Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 11:30
Il n’a pas non plus sommeil et mobilise toute une équipe qui assure la bonne marche du festival. Sur cette photo, toutes souriantes, quelques belles des prés de Saint-Germain. De gauche à droite : Nicole Hognon (trésorière), Donatienne Hantin (directrice du festival), Véronique Tronchot (partenariats et évènements spéciaux) et Géraldine Santin (communication, édition et billetterie). Les deux représentants de la gent masculine sont Frédéric Charbaut (directeur artistique du festival) et Christophe Deguelt (manager de Jacky Terrasson, Yaron Herman, Michel Portal et de nombreux jazzmen). On aimerait être à leur place.

LUNDI 11 mai
Initialement prévu au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, le concert de Jacky Terrasson se déroula finalement dans un des salons de l’hôtel Lutetia. On attendait de découvrir le nouveau trio du pianiste – Ben Williams à la contrebasse et Jamire Williams à la batterie - , mais c’est avec la section rythmique de Yaron Herman qu’il effectua sa prestation. Dès le premier morceau, Morning, un thème couplé à Autumn Leaves, Matt Brewer et Gerald Cleaver parviennent à maintenir un tempo fluide qui se prête idéalement aux improvisations de Jacky. Malgré quelques flottements bien compréhensibles, leurs instruments répondent présents aux nombreuses inventions d’un piano espiègle. La contrebasse enrichit la musique de ses propres harmonies, lui donne des rythmes, des couleurs mélodiques. Jacky sculpte de petites notes perlées, plaque des accords puissants dans les graves. Il se lâche, alterne de longs voicings aux grappes de notes enveloppantes et de courtes cellules mélodiques que sa main gauche fait danser. En solo dans Mirror, il éblouit par sa capacité à improviser autour de quelques notes, de les commenter, sa main gauche jouant un ostinato rythmique. Il enchaîne sur un blues, une improvisation fiévreuse aux variations inattendues, puis sur Métro, un thème  à grande vitesse que Gerald Cleaver mène tambour battant. Il est temps pour Michel Portal de monter sur scène. Difficile et exigeant, ce dernier attache beaucoup d’importance à la sonorisation de ses instruments. Je ne l’aime pas au saxophone soprano, le préfère à la clarinette et à la clarinette basse. Michel recherche la compétition et pousse Jackie à réagir, à jouer son meilleur piano. Passé le “bras de fer“, la complicité s’installe, les idées circulent, la musique prend le dessus et devient passionnante.

MARDI 12 Mai
Un voyage de deux heures en compagnie du Hadouk Trio et le moral est au beau fixe. Certains prétendent que leur musique n’est pas du jazz. Ils ne savent pas qu’elle est ailleurs, qu’elle brasse une quantité de formes et de couleurs musicales et constitue une expérience sonore unique. Ils sont trois, mais utilisent une quantité incroyable d’instruments. Outre des claviers, Loy Ehrlich joue de la kora et du hadjouj, la basse des gnawas, trois cordes montées sur une peau de chameau dont il tire des harmonies inattendues. Ses claviers plein d’épices et d’arômes nous font monter au ciel. Ils gardent en mémoire quantités de sons et de couleurs, se transforment en santoor dans Barca Solaris et se font piano dans Suave Corridor. S’il ne joue plus guère de saxophone, Didier Malherbe souffle dans toutes sortes de flûte, dans un orgue à bouche du Laos, mais surtout dans un doudouk, hautbois arménien en bois d’abricotier dans lequel il module des notes d’une tendresse exquise. Il provoque aussi des mouvements cosmiques, fait tourner des toupies sur de larges tambourins, nous plonge dans un Tourneblues tourbillonnant. Pour rythmer la musique, lui donner le goût du bois et du métal, Steve Shehan est l’homme providentiel. Comme l’a joliment écrit Bruno Heuzé, « le diaphragme du monde bat entre ses peaux ». Il les frappe avec ses mains, les caresse, libère les sons de la matière. Comme ses complices, Steve utilise un grand nombre d’instruments, parmi lesquels un hang, sphère de métal sonnant comme un steeldrum. Le groupe interpréta quelques-unes de ses compositions les plus fameuses. Un programme riche en moments oniriques au sein duquel, conduit par le Train bleu des savanes, on entre dans un pays imaginaire au sein duquel valsent des Toupies tambours et dansent des Dragons de lune. Photos © Pierre de Chocqueuse  
 

Partager cet article

Repost0

commentaires