Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 12:26
Depuis neuf ans, le quartier de Saint-Germain-des-Prés abrite en mai un festival de jazz pas comme les autres. Son histoire commence en 1999. Journaliste et amateur de jazz éclairé, Joël Leroy crée cette année-là avec Donatienne Hantin et Frédéric Charbaut l’Esprit Jazz, une association pour défendre la liberté, l'intégrité, le partage, la tolérance, l'audace et la créativité. Ces valeurs humanistes détermineront les choix artistiques du festival de jazz qu’ils préparent. En mai 2001, juste avant le coup d’envoi de sa première édition, Joël est terrassé par une crise cardiaque. Endeuillée, la manifestation se déroule comme prévue, Donatienne et Frédéric assurant depuis sa pérennité. Norah Jones, Jacky Terrasson, Dee Dee Bridgewater, Brad Mehldau, Jan Garbarek, Yaron Herman, Milton Nascimento et les frères Belmondo, Ben Sidran, Georgie Fame, Laurent de Wilde, Martial Solal sont quelques-uns des nombreux artistes que le festival a accueillis depuis sa création. Sa neuvième édition se déroulera du 10 au 25 mai, proposant des rencontres avec des musiciens (jazz & bavardages au Café Les Editeurs), des expositions, des conférences. Le festival œuvre en faveur de jeunes talents auxquels il consacre un tremplin depuis 2002. Cette année, il s’invite à la prison de la Santé pour donner deux concerts aux détenus, mais surtout il revient de loin. En difficulté, il a trouvé in extremis le soutien de la Fondation BNP Paribas ce qui lui permet de maintenir une programmation de haut niveau. Le Hadouk Trio, le trio de Jacky Terrasson avec Michel Portal, Kenny Barron en solo, le quintette italien du trompettiste Enrico Rava et le premier concert de l’ONJ consacré à la musique de Robert Wyatt en sont quelques temps forts. Vous les trouverez au sein de cette sélection mensuelle de concerts, une rubrique qui, je le répète, ne constitue en rien un agenda. Pour les programmes détaillés, reportez-vous à Jazzman ou à Jazz Magazine, ou visitez les sites des clubs, des théâtres ou des festivals. Je vous en communique les liens en bas de page.

-Originaire de la Nouvelle-Orléans, Terence Blanchard, un des grands trompettistes de la planète jazz, investit le New Morning avec son quintette le 5 mai.
-Sans Toshiko Akiyoshi son épouse, mais avec son saxophone ténor et sa flûte dont il est un spécialiste, Lew Tabackin sera au Duc des Lombards les 8 et 9 avec le trio de Pierre Christophe pour servir sa musique.
-Le 11, dans le cadre du festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés, le pianiste Jacky Terrasson invite Michel Portal à rejoindre son nouveau trio - Ben et Jamire Williams, contrebasse et batterie - à la Sorbonne.
-Le12, le Hadouk Trio se produit à la Maison des Cultures du Monde (101 bd Raspail, 6ème). Mélange de jazz et de world, la musique de Loy Ehrlich, Didier Malherbe et Steve Shehan est l’une des plus excitantes du moment.
-Le 13 à l’Alhambra, Melody Gardot présente son nouvel album. La chanteuse de Philadelphie a de l‘émotion dans la voix. On peut se laisser tenter.
-Le Branford Marsalis Quartet présente son nouveau disque au New Morning le 14. Un enregistrement un peu léger, mais le saxophoniste possède une technique exceptionnelle et sa section rythmique, tout feu tout flammes, fait la différence.
-Le 15, la belle église de Saint-Germain accueille le pianiste Kenny Barron. L’ex-accompagnateur de
Stan Getz vient rarement en France et ne joue pas souvent en solo. Sa prestation très attendue reste l’un des évènements incontournables de ce mois de mai.
-Le 18, toujours dans le quartier Saint-Germain, l’Ecole des Sciences Politiques de la rue Saint-Guillaume ouvre ses portes au nouveau quintette italien du trompettiste Enrico Rava.
-Le même soir, mais aussi le 19, le trompettiste Eddie Henderson retrouve Laurent de Wilde avec lequel il enregistra deux albums sur IDA à la fin des années 80. Gilles Naturel à la contrebasse et Simon Goubert à la batterie seront de la fête.
-Le 19 encore, mais au New Morning, le contrebassiste Stéphane Kerecki et son trio – Matthieu Donarier aux saxophones et Thomas Grimmonprez à la batterie – invitent le saxophoniste Tony Malaby à fêter la sortie de “Houria“ nouveau disque de Stéphane dans lequel Malaby souffle des notes incandescentes.
-Le 19 toujours, les pianistes Nico Morelli et Emmanuel Bex célèbrent en duo Bill Evans dans l’église de Saint-Germain-des-Prés.
-On n’oubliera pas de faire un tour au Sunset le 20 pour écouter Glenn Ferris et son Pentessence Quintet, formation dont les deux albums sont toujours disponibles chez Naïve.
-Egalement le 20, mais aussi les 21, 22 et 23, Jean-Michel Pilc présente au Sunside son nouveau trio. Avec Boris Kozlov à la contrebasse et Billy Hart à la batterie, le pianiste tient une forme éblouissante.
-Les 22 et 23, le Duc des Lombards donne carte blanche au flûtiste Nicola Stilo (il joue aussi de la guitare, du piano et chante). Parmi les invités de ce dernier : Marcia Maria, François Theberge, Stéphane Belmondo, Alain Jean-Marie et Giovanni Mirabassi.
-Immense chanteur, Bobby McFerrin revient au théâtre du Châtelet pour trois concerts : le 23 avec une invitée surprise), le 24 avec Michel Portal et le 26 avec Carlo Rizzo aux percussions.
-Le nouvel ONJ de Daniel Yvinec inaugure son programme Around Robert Wyatt le 23 à la Maison des Cultures du Monde. Le spectacle bénéficiera de la présence exceptionnelle du trompettiste Erik Truffaz et les magnifiques musiques de l’orchestre seront mises en images par le réalisateur Antoine Carlier.
-Entre le 22 et le 24, les voûtes du Sunset abriteront Fly, trio réunissant Mark Turner au saxophone ténor, Larry Grenadier à la contrebasse et Jeff Ballard à la batterie. Trois musiciens exigeants au service d’un jazz moderne intense et intimiste.
-Le 26 au Duc, Nicolas Folmer convie la pianiste japonaise Junko Onishi à rejoindre son quartette. Excellente pianiste, cette dernière a publié de très bons albums dans les années 90 et joue aussi bien Duke Ellington qu’Ornette Coleman. Sauf erreur de ma part, son dernier opus date de 1998. Attendons-nous à une surprise.
-Un autre trompettiste le 27 au New Morning. En forme, Wallace Roney peut mettre tout le monde d’accord.
-Il a connu un passage à vide, mais semble avoir retrouvé une partie de ses moyens dans son dernier album. Benny Golson, 80 ans, sera au Duc des Lombards les 27 et 28 pour quatre concerts. Souhaitons les exceptionnels.
-Impressionnant au saxophone alto, originaire de Saint-Petersbourg et vivant à New York, Dmitry Baevsky retrouve le trio d’Alain Jean-Marie au Sunside le 29.
-Le 30, John Greaves invite Karen Mantler au Sunset. La fille de Carla Bley et de Michael Mantler avait neuf ans lorsque John enregistra avec eux en 1977 “Kew. Rhone“, son chef-d’œuvre. Karen joue de l’orgue et du piano, compose de jolies musiques et, comme John Greaves, possède un univers bien à elle.
-Le même soir au Sunside, à la tête d'un trio acoustique réunissant Darryl Hall à la contrebasse et Laurent Robin à la batterie, le très actif Laurent de Wilde nous fera entendre un piano, tour à tour fiévreux et romantique, mais toujours créatif.
-Enfin, du 7 au 28 mai, le Sunside organise le premier festival “Guitare d’ailleurs“, avec Lionel Loueke, Philip Catherine, Nguyen Le… Consultez le programme.

New Morning : http://www.newmorning.com/
Duc des Lombards : http://www.ducdeslombards.com/
Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés : http://www.festivaljazzsaintgermainparis.com/
Théâtre de l’Alhambra : http://www.alhambra-paris.com/
Sunset – Sunside : http://www.sunset-sunside.com/
Théâtre du Châtelet : http://www.chatelet-theatre.com/

Peu de disques importants en mai. Les albums de Stéphane Kerecki, de l’ONJ, du trio Fly sont déjà en vente. Le label canadien Songlines signale la parution prochaine de “Where is Pannonica ?“, duo de piano réunissant Benoît Delbecq et Andy Milne. Abeille Musique qui distribue Songlines ne donne pas de date de sortie française, mais annonce celle de “Paul Motian on Broadway Volume 5“ sur Winter & Winter le 7 mai. Autour du batteur, Michaël Attias et Loren Stillman aux saxophones, Masabumi Kikuchi au piano et Thomas Morgan à la contrebasse. Attendu le 1er juin, le nouveau disque de Brian Blade sur Verve est un recueil de chansons que l'on croirait écrites dans les années 70. On savait le batteur de Wayne Shorter attiré par le rock – son groupe, The Fellowship Band, tente une synthèse de plusieurs genres musicaux – mais dans “Mama Rosa“, Blade chante, joue de la guitare et de la batterie et propose un univers musical proche de Neil Young et de David Crosby (l'album “If I Could Only Remember My Name“ qu'il semble avoir écouté. Les guitares de Goffrey Moore et de Kurt Rosenwinkel y occupent une place importante.
Crédits photos: Donatienne Hantin & Frédéric Charbaut - Stéphane Kerecki - Nicolas Stilo © Pierre de Chocqueuse // Melody Gardot - Kenny Barron © Verve Music Group.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires

Abraham Soubrie 16/06/2009 11:02

Bonjour,

Merci pour votre article et pour les infos

Le regard est un message étonnant , qui ne peut être décodé
uniquement par des Mots ...!

A+ de vous relire , Sincère salutations . A.S PhotOGraphic