Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 09:12

G. Laurent, cover Around GigiSe méfiant des vertiges de l’improvisation libre, Géraldine Laurent préfère s’attacher aux standards du passé, au répertoire de compositeurs qu’elle admire, privilégier la mémoire à la nouveauté. Elle a beaucoup appris de ses devanciers illustres en repiquant leurs solos. Cela explique la richesse de sa sonorité d’alto, un assemblage de timbres capiteux. On y entend Johnny Hodges et Charlie Parker, mais aussi la pureté sonore d’un Paul Desmond. C’est Gigi Gryce, musicien moins médiatisé et plus rare qu’elle célèbre ici, un altiste qui, profitant d’une tournée européenne de l’orchestre de Lionel Hampton dont il faisait partie, enregistra ses premières faces sous son nom à Paris. Elle s’empare de trois de ses plus célèbres compositions, Nica’s Tempo, Smoke Signal et Minority, mais aussi de Kerry Dance, un traditionnel, et de Mau Mau, une pièce de l’album “The Art Farmer Septet“ que Gryce arrangea. Géraldine étonne dès l’ouverture de son disque, une version étonnante de Black and Tan Fantasy de Duke Ellington qu’elle attaque sans virtuosité excessive par de courtes phrases étranglées. Cette jeune femme plutôt timide et réservée joue avec une assurance et une autorité stupéfiantes. Ecoutez-la dans Gallop’s Gallop de Monk, duo magistral avec Franck Agulhon son batteur, ou dans Minority qu’elle introduit par un dialogue avec Pierre de Bethmann, la rythmique rentrant plus tard lorsque le thème se dévoile. Dans Smash, une de ses compositions, elle répond au piano de Pierre sans jamais se démonter, soutient une véritable conversation, la rythmique restant toujours en phase avec les solistes. Les lignes mélodiques de ses propres compositions semblent construites sur le schéma harmonique de morceaux des années 50. Les disques Blue Note, Prestige ou Riverside auraient pu les abriter. L’altiste se fait miel dans Did You Remember You baigné de notes poétiques, ou dans Nica’s Tempo qui fait un peu penser à Naima de John Coltrane. Mais le plus souvent, Géraldine Laurent souffle impétueusement dans son alto comme s’il y avait toujours urgence. A ses côtés, Pierre de Bethmann joue son meilleur piano, tricote des notes élégantes, met de belles couleurs dans un jeu qui intègre réflexion, silence et respiration. Franck Aghulon apporte une puissante assise rythmique à la musique et propulse Mau Mau vers des sommets de swing. Yoni Zelnik s’offre un superbe solo de contrebasse dans Smash et partout Géraldine fait chanter son saxophone, surprend par ses attaques, ses placements rythmiques, l’impeccabilité de ses notes fiévreuses qui nous tiennent constamment en haleine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires

sniatecki gilles 19/10/2010 14:26


On ne peut qu'être impressionné (et séduit) par l'assurance et la maîtrise instrumentale dont fait preuve Géraldine Laurent; cet hommage à Gigi Gryce -un altiste et compositeur bien sous estimé-
est passionnant de bout en bout et permet d'apprécier la saxophoniste dans toute l'étendue de son art: fermeté du discours, intelligence mélodique, sensibilité et véhémence, rien de verbeux ni de
convenu dans les échanges des musiciens qui signent un disque pleinement réussi.