Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:23

E.-Pieranunzi-cover.jpgEnregistrement solo de 2007, “Wandering“ réunit de courtes pièces, improvisées pour la plupart. Contrairement à son album consacré à Domenico Scarlatti réalisé la même année, Enrico Pieranunzi ne part pas d’un matériel thématique existant. Seuls trois morceaux ont été préalablement composés. Fermati a guardare il giorno, Rosa del mare et For My True Love révèlent la sensibilité du pianiste, son aptitude à faire chanter et respirer une simple phrase musicale, à l’enrichir de notes tendres et émouvantes. Si Rosa del mare reste une rêverie poétique sophistiquée sur un plan harmonique, For My True Love, séduit par sa simplicité. Avec très peu de notes qu’il fait admirablement sonner, Enrico crée une pièce musicale intensément lyrique. Ailleurs, il imagine, se jette à l’eau avec un bagage technique qui lui permet toutes les audaces. Il ne cherche jamais à en mettre plein la vue, mais exprime ses émotions. Posant ses mains sur le clavier de l’instrument, il invente mesure après mesure une musique qui n’a encore jamais été jouée. Articulation parfaite, lisibilité, sens de la forme, équilibre de la phrase, la formation classique et la profonde connaissance du jazz du pianiste se révèlent dans des miniatures improvisées et variées. Cinq d’entre elles ne dépassent pas les deux minutes, ce qui oblige l’improvisateur à aller à l’essentiel. Certaines sont construites sur de courtes séquences mélodiques; d’autres reposent sur des ostinato de notes. Enrico en fait briller les couleurs. Sa main gauche mobile et inventive installe des atmosphères obsédantes, joue les sombres accords d’une musique introspective qui, par contraste, rendent particulièrement lumineuses et sereines ses trois compositions écrites. Le registre grave du clavier est ainsi particulièrement sollicité dans Improstinato 2 et Dark, des pièces dont la noirceur se voit tempérer par le blues. Le pianiste fait de même dans Teensblues, morceau dont les accords plaqués et dissonants rappellent un thème de Monk. Les autres paysages qu’il nous livre sont moins inquiétants. Enrico prend même le temps de poser des couleurs sur les lignes mélodiques de Wandering 1 et Foor-Fee, des pièces espiègles et tendres, si bien construites qu’on a du mal à les croire improvisées. Chapeau maestro !  

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires