Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 09:28
VENDREDI 15 mai
Un bonheur ces « nuits du piano jazz » qu’organise l’Esprit Jazz dans l’église de Saint-Germain-des-Prés. L’écho gigantesque de l’édifice pose problème, mais les pianistes qui s’y sont succédé en solo les années précédentes - Jacky Terrasson en 2005, Brad Mehldau en 2006, Martial Solal en 2007 et Yaron Herman l’an dernier - sont tous parvenu à le résoudre, adaptant leur jeu à l’acoustique du lieu, nous laissant en mémoire des concerts fantastiques. On attendait beaucoup de la prestation de Kenny Barron, « musicien pour musicien » et légende vivante du piano jazz, styliste du bop attaché au swing et à la tradition. Hélas, le pianiste mit beaucoup de temps à atténuer une résonance qui modifiait la sonorité de ses notes, les rendait partiellement inaudibles, certains auditeurs mieux placés percevant plus clairement que d’autres sa musique. Barron s’est-il rendu compte de ce problème sonore ? Imperturbable, il joua sans trop de foi ni de feeling, presque mécaniquement, un piano aux harmonies brouillées par un son déficient. Essayant de développer un jeu en block chords pour améliorer la clarté de son instrument, il finit par utiliser au minimum les pédales, à donner puissance et dynamique à son jeu. La vraie dimension du pianiste apparut alors. Nous l’avions entendu bâillonné. Nous découvrîmes un musicien raffiné, un harmoniste capable d’un profond lyrisme. Trempant son instrument dans le soleil des îles, il fit danser les notes d’un joyeux calypso, se mit à faire danser ses notes, le blues offert en rappel achevant de rassurer les fans de son piano.

LUNDI 18 mai
Enrico Rava à Sciences Po. Après un magnifique album new-yorkais publié en début d’année (“New York Days“, un disque ECM chroniqué dans ce blog en février), le trompettiste retrouve Paris avec un nouveau quartette italien au sein duquel brille le jeune tromboniste Gianluca Petrella. Amoureux de la mélodie, Rava laisse ses musiciens installer une tension qu’il apaise. La musique s’organise autour de la solide contrebasse de Piero Leveratto qui relie entre-eux les instruments de l’orchestre et constitue avec le batteur Fabrizio Sferra une section rythmique souple et flottante à laquelle se joint parfois le pianiste Giovanni Guidi. Electron libre de la formation, ce dernier accompagne avec parcimonie, joue peu de notes mais fascine par ses silences, son sens du placement, ses longs voicings élégamment rythmés. Il peut tout aussi bien installer un fiévreux ostinato rythmique pour soutenir une improvisation collective des vents que jouer de longues lignes dissonantes et abstraites, inventer des harmonies inattendues. A cet univers pour le moins onirique et sensible, s’oppose celui de Petrella, tromboniste exubérant et expressif qui recherche l’échange, multiplie les effets de growl et utilise sa sourdine pour souffler généreusement une grande diversité de sons. Associé à la trompette de Rava, le trombone de Petrella éblouit autrement, assure de vigoureux contre-chants à une trompette davisienne qui exprime avec chaleur une musique intensément lyrique. Tous deux chantent de délicieuses petites musiques felliniennes, esquissent des pas de danses villageoises, soufflent généreusement les couleurs éclatantes de mélodies diaprées qui conservent la chaleur du soleil transalpin.

Photos © Pierre de Chocqueuse

Partager cet article

Repost0

commentaires