Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 09:33

Ph.-Pilon--cover.jpgDans les notes de livret qu’il a tenu à rédiger lui-même, Philippe Pilon avoue avoir pris tout son temps pour préparer ce disque, son premier. Il souhaitait y apporter ses propres compositions, en peaufiner les arrangements pour que son album ne soit pas un simple objet de consommation parmi tant d’autres albums oubliables. Philippe a eu bien raison, car il se distingue immédiatement des autres par un swing jubilatoire qui manque à de nombreuses productions actuelles. Non qu’il faille nécessairement associer au jazz le balancement de la syncope - certains disques de jazz moderne ne swinguent pas ce qui ne les empêche pas d’être excellents - , mais à une époque de confusion des genres, l’emploi de cette pulsation souple et (re)bondissante abusivement associée au seul jazz classique (il en marqua certes l’histoire), procure un plaisir indicible. Etrange parcours que celui de ce saxophoniste qui, après une adolescence consacrée au rock, au ska et au reggae, découvre à 18 ans le jazz de Lester Young, avec A Ghost of a Chance - « un choc profond » - qu’il ne pouvait manquer inclure dans son répertoire. Le saxophone, Philippe Pilon le pratique dès sa jeunesse. Il a huit ans lorsqu’il choisit de l’étudier, commence par l’alto puis adopte le ténor. Il enseigne aujourd’hui l’instrument dans différentes écoles et conservatoires et en milieu scolaire. Ce disque a d’ailleurs été enregistré dans le théâtre du centre culturel Athénée de Rueil-Malmaison. Philippe y donne des cours depuis 1997 et s’y sent parfaitement à l’aise. La musique de “Take It Easy” témoigne de cet état d’esprit. Le saxophoniste l’aborde avec douceur et décontraction. Ses phrases élégantes et souples s’attachent à l’esthétique. Hantées par le blues, ses improvisations mélodiques en profitent. Dans son texte, Philippe révèle que ses idées musicales lui viennent en marchant. Il chante et rythme de ses pas les mélodies qu’il invente, trouvant ainsi pour elles le meilleur tempo possible. Avec Pierre Christophe au piano, Raphaël Dever à la contrebasse et Guillaume Nouaux à la batterie, il dispose d’un excellent quartette que complètent dans certaines plages les trompettistes Julien Alour et Jérôme Etcheberry. De bons compagnons de jeu, l’aspect ludique de la musique recouvrant d’un voile pudique les difficultés techniques rencontrées. Le thème qui donne son nom à cet enregistrement est un riff inspiré par un solo de Lester. Egalement composé par Philippe, Sulkin’ se base sur les harmonies de Honeysuckle Rose. Le tempo est vif dans Never too Late et les chorus fiévreux se succèdent jusqu’à la coda. La belle trompette de Julien Alour expose le thème à l’unisson du ténor puis le laisse s’envoler. Celle plus classique de Jérôme Etcheberry s’invite dans trois autres morceaux. Marqué par le blues, Ghost Town et son thème aérien bénéficient d’une walking bass efficace et d’un piano inventif. L’Elfe, calypso au swing irrésistible, donne réellement envie de danser. Musicien caméléon, Pierre Christophe maîtrise blockchords et jeu en single notes, joue aussi bien un piano modal que du blues et du bop et fait merveille dans cette séance. Outre A Ghost of A Chance, superbe ballade qu’interpréta Lester et que chantèrent aussi Billie Holiday et Ella Fitzgerald, ce disque renferme I Found A New Baby et Blue Turning Grey Over You, standards que l’amateur de jazz affectionne. Il permet de découvrir les compositions et le chant d’un saxophoniste que l’on aurait tort d’ignorer.   

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe Pilon 14/05/2011 22:57


Merci Mr Mimoun, pour vos remarques constructives et votre humour dévastateur. Vous, vous avez tout bon... Bonne route. Philippe Pilon


Medhi Mimoun 05/04/2011 11:34


Monsieur de Chocqueuse,
Vous avez de la chance. Vous vivez à Paris ou à proximité. Vous allez au concert. Je suis cloué à Orléans et tributaire de mon fauteuil roulant pour me déplacer. Je consulte internet depuis
quelques mois. C'est devenu une vraie occupation. Etant amateur de jazz depuis l'adolescence - je suis un vieux monsieur de 81 ans - j'ai découvert votre "blog de choc" avec intérêt. Je tiens tout
d'abord à vous dire que je trouve l'intitulé de celui-ci assez laid. Pourquoi n'avez-vous pas nommé votre site : "la Chronique de Pierre de Chocqueuse". Personnellement cela me paraît plus
distingué que les deux onomatopées que vous avez retenues.
J'ai fait acheter sur votre recommandation le disque de Philippe Pilon que vous présentez de façon très élogieuse inspiré par la musique de Lester Young. Je ne partage pas votre avis. Ce disque est
plat, appliqué sans improvisation véritable. J'imagine que vous avez vu Philippe Pilon en concert et que celui-ci a joué devant vous plus librement et qu'il a enchaîné les choruses, qu'il vous a
séduit et que vous avez tenu à lui faire une petite publicité. Cela me paraît bien compréhensible et bien respectable. Mais le disque tout de même..., j'avais envie, après l'avoir écouté, de lui
accoler l'observation que l'on pose sur les copies des élèves que l'on a envie d'encourager mais que l'on s'est ennuyé à corriger : "Assez bien. Peut mieux faire". Il manque les ailes de Lester. Ce
Philippe Pilon est un jeune homme qui ne sait pas laisser passer une, deux ou trois mesures pour improviser justement. Sa sonorité m'a paru des plus communes. Le manque d'idées et d'originalité des
musiciens conduisent à une forme de remplissage qui désole. Ce jeune artiste admire sans doute Lester Young mais je n'ai entendu nulle part l'influence du "Président". Il n'empêche que je ne sais
pas ce que je vais faire de ce cd qui m'encombre et que je n'écouterai pas une seconde fois. Ah si, je crois savoir et j'espère que cela vous fera sourire, Monsieur de Chocqueuse : "au pilon !"
Enfin continuez à rendre compte de vos sorties. En vous lisant j'ai un peu l'impression d'être à vos côtés.
Votre ami le vieux harki
Medhi Mimoun