Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 12:07

J.O. Baroque, bandeauEncore beaucoup de disques en octobre. Trop au regard de ce qu’ils apportent d’original, de réellement neuf. Quelques réussites, peu nombreuses, sortent du lot. Vous les trouverez ici brièvement chroniquées. J’y ajoute mes coups de cœur, des disques imparfaits qui séduisent par la fraîcheur de leur musique, leur aspect inattendu. Faites comme moi, laissez-vous surprendre. Des oreilles grandes ouvertes favorisent les découvertes.

Jazz : les grandes sorties d’octobre

Manuel Rocheman, cover

-Longtemps fasciné par la technique, la virtuosité d’Oscar Peterson et de Phineas Newborn, sans oublier celle de Martial Solal qui fut un temps son professeur, Manuel Rocheman s’intéresse depuis quelques années à Bill Evans. Dans “The Touch of Your Lips“, son piano se fait plus lyrique pour célébrer sa musique. Il reprend quelques-unes de ses compositions, mais joue aussi les siennes, y fait passer ses émotions, utilise son propre langage harmonique pour exprimer son admiration pour Evans et nous offre son album le plus chantant. (Naïve. Sortie le 5 octobre)

 

C. Lloyd -“Mirror“, le nouveau disque de Charles Lloyd témoigne de la complicité des musiciens qui l’entourent depuis plus de trois ans. Le pianiste Jason Moran, le contrebassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland ont eu le temps de se connaître, d’affiner leurs échanges pour les rendre plus fluides et servir le chant apaisé des saxophones de Lloyd. Ce dernier reprend plusieurs thèmes qu’il a déjà enregistrés (Go Down Moses, The Water is Wide), joue deux compositions de Thelonious Monk et s’amuse à improviser sur Caroline, No des Beach Boys. A soixante-douze ans, Lloyd reste un jeune homme espiègle et malicieux. On ne peut que s’en réjouir. (ECM / Universal. Sortie le 11 octobre)

 

Aldo Romano Complete Communion-Aldo Romano rend hommage à Don Cherry. Il jouait avec lui dans les années 60 et n’a jamais oublié sa musique. “Complete Communion to Don Cherry“ fait référence à un enregistrement Blue Note de décembre 1965 qui reste le plus célèbre et le plus captivant du trompettiste. Le quartette réuni par le batteur pour interpréter sa musique, comprend le contrebassiste Henri Texier, lui aussi ancien compagnon de concerts de Cherry. Au programme, des compositions de ce dernier (Rememberance, Spring is Here, Art Deco), mais aussi des thèmes d’Ornette Coleman (Jayne, The Blessing) auprès duquel Cherry se fit connaître. Fabrizio Bosso à la trompette et Géraldine Laurent à l’alto complètent la formation d’Aldo. Ils sont tous deux extraordinaires. (Dreyfus Jazz / Sony Music. Sortie le 11 octobre)

 

J. Onishi Baroque (gde)-Après un album Blue Note en trio, publié en début d’année, la pianiste Junko Onishi confirme son grand retour avec “Baroque“, un disque hommage à la musique de Charles Mingus dans lequel la pianiste revisite également Eubie Blake, Sir Charles Thompson et Thelonious Monk. Avec elle, un trio de souffleurs expérimentés – Nicholas Payton (trompette), James Carter (Saxophones alto et ténor, flûte et clarinette basse) et Waycliffe Gordon (trombone) et sa section rythmique de prédilection, Reginald Veal à la contrebasse et Herlin Riley à la batterie, une seconde contrebasse, celle de Rodney Whitaker, se joignant parfois à elle. (Verve / Universal. Sortie le 18 octobre)

 

Eric Watson, cover-On doit à Eric Watson des albums superbes en solo pour Owl Records (ses premiers), mais aussi des enregistrements avec Mark Dresser et Ed Thigpen, leur trio se transformant en quartette lorsque le saxophoniste Bennie Wallace se joint à lui. C’est toutefois en solo que le pianiste nous offre la quintessence de son art pianistique, une musique libre, nourrie d’harmonies classiques et contemporaines et constamment inspirée. Neuf ans après “Sketches of Solitude“ (night bird), et toujours pour Jean-Jacques Pussiau, Eric Watson réunit ses souvenirs parisiens dans “Memories of Paris“. Tour à tour, son piano chante, gronde, emporte dans un torrent de notes. La fougue le dispute à la grâce. (Out Note / Harmonia Mundi. Sortie le 21 octobre)

 

Wared Quartet, cover-Après deux albums en trio et un en duo avec Sébastien Texier, le pianiste Edouard Bineau se rappelle à notre attention avec un nouveau disque aux compositions excitantes, une des bonnes surprises de cette rentrée. Constitué de Gildas Boclé (contrebasse) et d’Arnaud Lechantre (batterie), son trio habituel se transforme en “Wared Quartet“ (Edouard en verlan) et se fait plus musclé avec l’arrivée de Daniel Erdmann aux saxophones ténor et soprano. Sébastien Texier au saxophone alto y est convié dans trois morceaux. (Derry Dol / Socadisc. Sortie le 22 octobre)

 

Chris Minh Doky, cover-En général, les disques de Chris Minh Doky ne m’emballent pas. Enregistré avec les cordes du Metropole Orkest, formation néerlandaise d’envergure placée sous la direction de Vince Mendoza, “Scenes from a Dream“ fait exception. Brillamment arrangé par les deux hommes, il réunit leurs compositions, mais aussi un titre du regretté Don Grolnick et quelques pièces traditionnelles. Chris Minh Dokyfait beaucoup chanter sa contrebasse. Au piano, Larry Goldings est également très convaincant. L’album bénéficie aussi de la batterie de Peter Erskine. Ses délicates ponctuations rythmiques font mouche. Ecoutez le magnifique The Coast of Living qui ouvre l’album et laissez-vous porter par le lyrisme de la musique. (Red Dot Music / Integral distribution. Sortie le 25 octobre)   

 

Sophisticated Ladies-Le Charlie Haden Quartet West - Ernie Watts au ténor, Alan Broadbent au piano, Charlie Haden à la contrebasse et Rodney Green remplaçant de Larance Marable à la batterie - n’avait pas fait de disques depuis “The Art of The Song“, un album Verve de 1999. Comme ce dernier, “Sophisticated Ladies“ est largement consacré au chant. Un orchestre de cordes sert d’écrin aux voix de Melody Gardot, Cassandra Wilson, Ruth Cameron, Renée Fleming et Diana Krall. Celle de Norah Jones se passe de cordes dans Ill Wind. Les autres morceaux, des instrumentaux, des standards de l’histoire du jazz, n’en ont pas davantage et n’en sont que plus beaux. (EmArcy / Universal. Sortie le 25 octobre)

 

Eric Truffaz, cover

 

-Du Jazz, parfois même acoustique (Les gens du voyage), du rock, de la musique d’ambiance très travaillée, “In Between“, nouvel opus du trompettiste suisse Eric Truffaz s’adresse à un public très large. Chanté par Sophie Hunger, Let me Go ! pourrait devenir un énorme tube. Quant aux longues plages planantes de l’album, elles font souvent rêver. (Blue Note / EMI. Sortie le 29 octobre)

 

Photo Junko Onishi © Mika Ninagawa

Partager cet article

Repost0

commentaires