Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 09:30

Lampe gaucheFévrier : Amateur de jazz, Jean-Paul n’arrête pas de râler. Les disques, il les veut tous et n’en possède jamais assez. Son érudition est admirable. Il vous annonce tout de go que “Way, Way Out“ de Ken McIntyre a été enregistré le 27 mai 1963. Il râle car bien qu’ayant été réédité par Blue Note en 1997, ce disque, publié à l’origine sur United Artist, est aujourd’hui introuvable. Mécontent de cette situation, il en retire le plaisir de la chasse. Jean-Paul occupe une bonne partie de ses loisirs à chercher le “Tokyo  Live“ de Tony Williams, un double CD Blue Note de 1993, enregistré en mars 1992 précise-t-il, entrevu sur e-bay à un prix prohibitif. Il a récemment payé fort cher en vinyle l’édition originale de “The Blues Hot and Cool“, un disque de Bob Brookmeyer, pour le découvrir quelques jours plus tard en CD. Il compare et découvre que le Verve de 1960 qu’il vient d’acheter sonne beaucoup mieux que sa réédition. Normal, car confiés à de mystérieux activistes de la contrefaçon, les maisons de disques battant pavillon noir ne possèdent pas les bandes des CD qu’ils éditent. Ils partent d’un 33 tours en bon état et reproduisent s’ils le peuvent la pochette originale de l’album, l’amateur de jazz maniaque et tatillon préférant cette dernière. Multipliant les labels fantômes, les “Frères de la Côte Numérique“ inondent ainsi les magasins de leurs éditions pirates et occupent le terrain, les grandes surfaces du disque regorgeant de contrefaçons. Six disques du catalogue Horo ont ainsi été récemment réédités par Atomic Records sans aucune autorisation. Quant aux majors, après avoir ressorti en CD les principaux albums de leurs catalogues, ils se les laissent aujourd’hui piller sans réagir. Jean-Paul râle, mais en l’absence de rééditions légales, achète tout ce qui lui tombe sous la main. Peu lui chaut que les musiciens perçoivent ou non des royalties sur des CD dont il ne veut pas connaître la provenance. Il est même prêt à réinvestir dans ces disques vinyles qui envahissent comme au bon vieux temps les bacs des disquaires. Ces pressages de 180 grammes revêtues de leurs belles pochettes originales mettent l’eau à la bouche. Jean-Paul vient même de se procurer “Sonny Stitt with the New Yorkers“, un disque que le saxophoniste enregistra en quartette pour le label Argo à New York en 1957. Des plages rééditées avec beaucoup de soin par Jazz Wax Records et qui, tombées dans le domaine public, sont fréquentables en toute légalité.

Andy Sheppard

LES CONCERTS DE FEVRIER

-Deux pianistes au Duc des Lombards le 3 pour dialoguer, s’amuser, inventer. Alexandre Saada rencontre Philippe Baden Powell pour des échanges et des développements pianistiques que l’on espère passionnants.


-Membre des formations de Carla Bley et partenaire occasionnel de la pianiste Rita Marcotulli, le saxophoniste Andy Sheppard est attendu au Sunside le 3 et le 4 avec les musiciens de “Movements in Colour“, album qu’il a publié l’an dernier sur ECM. Autour de lui, le joueur de tablas et percussionniste indien Kuljit Bhamra, les guitaristes Eivind Aarset et John Parricelli et le célèbre contrebassiste norvégien Arild Andersen.


Laïka Fatien-Toujours le 4, à l’Hôtel Bel-Ami, 7-11 rue Saint Benoît 75006 Paris, Laïka Fatien pose sa belle voix sur le répertoire de Billie Holiday qu’elle célèbre dans “Misery“, disque publié en 1998. Avec elle, le pianiste Pierre-Alain Goualch au piano, Darryl Hall à la contrebasse et Matthieu Chazarenc à la batterie.

Aldo Romano


-Les 5, 6, 8 et 9 février au Sunside, le batteur Aldo Romano réunit les musiciens de l’ensemble Hymne au Soleil pour fêter la sortie chez Dreyfus de son nouvel album, “Origine“, arrangé par le saxophoniste Lionel Belmondo. Outre ces derniers, l’incontournable Stéphane Belmondo au bugle, Thomas Savy à la clarinette basse et Franck Avitabile au piano complètent la formation.


François Couturier-A l’occasion de la sortie chez ECM d’“Un jour si blanc“, François Couturier donne le 8 un concert de piano solo à la Maison de la Poésie, passage Molière, 157 rue Saint Martin 75003 Paris. Second volume d’une trilogie commencée avec “Nostalghia“, la musique de ce disque dont le titre évoque un poème du père du cinéaste Andreï Tarkovski, est décrite par le pianiste comme « une promenade calme de l’aube au crépuscule dans un monde idéal. » Lune de Miel, L’intemporel, Sensation et Un jour si blanc en sont inoubliables.


-Le Surnatural Orchestra au Studio de l’Ermitage le 9. Collectif de plus de vingt musiciens, ce grand orchestre qui est aussi une fanfare à la musique épicée, aux couleurs vives et élégantes, séduit par la qualité de ses spectacles, véritable mise en scène d’un univers musical festif qui évoque les riches heures du cirque. – Egalement le 9, et toujours à l’auditorium St Germain (4 rue Félibien 75006 Paris), Oncle Antoine alias Antoine Hervé consacre sa belle histoire (une leçon de jazz, faut-il le préciser) au compositeur et saxophoniste Wayne Shorter.

Edouard Ferlet -Le quartette d’Edouard Ferlet au Duc des Lombards le 10. Airelle Besson (trompette, voix), Alexandra Grimal (saxophones, voix) et Fabrice Moreau (batterie) entourent le pianiste dans “Filigrane“, voyage onirique d’une écriture très personnelle que le groupe nous invite à découvrir sur scène.

- Le même soir au Sunset, le jazz se mobilise pour Haïti et les victimes de son tremblement de terre. Avec le Rhoda Scott “Lady“ Quartet (Sophie Alour, Lisa Cat-Berro, Julie Saury) et le Stefan Patry Trio. Entrée 20€. La recette sera entièrement reversée à la Fondation de France. - Toujours le 10, mais au Baiser Salé et à 19h30, le contrebassiste Michel Zenino invite le pianiste Alain Jean-Marie à partager intimement avec lui quelques standards.

Kristin 2

-Kristin Asbjørnsen et Tord Gustavsen au New Morning le 11. Avec sa voix rauque et sensuelle, elle fait merveille dans le dernier album ECM du pianiste (ma chronique dans le dernier numéro de Jazz Magazine/Jazzman). Plutôt ancré dans la world music, le dernier opus de la chanteuse norvégienne “The Night Shines Like the Day“ contient de magnifiques chansons aux arrangement élaborés. Profitons de son séjour parisien pour la découvrir sur scène.

- Toujours le 11, Alexis Tcholakian se produit en trio au Sunside avec Claude Mouton à la contrebasse et Thierry Tardieu à la batterie. Les amateurs de piano ne manqueront pas d‘écouter ce mélodiste qui fait si bien chanter son instrument.

Pat Metheny 02

-Pat Metheny à l'Olympia le 13. Inauguré à Coutances le 30 janvier, le Pat Metheny Orchestrion Tour se poursuit en France et s’achèvera en mai au Town Hall de New York. Metheny est seul sur scène avec ses guitares et de très nombreux instruments qu’il pilote par ordinateur. Récemment publié sur Nonesuch Records, son nouvel album donne une assez bonne idée de la musique qu’il interprète, mais il faut voir le guitariste la faire jouer par ses robots en concert.

Grace Kelly

-Grace Kelly n’a que 17 ans. Elle chante, joue du saxophone ténor, de l’alto, de la flûte, de la clarinette, du piano et un peu de batterie. Née Grace Chung (elle porte le nom de son beau-père qui l’a légalement adoptée), cette jeune artiste d’origine coréenne a étudié le saxophone avec Lee Konitz et Jerry Bergonzi et joué avec Kenny Barron, Phil Woods, Dave Brubeck, Dianne Reeves qui en disent le plus grand bien. La chanteuse Ann Hampton Callaway lui trouve un immense talent. Pour s’en convaincre, on ira écouter ses premiers concerts parisiens au Duc des Lombards les 13 et 14.

Christian Scott©Kiel Scott

-Christian Scott au New Morning le 16 avec les musiciens de “Yesterday You Said Tomorrow“, son (excellent) dernier album : Matthew Stevens à la guitare, Milton Fletcher Jr. au piano, Kristopher Keith Funn à la contrebasse et Jamire Williams à la batterie. Après Wynton Marsalis, Terence Blanchard et Nicholas Payton, il est le dernier trompettiste de la Nouvelle-Orléans à s’affirmer. Articulation parfaite, sonorité claire, attaques puissantes, on attend un concert explosif.


P.L. Garcia ©Marianne Rosenstiehl- Le même soir au Sunside, le compositeur et multi instrumentiste Pierre Louis Garcia (saxophones alto et soprano, clarinette basse) réunit autour de lui les musiciens de son premier album, “Die Grupen“, dont il fête la réédition. Le tromboniste Denis Leloup et le batteur Frédéric Sicart ont répondu présents. Philippe Bussonet qui tient la basse électrique chez Magma remplace Dominique Bertram indisponible.

- Le 16 encore, mais au Sunset, le saxophoniste Boris Blanchet retrouve Daniel Jeand’heur, le batteur de “Soul Paintin“ son nouvel album. Inspirés par la musique de John Coltrane, les deux hommes proposent « une aventure musicale et humaine, chaleureuse, voire brûlante, aux effets sismiques irrésistibles » selon le communiqué de presse. Les amateurs de sensations fortes seront au rendez-vous.

Antonio Farao-Au Duc des Lombards les 17 et 18, le pianiste Antonio Faraò retrouve le contrebassiste Dominique Di Piazza et le batteur André Ceccarelli pour une relecture de leur album “Woman’s Perfume“ consacré à quelques-unes des musiques (il en signa près de 300 !) que le compositeur Armando Trovajoli écrivit pour de nombreux films, le plus célèbre restant “Parfum de femme“ réalisé par Dino Risi en 1974.

-A l’Entrepôt le 18, à la tête de son Duke Orchestra, rutilant big band stratosphérique et ellingtonien de quinze musiciens, Laurent Mignard propose la “Far East Suite“, album culte de 1967 qui reste l’une des dernières grandes suites du compositeur. Elle  s’achève par le fameux Ad Lib On Nippon, illustration musicale d’une tournée de l’orchestre au Japon en 1964.

S. Beuf cover

-Le saxophoniste Sylvain Beuf et son Septissimo (Sylvain Gontard à la trompette, Philippe Georges au trombone, Olivier Zanot au saxophone alto, Michel Perez à la guitare, Yoni Zelnik à la contrebasse et David Grebil à la batterie), donnent leur dernier concert au Café des 3 Arts, 21 rue des Rigoles 75020 Paris, le 19. Enregistré live au Jazz Club de Dunkerke et intitulé "Joy", son prochain album en sextet sort le 23 mars (Such Prod / Harmonia Mundi).

Laurent de Wilde-Carte blanche à Laurent de Wilde au Sunside à partir du 19. Le pianiste qui invite ce soir-là Darryl Hall à la contrebasse et Leon Parker à la batterie, retrouve pour ses autres concerts son trio habituel – Bruno Rousselet à la contrebasse et Laurent Robin à la batterie –  et convie le 20 le tromboniste Glenn Ferris, le 21 la chanteuse Elise Caron, le 27 l’organiste (et pianiste) Emmanuel Bex et le 28 la saxophoniste Géraldine Laurent.


-Le 19 et le 20, Fabrizio Bosso (trompette), Géraldine Laurent (saxophone alto), Henri Texier (contrebasse) et Aldo Romano (batterie) jouent au Duc des Lombards la musique de Don Cherry. Le groupe qu’ils ont mis sur pied s’appelle Complete Communion, titre du meilleur album de la discographie hétéroclite du cornettiste disparu. Un hommage attendu.


Carine Bonnefoy-Le New Large Ensemble de la pianiste Carine Bonnefoy à la Maison de Radio France (studio Charles Trenet) le 20 à 17h30. La pianiste a composé une œuvre d’envergure dans laquelle, outre les cuivres et les anches d’un orchestre de jazz, se fait entendre un quatuor à cordes. L’un des saxophonistes de ce “large ensemble“ de 16 musiciens est Stéphane Guillaume, Prix Django Reinhardt 2009 de l’Académie du Jazz.

S. Kerecki

-Comprenant Matthieu Donarier aux saxophones et Thomas Grimmonprez à la batterie, le trio inventif du contrebassiste Stéphane Kerecki retrouve le 24 au Sunside le saxophoniste Tony Malaby. Occasion d’écouter live une musique sauvage et puissante qui pèse un bon poids de tendresse.


-Le contrebassiste Dominique Di Piazza en trio au Baiser Salé le 24 avec le guitariste Nelson Veras et le batteur Manhu Roche. L’affiche interpelle.


-
Du jazz moderne et novateur le 25 au Sunside avec le groupe Buffalo Collision, quartette réunissant sous la houlette de l’emblématique saxophoniste Tim Berne, le violoncelliste Hank Roberts et deux des membres du trio Bad Plus, le pianiste Ethan Iverson et le batteur Dave King.
OnishiJunko200907
-
Le même soir à 20h00, la Maison de la Culture du Japon, 101 bis quai Branly 75015 Paris, propose un concert en trio de la pianiste Junko Onishi
. Le contrebassiste Yosuke Inoue et le batteur Eric McPherson
accompagnent la dame dont on a pu admirer la technique et la musicalité au Duc des Lombards en mai dernier. Intitulé “Musical Moments“, son nouvel album, le premier qu’elle enregistre sous son nom depuis 1998, sort sur le label Blue Note le 16 février. Vous en lirez prochainement la chronique.

-Duc des Lombards : http://www.ducdeslombards.com

-Sunset - Sunside : http://www.sunset-sunside.com

-Hôtel Bel-Ami : http://www.hotel-bel-ami.com

-Maison de la Poésie : http://www.maisondelapoesieparis.com

-Studio de l’Ermitage : http://www.studio-ermitage.com

-Auditorium St Germain : http://www.mpaa.fr -Le Baiser Salé : http://www.lebaisersale.com

-New Morning : http://www.newmorning.com      -Olympia : http://www.olympiahall.com

-L’Entrepôt : http://www.lentrepot.fr       -Café des 3 Arts : http://lestroisarts.free.fr

-Maison de Radio France : http://www.radiofrance.fr/

-Maison de la Culture du Japon : http://www.mcjp.fr

 

CREDITS PHOTOS : “Lumière club“, Andy Sheppard, Laïka Fatien, Aldo Romano, François Couturier, Edouard Ferlet, Antonio Faraò, Laurent de Wilde, Carine Bonnefoy, Stéphane Kerecki © Pierre de Chocqueuse - Kristin Asbjørnsen © Hans Fredrik Asbjørnsen - Pat Metheny © Nonesuch Records - Grace Kelly © Jimmy Katz - Christian Scott © Kiel Scott - Pierre Louis Garcia © Marianne Rosenstiehl - Junko Onishi © Kunihoro Takoma.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires

mat 02/02/2010 22:49


étrange quête que celle de votre Jean-Paul
Cette rareté de Tony Williams...je l'ai dans un carton et dans un coin de ma mémoire
Une rareté, vraiment ?


LeLoiL 02/02/2010 22:46


Bonjour; toujours un plaisir de fréquenter votre blog. Si votre ami Jean Paul cherche toujours le Tokyo Live de Tony Williams, envoyez le moi: je le vends.
Amicalement