Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 09:38

MARDI 27 avril

Thomas Enhco, coverLa presse est plutôt sévère avec Thomas Enhco. On lui reproche son conformisme musical, d’être trop doué. L’enfant prodige qui s’est mis au violon à trois ans et au piano à six ne manque pourtant pas d’expérience. Il a étudié avec des concertistes classiques et donné de nombreux concerts. Très à l’aise sur scène, il n’hésite pas à s’adresser au public, cite les noms des morceaux qu’il interprète et joue surtout un beau piano. On y entend les maîtres classiques qui l’ont façonné. On y entend aussi le blues, des rythmes et un vocabulaire harmonique qui appartiennent au jazz. Est-ce faire preuve d’académisme que de choisir le beau comme esthétique, d’exprimer un langage clair, de revendiquer son appartenance à une tradition ? Contrairement à ces musiciens qui pensent se montrer créatifs en faisant table rase, leurs pitoyables grimaces sonores n’intéressant qu’une poignée d’intellectuels terrifiés à l’idée de manquer le coche des avant-gardes, Thomas Enhco exprime son amour de la Thomas Enhco Trio amusique par un piano soucieux de faire entendre de belles notes, de les agencer au mieux sur le plan de la forme. Il subit encore des influences et doit s’en dégager, apprendre à désapprendre pour devenir lui-même, donner des versions inédites et personnelles des grands standards qu’il choisit de reprendre. Si “Someday My Prince Will Come“ son nouveau disque, un enregistrement de janvier 2009 préalablement publié au Japon, n’est que prometteur, le concert qu’il donna au Sunside le 27 avril avec le même trio - Joachim Govin à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie - mit en lumière les progrès du jeune homme et de ses jeunes complices. Disposant d’un merveilleux toucher, Thomas fait chanter ses notes, leur donne de la couleur et phrase avec un grand sens de l’articulation. Il compose de jolis morceaux qui racontent des histoires. Qu’il mette en musique les mésaventures d’une fenêtre Thomas Enhco Trio bagressée par la pluie ou expose le thème d’une mélodie agaçante qui vous trotte dans la tête après un réveil difficile, le propos est toujours poétique. Thomas nous entraîne dans ses rêves, décline des arpèges oniriques, approche les thèmes avec sensibilité et délicatesse. Au violon dans La Vie en Rose, il improvise de longues phrases chantantes après un exposé un peu juste du thème. Contrebasse et batterie aident à les porter. La contrebasse de Joachim Govin est ronde, puissante dans les graves. Le fougueux Nicolas Charlier tempère son ardeur. Bien que la musique classique reste encore très présente dans le jeu de piano de Thomas, ce dernier étonne par sa maîtrise du bop. Le trio reprend Visa de Charlie Parker. La walking bass de Joachim profite au piano espiègle de Thomas qui éblouit par ses voicings, possède beaucoup de force dans les doigts et fait sonner ses notes avec puissance. On surveillera de près ce trio "in progress".

CD : “Someday My Prince Will Come“ (Label AMES / Harmonia Mundi)

Photos © Pierre de Chocqueuse

Partager cet article

Repost0

commentaires

Noé Clement-Teyssedou 28/11/2010 21:03


"Contrairement à ces musiciens qui pensent se montrer créatifs en faisant table rase, leurs pitoyables grimaces sonores n’intéressant qu’une poignée d’intellectuels terrifiés à l’idée de manquer le
coche des avant-gardes, Thomas Enhco exprime son amour de la musique par un piano soucieux de faire entendre de belles notes, de les agencer au mieux sur le plan de la forme."

Vous exprimez très précisément mon opinion sur la musique de Thomas Enhco! Je crois que Thomas ne se prend tout simplement pas trop au sérieux. Et il a raison!


Yann 06/11/2010 17:40


merci pour cet article. Ce pianiste est incroyablement doué, mais en dehors de la simple prouesse technique j'ai été touché par le son et son toucher et dès que j'ai entendu le disque j'ai eu envie
de l'acheter. Le côté classique n'est pas désagréable, même si je ne serais pas contre + de compositions originales.

Merci pour votre post informatif, je ne connaissais pas son histoire, même si j'avais bien perçu le côté surdoué; ce n'est pas probablement ce qui compte le plus d'ailleurs.