evans Paris Workshop que dirige Laurent Cugny. C’est avec Nguyên Lê à la guitare et Michel Benita à la contrebasse que le saxophoniste interpréta Looking for Ornette, la dernière plage de “Surrounded By Sea”, un album ECM de 2015, son plus récent. On aurait souhaité entendre davantage le chant enveloppant de son instrument, ses improvisations mélodiques sensibles et lyriques, mais d’autres prix sont à remettre, d’autres musiques attendent d'être écoutées.

La prestation de Laurent Courthaliac souleva l’incompréhension de certains. C’est oublier que le Prix du meilleur disque français ne récompense pas quelques minutes de concert, mais un album studio “All My Life”, le meilleur du pianiste à ce jour, une réussite qui doit aussi beaucoup à ses arrangements, aux solistes qui l’entourent (Fabien Mary, Bastien Ballaz, Dmitry Baevsky, David Sauzay, Xavier Richardeau, ils méritent tous d’être salués) et aux orchestrations soignées de Jon Boutellier.

Mais une puissante onde sonore envahit la salle. En quartette avec Samuel Hubert (basse électrique) et Romain Sarron (batterie), Corey Dennison et Gerry Hundt son complice font jaillir de leurs guitares les notes brûlantes d’une musique simple, mais terriblement efficace. Ils viennent de Chicago et ont voyagé jusqu’à nous pour recevoir leur récompense, le Prix Blues que leur remet Jacques Périn et Nicolas Teurnier, tous deux membres de l’Académie.

Difficile après cela pour le lauréat du très convoité Prix Django Reinhardt de maintenir pleinement l’attention avec sa musique plus riche sur le plan harmonique, mais moins festive et plus difficile à mettre en scène. Après avoir reçu son trophée des mains de Jean-Jacques Goron, Délégué Général de la fondation BNP Paribas, trophée accompagné d’un chèque de 3000€ offert par la fondation, Fred Nardin suscita pourtant l’admiration par la qualité et la modernité de son piano. Avec Samuel Hubert cette fois à la contrebasse et Romain Sarron, notre jeune et talentueux récipiendaire joua Green Chimneys de Monk et une de ses compositions chaloupées qui devrait être au programme de l’album en trio qu’il prépare.

L'Académie remet ses prix

 

L'AFTER
 

Avec des photos de Jean-François Pitet, René Urtreger & Jacqueline, Jean-Pierre Vignola, Paul Lay, Michel El-Malem, Arnaud Merlin, Jean Szlamowicz, Geneviève Peyregne, Christian Bonnet, Philippe Gaillot, Sophie Le Roux, Jean Delmas, Françoise Philippe, Bruno Rousselet, Jean-Jacques Goron, Laurent Courthaliac, Laurent Cugny, Laurent Mignard, Jean-Jacques Pussiau, Daniel Humair, Pierre Megret, Lionel Eskenazi, Chelima Fade, Claude Carrière, Philippe Etheldrède, Philippe Soirat, Alain Jean-Marie, Leïla Olivesi, Philippe Marchin, Agnès Thomas, Marie-Claude Nouy, Corey Dennison, Gilles Coquempot, Jean-Philippe Doret, Olivier Temime, Claudette de San Isidoro, Andy Sheppard, Pierre de Chocqueuse, Jean-Louis Lemarchand, Philippe Baudoin, Francis Capeau, Olga, Glenn Ferris. © Pierre de Chocqueuse

L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix
L'Académie remet ses prix

 

LE PALMARÈS 2016

 

Prix Django Reinhardt :

FRED NARDIN

Grand Prix de l’Académie du Jazz :

AVISHAI COHEN « Into the Silence »

(ECM/Universal)

Prix du Disque Français :

LAURENT COURTHALIAC « All My Life »

(Jazz & People / PIAS)

Prix du Musicien Européen :

ANDY SHEPPARD

Prix de la Meilleure Réédition ou du Meilleur Inédit :

THAD JONES / MEL LEWIS ORCHESTRA « All My Yesterdays, The Debut 1966 Recordings at the Village Vanguard »

(Resonance / Socadisc)

Mention Spéciale :

FRANÇOIS RILHAC « It's Only a Paper Moon »

(Black & Blue)

Prix du Jazz Classique :

JÉRÔME ETCHEBERRY / MICHEL PASTRE / LOUIS MAZETIER

« 7:33 Bayonne »

(Jazz aux Remparts)

Prix du Jazz Vocal :

MICHELE HENDRICKS « A Little Bit of Ella »

(Cristal Records)

Prix Soul :

WILLIAM BELL « This Is Where I Live »

(Stax / Universal)

Prix Blues :

COREY DENNISON « Corey Dennison Band »

(Delmark / Socadisc)

Prix du Livre de Jazz :

DUKE ELLINGTON « Music is my Mistress »

(Editions Slatkine)

 

CREDITS PHOTOS : Les Trophées 2016 - Le Pan Piper - François Lacharme avec René Urtreger & Jean-Louis Chautemps - Henri Bovet - Louis Mazetier avec Jérôme Etcheberry & Michel Pastre - François Lacharme - Michele Hendricks - François Lacharme & François Arveiller - Andy Sheppard - Laurent Courthaliac - Corey Dennison - Fred Nardin & Jean-Jacques Goron © Philippe Marchin - Photo de groupe et les photos de l'After © Pierre de Chocqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Vu et Entendu
commenter cet article

commentaires