Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 08:58

John Scofield BandVENDREDI 23 avril

« Wonderful to be back in the New Morning again ». Ces mots, John Scofield les prononce sur scène avant de débuter son concert. Le guitariste amène avec lui une section rythmique de premier ordre. Ben Street à la contrebasse et Bill Stewart John Scofield-copie-1à la batterie assurent une assise puissante à ses notes. Le quatrième homme, le pianiste Michael Eckroth, découvre pour la première fois le public parisien. Dans une salle pleine renfermant de nombreux guitaristes. Scofield tourne cet été avec son Piety Street Band, un groupe de jazz soul mâtiné de gospel et c’est effectivement à l’orgue que l’on découvre Eckroth qui va rapidement s’installer au piano. Il possède une bonne technique, beaucoup de rythme et connaît bien les accords du bop. Car Scofield a beau tremper sa guitare dans le blues et reprendre My Foolish Heart et I Want to Talk About You, une ballade de Billy Eckstine que John Coltrane aimait jouer, il célèbre aussi Charlie Parker (Steeplechase, Relaxin’ at Bill Stewart & John ScofieldCamarillo) et Dizzy Gillespie (Woody’n’ You) et s’entend avec son batteur pour faire monter la tension. L’un et l’autre se questionnent, s’interpellent. Bill Stewart possède un drumming d’une grande précision, mais sait aussi donner du volume à la musique en martelant ses toms. Le guitariste sculpte soigneusement ses notes, dose ses effets de distorsion et de réverbération, choisit l’angle de ses attaques pour rendre plus intense le discours musical qu’il émaille de glissandos, d’inflexions qui lui sont propres. Ce travail sur le son profite à la ligne mélodique des morceaux qu’il interprète. Il décline les thèmes sans jamais trop s’en écarter, improvise sur des grilles de blues, musique dans laquelle son instrument est trempé. Après Jim Hall, une autre leçon de guitare.

Photos © Pierre de Chocqueuse

Partager cet article

Repost0

commentaires