Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 09:09
Franck AMSALLEM : “Sings Vol. II” (Fram Music Productions)

Discret, n’aimant guère se mettre en avant, Franck Amsallem fait trop peu parler de lui. Né à Oran, il passa son adolescence à Nice et suivit des cours de piano classique et de saxophone avant de poursuivre ses études aux Etats-Unis, au Berklee College de Boston, puis à la Manhattan School of Music de New York. Il étudia la composition avec Bob Brookmeyer et fit ses classes dans les clubs new-yorkais, apprenant à mettre son piano au service des autres, à servir les mélodies du jazz et leurs interprètes. A 28 ans, il tenta une carrière sous son nom, enregistra avec Gary Peacock, Bill Stewart, Joe Chambers et, avec Riccardo Del Fra et Daniel Humair, réalisa “Years Gone By”, album naguère remarqué par Alain Gerber dans Diapason. Le 12 novembre dernier, au Duc des Lombards, la voix chaude et gourmande de la grande René Marie bénéficiait de la finesse de ses harmonies. Attaché à l’histoire du jazz, à ses standards, à son vocabulaire, le pianiste adore aussi le chant. En 2009, il osait “Amsallem Sings”, disque dans lequel il s’accompagne lui-même au piano. Enregistré en trio, “Sings Vol. II” est infiniment plus réussi. S’exprimant avec naturel, le chanteur ré-harmonise au piano la ligne mélodique des morceaux qu’il reprend. La voix est sobre, jamais maniérée. Comme Bill Carrothers (“Love and Longing” publié l’an dernier), Franck Amsallem phrase comme un instrumentiste. Il connaît et apprécie ces mélodies qu’il admire et réinvente au piano avec ses deux complices, Sylvain Romano dont la contrebasse chante de bien belle façon dans It Could Happen to You, et Karl Jannuska qui marque avec souplesse le tempo, rend toujours fluide la musique. Le disque s’ouvre sur Never Will I Marry, chanson de Frank Loesser extraite de la comédie musicale “Greenwillow” (1960). L’amateur de jazz se doit de connaître la version qu’en donnèrent l’année suivante Nancy Wilson et Cannonball Adderley. Comme les autres thèmes qu’il interprète, Franck Amsallem en a conservé la mémoire. Il les porte en lui depuis longtemps ce qui lui permet d’en donner des versions dans lesquelles il met beaucoup de lui même avec l’émotion qui convient. Au programme, des standards célèbres – Body and Soul, Just One of Those Things (Cole Porter), How Deep is the Ocean –, mais aussi des mélodies plus rares, The Second Time Around que reprit Frank Sinatra et qui est interprété en solo (piano et voix) et Two For the Road, un thème trop oublié d’Henry Mancini. A ce répertoire s’ajoute Paris Remains in my Heart, une composition de Franck qui est loin d’être ridicule au sein de ce florilège que l’on écoute sans se lasser.

Concert au Sunside le 20 septembre avec Sylvain Romano et Karl Jannuska.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires