Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 09:32

Budapest-b.jpgCher Jacquot,

Invités au mariage de Toine, le fils de tonton Manu et de tata Cathy qui épouse une jeune et jolie hongroise, ta mammy et moi passons d’agréables vacances en Hongrie. Nous avons visité Budapest, Happy Family hôtelville débordante de vieux et sympathiques cafés et sommes actuellement au bord du lac Balaton, dans un hôtel construit dans les années 50 pour l’homo soviéticus et les camarades hongrois méritants. Presque rien n’a changé. Les postes de garde et leurs barrières dissuasives sont toujours en place. Les gardiens aussi. Ils sont seulement un peu plus vieux. Après avoir servi la nomenklatura communiste, le personnel du Happy Family Hôtel (photo) qui nous héberge soigne aujourd’hui sans états d’âme les capitalistes qui viennent y marier leurs enfants. Les chambres confortables et grandes contiennent des lits immenses. J’ose rêver que le camarade Nikita a batifolé dans celui que j’occupe avec Madame Michu. Les appareils électriques d’époque Valse-des-Michu.jpgont fière allure. Les aspirateurs exhibent des corps de spoutniks et les grille-pains ressemblent à des chars miniatures. Celui de l’immense salle dans laquelle nous petit déjeunons fait grincer les rouages métalliques de ses chenilles. Les serveurs très stylés de l’hôtel ont gardé quelque chose des procès préfabriqués, des grandes épurations, la peur de finir leur service au goulag. La musique n’est pas vraiment excitante, Duke Ellington n’ayant pu voyager jusqu’ici. Bruyante et improbable, mélange d’accordéon synthétique et de flonflons magyars, elle pousse à de savants et pénibles déhanchements. Les vins toutefois restent excellents, mais Madame Michu veille. Un maître d'hôtel compréhensif (photo de droite) me sert des verres de tokay en cachette, m’abreuve de fines Cerbère compréhensifliqueurs. J’ai surtout eu l’occasion d’étancher ma soif – il fait très chaud, autour des 40° – lors du mariage de Toine, une fête comme ta grand-mère et moi en avons rarement vu, avec croisière sur le lac, lancer de ballons et feu d’artifice. J'ai fait valser Madame Michu. Elle s’est couchée tôt. J’en ai profité pour danser avec la mariée, faire tourner Olya, Anikó, Maria, Szilvia, Belisa, ses jolies copines.

 

Je t’écris dans une solitude quasi-complète. La noce est finie. L’hôtel, qui hier encore résonnait des rires des convives, est aujourd’hui désert. Ses longs couloirs n’abritent que des fantômes. Déjà les soirées sont plus fraîches. Le goût amer de l’arrière-saison accompagne l’entrée du soleil dans le signe de la Vierge et son coucher est magnifique.

 

Balaton-Sunset.jpg 

Il est temps pour nous de regagner Paris, de se plonger dans un grand bain de jazz, ceux très chauds qui abondent en Hongrie n’offrant pas le même plaisir. Le jazz me manque. J’espérais en écouter au Budapest Jazz Club. Madame Michu et moi l’avons trouvé portes closes après une longue déambulation nocturne, le club fermant au mois d’août.

 

Sais-tu cher Jacquot que le festival de jazz de la Villette accueille cette année Jacky Terrasson, Kenny Barron, Geri Allen, Bill Carrothers, Marc Copland, des pianistes que j’affectionne ? Fin septembre (les 28 et 29), Provins organise un premier Duke Festival et invite Laurent Mignard et son Duke Orchestra. J’espère que la quincaillerie médiévale qu’on y trouve ne te fera pas reprendre tes mauvaises habitudes. Contrairement aux bons vins, les clous rouillent. Tu en as fait l’expérience en adoptant naguère la panoplie du parfait gothique. L’élégance ellingtonienne te sied mieux. Elle donne des joues roses, un sourire naturel, des jambes fines et légères pour courir les concerts.

Affectueusement 

Papy Michu        

 

UN FESTIVAL QUI INTERPELLE :

Affiche-Jazz-a-la-Villette-2012.jpg

Comme chaque année la Cité de la musique et la Grande Halle de la Villette accueillent un large choix de musiques aussi diverses que variées. Le jazz y est bien représenté. Les Michu éviteront les groupes post free et post moderne qui ignorent le swing et privilégient le bruit. Les festivités festivalières ont débuté le 29 août avec David Murray en big band. Elles se poursuivent jusqu’au 9 septembre. Panorama sélectif.

 

Geri-Allen.jpg-Le 5 à la Cité de la musique (20h00), Kurt Rosenwinkel rencontre Geri Allen. Leur duo guitare piano peut se révéler enthousiasmant. Les harmonies inhabituelles du guitariste, son phrasé unique au service de phrases simples et mélodiques devraient idéalement se marier aux harmonies colorées de la pianiste. Cette dernière peut aussi privilégier la tension, mettre du feu dans ses accords. Elle possède un jeu énergique, mais aime aussi les notes tendres et bleues qu’elle rassemble dans un jeu orchestral, le blues et le groove imprégnant naturellement sa musique. Au même programme, Lee Konitz retrouve le pianiste Dan Tepfer, une valeur sûre de l’instrument. Ensemble, ils ont enregistré un bel album en 2009, “Duos with Lee” (Sunnyside/Naïve). Bien que manquant un peu de souffle, le saxophoniste, 85 ans en octobre, séduit toujours par une sonorité fragile et transparente, des lignes mélodiques d’une rare suavité.

 

Jacky-Terrasson.jpg-Le 6, dans la Grande Halle (20h00), Jacky Terrasson invite les musiciens qui l’entourent dans “Gouache”, son nouvel album qui vient de paraître (chronique prochaine dans ce blog). Ils ont pour nom Cécile McLorin Salvant (chant), Stéphane Belmondo (trompette, bugle), Michel P (clarinette B), Burniss Earl Travis II (contrebasse et basse électrique), Justin Faulkner (batterie) et Minino Garay (percussions). Le disque, une ode au bonheur, contient de lumineuses relectures de Oh my Love (John Lennon), Valse Hot (Sonny Rollins) et C’est si bon, une chanson du pianiste Henri Betti, longtemps accompagnateur de Maurice Chevalier, chanson qu’Yves Montand et Eddie Constantine popularisèrent. Chantée par Cécile, Je te veux est une autre perle de cet album qui ne renferme que des joyaux. Erik Satie en composa la musique. Frissons garantis.

 

B.-Carrothers---M.-Copland.jpg-Marc Copland & Bill Carrothers, deux de mes pianistes préférés, sur la scène de la Cité de la musique le 7 (20h00). Le premier hypnotise par des harmonies flottantes, liquides et transparentes. Maître de la couleur, il peint avec son clavier, donne de subtiles nuances à ses notes grâce à la finesse de son toucher et à son jeu de pédales qui en brouille les sonorités. Le second s’intéresse aux musiques de la grande Amérique, des vieux hymnes profanes et religieux, des thèmes de Stephen Foster, le père fondateur. Il surprend par un discours inattendu au sein duquel cohabitent harmonies majestueuses et notes zigzagantes trempées dans le blues, une musique nostalgique et émouvante que sert un piano mobile et espiègle. Sous la houlette de Philippe Ghielmetti, Copland et Carrothers ont enregistré ensemble en 2005 “Standardized” (Minium / Discograph). Leur réunion parisienne constitue un événement. Au même programme, Baptiste Trotignon & Bojan Z. Moins sensible à leur piano, j’ose espérer une bonne surprise.

 

D. Holland 1 © Ph. EtheldrèdeK. Barron 1 © Ph. Etheldrède-Le lendemain 8 septembre (20h00), cette même Cité de la musique accueille Kenny Barron et Dave Holland, deux maîtres incontestés de leurs instruments respectifs. Pianiste enraciné dans le swing et le raffinement harmonique, Barron ne dédaigne pas s’ouvrir à des formes musicales contemporaines, pratiquer un jeu plus physique, tenter des expériences qui lui sont inconnues. Ses partenaires déterminent souvent sa façon de penser la musique. Pianiste caméléon, il s’adapte, prend des risques lorsqu’on le provoque. Sa discographie renferme un bel enregistrement en duo avec Charlie Haden. Misja Fitzgerald MichelExpression d’une pensée claire et réfléchie, le jeu de contrebasse de Dave Holland devrait ouvrir de nouvelles perspectives à son piano. En première partie de programme, Misja Fitzgerald Michel jouera la musique de Nick Drake, chanteur de folk britannique disparu en 1974 à l’âge de vingt-six ans. Ce dernier laisse d’exquises mélodies aux harmonies raffinées. Brad Mehldau a repris plusieurs de ses thèmes, Day is Done, Things Behind the Sun et le magnifique River Man. Misja joue deux d’entre-eux dans “Time of no Reply” (No Format !) publié l’an dernier. Avec lui pour ce concert, Olivier Koundouno au violoncelle.

 

Loueke-2-c-Ph.-Etheldrede.jpgRobert-Glasper.jpg-Le 9 à 16h00, deux duos sont programmés à la Cité de la musique. Robert Glasper, pianiste de tous les possibles  – mélange de soul, de hip hop, et de rap, “Black Radio” son dernier album plaît beaucoup à Circuit 24 – s’associe à Lionel Loueke dont la guitare, bien trempée dans ses racines africaines, tire des sons venus d’ailleurs. Le pianiste Grégory Privat (fils de José Privat du groupe antillais Malavoi) et le batteur Sonny Troupé assureront la première partie. Toujours le 9, mais à 19h00 et dans la Grande Halle, Archie Shepp Archie-Shepp-c-Dario-Villa.jpgreprend en big band “Attica Blues“, une ambitieuse œuvre politique de 1972, l’un des rares disques audibles qu’il enregistra pour le label Impulse!, un album culte dont il confia les arrangements à Romulus Franceschini, Shepp, musicien intuitif, déchiffrant mal la musique. Aujourd’hui apaisé, cet ex-apôtre de la déconstruction qui, dans les années 60, fut le porte-parole de la communauté musicale afro-américaine en révolte, n’a rien perdu de son lyrisme et conserve son savoir-faire dans le blues et les ballades.

 

Programme complet : www.jazzalavillette.com

 

Wared 5tet © Arno FougèresL’actualité très riche de ce mois me contraint à décaler d’une dizaine de jours les concerts qui interpellent. Ne manquez pas toutefois les trophées du Sunside (11e édition, du 3 au 5 septembre), occasion de découvrir de nouveaux talents, et les concerts que le Wared Quintet du pianiste Edouard Bineau donnera au Duc des Lombards les 7 et 8 septembre. Avec lui l’excellent saxophoniste Daniel Erdmann (ténor & soprano), Sébastien Texier (saxophone alto et clarinette), le grand Gildas Boclé à la contrebasse et Arnaud Lechantre à la batterie. Enfin, le jeudi 13, le pianiste François Couturier et son Tarkovsky Quartet donneront un concert dans le grand auditorium du Collège des Bernardins (20, rue de Poissy, 75005 Paris). Le 16, en l'Abbaye de Royaumont (Asnière-sur-Oise), ils proposeront "Le temps scellé", création audiovisuelle réalisée avec Andrei A. Tarkovski, le propre fils du réalisateur. Plus de détails prochainement dans ce blogdechoc.  

 

-Sunset - Sunside : www.sunset-sunside.com

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-Collège des Bernardins : www.collegedesbernardins.fr

-Abbaye de Royaumont : www.royaumont.com

 

Crédits photos : "Budapest", "Happy Family Hôtel", "Balaton Sunset", "Maître d'hôtel compréhensif", Geri Allen, Jacky Terrasson © Pierre de Chocqueuse "Valse des Michu" © Annabelle Fouquet Bill Carrothers & Marc Copland © Cecil Mathieu – Kenny Barron, Dave Holland, Lionel Loueke © Philippe Etheldrède – Misja Fitzgerald Michel © Astrid Souvray Archie Shepp © Dario Villa Wared Quintet © Arno Fougères   Robert Glasper © Photo X/D.R. .

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires

Phil Costing 03/09/2012 10:27

Bravo ! Si le jazz a manqué à Blogdechoc, moi c'est blogdechoc qui m'a manqué ! Mais quelle drôle d'idée d'aller en Hongrie pour espérer entendre du jazz !! En Europe, il y a les pays nordiques
pour cela ! Bref merci d'être revenu et d'attaquer la cinquième année du blog avec le même enthousiasme !