Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 10:26
A Paris en juillet, les festivals de jazz poussent comme les champignons après la pluie. Il y a pléthore de musiques, digestes et indigestes. Choisissez les meilleurs concerts au sein de programmations souvent surabondantes. Ecoutez sans modération, mais avec discernement. Si le Paris Jazz Festival occupe les pelouses du Parc Floral depuis le 6 juin, les clubs font aussi leur festival. Jazz Legends Festival au Duc des Lombards jusqu’au 25 juillet, American Jazz Festival au Sunside, les bons concerts ne manquent pas dans la capitale. Du 20 au 25 juillet, les jazzmen occupent les Arènes de Montmartre. Profitez-en, sortez ! L’été, les maisons de disques sommeillent jusqu’en septembre. La musique se déguste live, se partage en groupe et entre amis. Elle reste le remède le plus efficace pour combattre les crises et la morosité. En été, le jazz n’est pas seul à se faire plus bleu. Le ciel l’est aussi pour porter les grands oiseaux qui voyagent. Dans l’un d’entre eux, Kneebody vient à nous. Le groupe sera à Vienne le 9 et au Sunside le 10 juillet. Pour des soirées très bleues.  

-Steely Dan, le groupe mythique de Donald Fagen et Walter Becker à l’Olympia le 2 juillet. En comptant ces derniers, dix musiciens et trois choristes occuperont la scène. Marvin Stamm (trompette), Jim Pugh
(trombone), Jim Beard (claviers), ne sont pas inconnus des amateurs de jazz. Un concert événement à ne pas manquer.

-Le 3, le trio du pianiste Jobic Le Masson rejoint par la saxophoniste Amy Gamlen se produit au 9 Jazz-Club, nouvelle place forte jazzistique située 9 rue Moret dans le 11ème. - Avec quelques jours d’avance (il est né le 6 juillet 1934 et non le 16 comme l’indiquent par erreur les dictionnaires du jazz), René Urtreger
fête ses 75 ans au Duc des Lombards les 3 et 4. Le 3 avec Nicolas Folmer, Hervé Meschinet, Mauro Gargano et Eric Dervieu ; le 4 en trio avec Yves Torchinsky et Eric Dervieu auquel s’ajouteront des invités surprises. Lesquels ? Il faudra y être pour le savoir. Le roi René mérite bien qu’on le visite au Duc.

-Si le temps reste au beau fixe, passez l’après-midi du 4 au Parc Floral de Paris en compagnie du Jus De Bocse de Médéric Collignon et patientez jusqu’à 16 heures 30 pour écouter le Vienna Art Orchestra de Mathias Rüegg, l’un des meilleurs big band de jazz européen. - Le 4 encore, John Scofield nous donne rendez-vous salle Pleyel avec son Piety Street Band, groupe mêlant gospel, soul et blues de la Nouvelle-Orléans. Le guitariste y a recruté une équipe d’excellents musiciens parmi lesquels le batteur Ricky Fataar
qui joue sur “Holland“ (1973), le dernier bon disque des Beach Boys, et George Porter, bassiste emblématique des légendaires Meters. - Toujours le 4, mais aussi le 5, Baptiste Trotignon et son “American Quintet“ (Mark Turner au ténor, Jeremy Pelt à la trompette, Matt Penman à la contrebasse et Eric Harland à la batterie) investissent le Sunside avec une musique des plus excitantes.

-Mike Stern
au Duc les 6 et 7 juillet. On a un peu perdu de vue ce grand guitariste qui accompagna Miles Davis lors de son come-back de 1981. Stern possède un son, un phrasé et une attaque de la note qui lui est personnelle. Bob Franceschini au saxophone, Tom Kennedy à la basse électrique et Dave Weckl, naguère le batteur de l’Elektric Band de Chick Corea, partageront avec lui la scène du club. Vous avez dit fusion ?

-Pianiste aux harmonies raffinées, Fred Hersch sera au Duc le 8. Avec John Hebert à la contrebasse et Nasheet Waits à la batterie pour jouer son meilleur piano.


-Aaron Parks lui succède et occupe le lieu le 9 et le 10. Auteur d’un premier album prometteur sur Blue Note, l’ex-pianiste de Terence Blanchard vient nous convaincre en trio de la pertinence de sa musique. Matt Brewer que les admirateurs du trio de Yaron Herman connaissent bien assure la contrebasse. On ne peut que s’en réjouir.
-Le 10, Wynton Marsalis promène à Pleyel son Lincoln Center Orchestra, big band d’une quinzaine de musiciens au sein duquel on relève les noms des trompettistes Marcus Printup et Ryan Kisor et du saxophoniste et multi instrumentiste Ted Nash. - Le même soir, Kneebody se produit au Sunside. Originaire de Los Angeles, les musiciens du groupe - Shane Endsley (trompette), Ben Wendel (saxophone ténor), Adam Benjamin (Fender Rhodes), Kaveh Rastegar (contrebasse et basse électrique) et Nate Wood (batterie) - proposent une musique énergique, un patchwork coloré de nombreuses influences. Rock, jazz, musique contemporaine et classique (“Twelve Songs by Charles Ives“ avec
Theo Bleckmann), Kneebody étonne par la singularité et la variété de ses projets.

-Egalement le 11, l’infatigable Roy Haynes investit le Duc avec un quartette comprenant David Kikoski au piano. - Le 11 encore, le Pentacle Quintet de la pianiste Sophia Domancich donne un concert à l’Archipel. Jean-Luc Cappozo (trompette), Michel Marre (euphonium), Claude Tchamitchian (contrebasse) et Simon Goubert (batterie) accompagnent une musicienne exigeante et sincère qui se produit peu fréquemment.

-Lee Konitz au Duc le 13 juillet Avec lui, le pianiste Giovanni Ceccarelli entendu avec Benny Golson et Enrico Rava et une section rythmique comprenant Nicolas Rageau (contrebasse) et Patrick Goraguer (batterie). - Auteur d’excellents disques et pianiste émérite, Kenny Werner sera au Sunside les 13 et 14 juillet avec Darryl Hall (contrebasse) et Remi Vignolo (batterie) pour mieux nous envoûter ces soirs de fête.

-Chris Potter au New Morning le 15 juillet. Originaire de Chicago, le saxophoniste s’impose comme l’un des plus brillants de sa génération. Craig Taborn au Fender Rhodes, Adam Rogers à la guitare et Nate Smith
à la batterie l’accompagnent en tournée. - Michel Sardaby : l’écouter est toujours un plaisir. Le rencontrer aussi. Son grand sourire éclaire une soirée. Le Duc l’accueille les 15 et 16 juillet avec Wayne Dockery à la contrebasse et John Betsch à la batterie.

-Nicolas Folmer joue souvent au Duc. Tant mieux. Co-fondateur du Paris Jazz Big Band, trompettiste solaire, il invite deux soirs (17 et 18 juillet) le saxophoniste Bob Mintzer (Jaco Pastorius Band, Yellow Jackets) à jouer sa musique qui sera enregistrée pour un futur album. Au piano Antonio Faraò, à la contrebasse Jérôme Regard, à la batterie Benjamin Henocq pour des concerts à ne pas manquer.
-Le  pianiste Monty Alexander et son trio vous attendent au New Morning le 20. - Le même soir, le contrebassiste Arild Andersen se produit aux arènes de Montmartre (croisement de la rue de Chappe et de la rue Saint-Eleuthères, Paris 18ème) avec le saxophoniste ténor Tommy Smith (l'un des grands de l’instrument) et le batteur Paolo Vinaccia.  “Live at Belleville“ de ce même trio est l’un des meilleurs disques de l’an passé.

-Les occasions d’écouter le pianiste Harold Mabern dans un club parisien sont plutôt rares. Influencé par Phineas Newborn et Horace Silver, Mabern joua avec Wes Montgomey, J.J. Johnson, Lee Morgan, fit partie du Jazztet d’Art Farmer et Benny Golson et reste une des légendes du jazz. Il vient jouer au Duc les 21 et 22 juillet avec Eric Alexander, saxophoniste puissant et lyrique. Le très parisien Darryl Hall à la contrebasse et Joe Farnsworth à la batterie assureront la rythmique.

-C’est au tour de Bob Mintzer d’inviter Nicolas Folmer à rejoindre son quartet - Phil Markowitz au piano, Jay Anderson à la contrebasse et John Riley à la batterie. Cela se passe au Duc, le 23, très sûrement une chaude soirée.


-Trop souvent dans l’ombre, Steve Grossman n’en reste pas moins un formidable saxophoniste. Il sera au Sunside trois soirs de suite (24, 25 et 26) avec Valerio Pontrandolfo, un autre ténor, pour le titiller et faire monter la pression, et Alain Jean-Marie au piano pour arbitrer des échanges sans nul doute passionnants. - Sonny Fortune au Duc les 24 et 25. Parker mais surtout Coltrane se retrouvent dans sa musique tempétueuse. Il maîtrise de nombreux instruments (ténor, alto, soprano flûte) et en compagnie de Kirk Lightsey au piano, Wayne Dockery à la contrebasse et Steve Johns à la batterie, soufflera des volutes de notes intenses et lumineuses. - Le 24, les Arènes de Montmartre accueillent Henri Texier et son Strada Sextet. La fête ! 

-Si le 25 est une belle journée, faites un tour au Parc Floral écouter l’excellent trio du contrebassiste Jean-Philippe Viret. - Richard Galliano lui succède à 16 heures 30. Son quartette réunit Gonzalo Rubalcaba au piano, Richard Bona à la basse et Clarence Penn à la batterie. De l’excellente musique en perspective. - Toujours le 25, le quintette de Roy Hargrove investit le New Morning. Chaude soirée en perspective !

-En trio, le saxophoniste Jérôme Sabbagh colle de nouvelles harmonies sur de vieux standards, invente et dépoussière. Démonstration le 29 juillet au Duc avec Donald Kontomanou  à la batterie et un contrebassiste mystère. 

-Venez  découvrir sur scène le quartette américain du trompettiste Eric Le Lann (avec David Kikoski au piano et Billy Hart à la batterie) les 30 et 31 juillet au Sunside. En attendant la sortie le 10 septembre sur Plus Loin Music de son nouvel album new-yorkais.


Olympia : http://www.olympiahall.com/
9 Jazz-Club : http://www.myspace.com/le9jazzclub
Duc des Lombards : http://www.ducdeslombards.com/
Paris Jazz Festival : http://www.parisjazzfestival2009.net
Salle Pleyel : http://www.sallepleyel.fr/
Sunset – Sunside : http://www.sunset-sunside.com/
L’Archipel : http://www.larchipel.net/
New Morning : http://www.newmorning.com/
Festival Les Arènes du Jazz :
http://www.paris-ateliers.org/

Crédits photographiques : Kneebody (pochette de disque) © Chris Eichenseet/Greenleaf music - René Urtreger, Nicolas Folmer & Red Light © Pierre de Chocqueuse - Aaron Parks © Blue Note Records - Lincoln Center Orchestra © Clay Patrick McBride - Kneebody © Nick Perzik/Winter & Winter Records - Kenny Werner © Till Krautkrämer/Blue Note Records - Paolo Vinaccia, Arild Andersen, Tommy Smith © Vidar Ruud/ECM Records.

Partager cet article

Repost0

commentaires