Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 16:22
Une découverte inattendue

La sortie mondiale le 29 juin prochain d’une séance studio inédite de John Coltrane sur Impulse !, label qui abrita les œuvres du saxophoniste à partir de 1961, fait grand bruit dans le monde du jazz. Rudy Van Gelder en enregistra la musique le 6 mars 1963 dans son studio d’Englewood Cliffs (New Jersey), la veille de l’enregistrement de l’album “John Coltrane and Johnny Hartman”. Hormis une des deux versions de Vilia éditée sur la compilation “The Definitive Jazz Scene Volume 3”, ces bandes ne furent jamais exploitées. On les croyait perdues jusqu’à la découverte récente d’une copie en excellent état que l’ingénieur du son avait remis au saxophoniste, une bande de référence mono que ce dernier avait emportée chez lui pour la faire écouter à Naima, son épouse. C’est cette dernière qu’édite aujourd’hui Universal. L’édition standard (1CD) de “Both Directions at Once : The Lost Album” comprend sept des quatorze morceaux retrouvés. Une « Deluxe Edition » (2CD) réunit les sept autres, tous des alternates. Des vinyles (simple et double) ont également été pressés pour marquer l’événement.

Malgré un agenda très chargé en mars 1963, un engagement de quinze jours au Birdland accaparant ses soirées, John Coltrane s’est réservé l’après-midi du 6 pour enregistrer sa musique en studio dans des conditions d’un live avec ses musiciens habituels, McCoy Tyner au piano, Jimmy Garrison à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie. Il a cinq heures devant lui, n’aime pas trop multiplier les prises et ne le fait que lorsque cela s’avère nécessaire. Il revient ainsi plusieurs fois sur Impressions, un morceau qu’il a enregistré l’année précédente sous un autre titre et qui va donner son nom à l’un de ses albums. Le saxophoniste le joue en trio, développant un puissant et ensorcelant langage incantatoire. S’étant libéré de ses obsédantes préoccupations harmoniques, il cherche alors, non sans violence, à aller le plus loin possible dans sa quête musicale, n’hésitant pas à revenir dans ses chorus à une technique plus ancienne, à ses fameuses sheets of sound, nappes sonores arpégées qu’il étale comme des vagues.  

Les premières versions de Untitled Original 11383 et Untitled Original 11386, deux morceaux inédits que John Coltrane joue au soprano, sont quasiment parfaites. Fait plutôt rare, Jimmy Garrison s’offre un solo à l’archet dans le premier dont nous n’avons qu’une prise. Morceau élégant à la saveur latine appréciable, le second – trois alternates nous en sont proposés – est un parfait support pour Coltrane qui, contrairement à son habitude, reprend le thème entre son solo et celui de son pianiste. Deux jours plus tôt, le 4 mars, McCoy Tyner a enregistré dans le même studio pour Impulse ! “Nights of Ballads & Blues”, l’un de ses meilleurs disques. Très en doigts, il enroule ses grappes de notes autour des thèmes, assoit la tonalité que le saxophoniste tout feu tout flamme cherche souvent à bousculer. Pianiste orchestral à la sonorité brillante, il fait chanter ses phrases chargées de notes et d’arabesques.

 

L’absence d’un pianiste donne toutefois à John Coltrane une plus grande liberté harmonique. Outre Impressions, c’est également en trio qu’il reprend ici pour la première fois Nature Boy popularisé en 1948 par Nat King Cole, contrebasse et batterie assurant un hypnotique accompagnement rythmique à son saxophone qui s’écarte peu du thème. McCoy Tyner reste également silencieux dans la première partie de One Up, One Down, morceau au tempo vif dont la première des deux prises contient un échange entre le batteur et le ténor. La musique est familière aux spécialistes de Coltrane grâce à un disque pirate enregistré au Birdland quelques jours plus tôt. McCoy Tyner n’intervient pas non plus pendant les premières minutes de Slow Blues, le dernier morceau de la séance au sein duquel, porté par sa rythmique, le saxophoniste s’offre un chorus brûlant sur une simple grille de blues. Extrait de l’opérette de Franz Lehár, “La Veuve Joyeuse”, Vilia est interprété au ténor puis au soprano par Coltrane, cette seconde version convenant mieux au lyrisme du morceau.

 

John COLTRANE : “Both Directions at Once : The Lost Album” (Impulse ! / Universal) – Sortie le 29 juin.

 

Photos : The John Coltrane Quartet © Jim Marshall - McCoy Tyner & John Coltrane © Joe Alpert

Partager cet article

Repost0

commentaires