Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 10:25

Cela faisait un moment que Terence Blanchard n’avait pas sorti un album digne de lui. “Bounce“, son dernier opus intéressant date de 2003. Lionel Loueke est déjà le guitariste d’une formation aujourd’hui renouvelée, une sacrée équipe avec le jeune et prometteur Walter Smith III au saxophone ténor et un pianiste pas manchot du tout, Fabian Almazan. Le trompettiste semble avoir pris conscience de la musique un peu mièvre de ses derniers albums. Son requiem pour Katrina (“A Tale of God’s will“) avec orchestre symphonique souffre d’une écriture par trop académique. Blanchard revient donc à des arrangements plus adaptés à ses moyens, laisse le soin à ses musiciens de fournir une grande partie du matériel thématique, lui-même ne signant que trois morceaux. Byus, une composition de Walter Smith III qui ouvre l’album, fait  entendre une musique plus musclée, hard bop modernisé par la guitare de Loueke. Autre nouveauté, la place importante accordée à la voix. Agencé comme une suite, “Choices“ accueille Bilal que les amateurs de nu-soul connaissent bien. Les jazzmen l’ont découvert dans “Mood“ un album du pianiste Robert Glasper enregistré en 2002. Il pose sa voix sur D’S Choice, Winding Roads et Touched By An Angel et chante dans Journey et When Will You Call, l’album s’ouvrant ainsi aux couleurs de la soul. Le trompettiste aurait par contre pu se garder d’inviter le Dr. Cornel West, activiste écrivain philosophe aux discours pontifiants et moralisateurs. Ses récitations de textes cassent un peu le flux musical lorsqu’elles ne sont pas habillées par la musique. Cela mis à part, ce disque regorge de bonne musique. Terence Blanchard conserve Derrick Hodge son contrebassiste et Kendrick Scott son batteur. Derrière cette section rythmique, trompette, saxophone, piano et guitare entrecroisent avec fluidité de savantes lignes mélodiques. Les instrumentaux très réussis restent ouverts à l’imagination des solistes. Terence Blanchard et Lionel Loueke prennent des chorus particulièrement brillants dans Him or Me. Fabian Almazan montre sa sensibilité dans Hacia Del Aire et Touched By An Angel. Magnifiquement arrangé, Winding Roads met en valeur les qualités d’improvisateur de Walter Smith III. Le morceau est de Derrick Hodge qui signe aussi A New World, probablement la pièce la plus funky d’un CD au minutage et à la musique généreuse que l’on aurait tort d’ignorer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires