Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 10:57

Getz People Time, coverLes dernières années de la vie de Stan Getz furent sans doute les plus lyriques de son art. Le saxophoniste maîtrise son instrument au point d’en tirer une sonorité spécifique lui appartenant en propre, un son « brumeux, fantomatique, bouleversant comme un amour perdu et retrouvé » écrit Alain Gerber dans les notes de livret de l’édition originale de “People Time“ publié en 1992. Getz est « The Sound », le chef de file de l’esthétique cool qui, depuis sa version inoubliable de Early Autumn en 1948, fait chanter son ténor mieux que les autres et n’a surtout plus rien à prouver. Lorsqu’il s’attache pour de bon à Kenny Barron en 1986, le bopper trempe depuis longtemps ses phrases élégantes dans le miel. Les disques en quartette, magnifiques, se succèdent avec George Mraz ou Rufus Reid à la contrebasse et Victor Lewis à la batterie. Citons “Voyage“ en 1986, “Anniversary“ et “Serenity“ tous deux enregistrés live au Café Montmartre de Copenhague en 1987. On doit les deux derniers à Jean-Philippe Allard qui en 1991, trois mois avant le décès du saxophoniste, produisit les derniers albums publics de sa carrière. Cette année-là, du 3 au 6 Mars, dans ce même Café Montmartre, les micros de l’ingénieur du son Johnnie Hjerting captent inlassablement la musique. Getz admire son pianiste, le respecte et exige qu’il partage avec lui l’affiche de ces concerts. Malade, il n’hésite pas à s’appuyer sur lui lorsque le souffle lui manque. Il a 64 ans. Un cancer ronge ses poumons. Il a puisé en lui-même des forces insoupçonnées pour graver un mois plus tôt auprès d’Abbey Lincoln“ “You Gotta Pay The Band“ et en trouve d’autres pour défier avec son saxophone les nuits froides de l’hiver danois. D’une tendresse exquise, d’une chaleur à faire fondre la glace, émouvante et intense, la musique qu’il joue tient du miracle. Getz termine ses chorus épuisé par l’effort. Attentif, Barron n’hésite pas à prolonger son discours lorsqu’il le juge nécessaire, dans la première des deux versions d’East of the Sun notamment. Le 5 mars, mécontent de sa sonorité dans Whisper Not, Getz change l’anche de son saxophone et laisse Barron prendre en main le morceau. Styliste raffiné et bopper accompli, ce dernier reste attaché au swing, aux harmonies délicates qui enrichissent son beau piano. Musicien caméléon, il s’adapte à toutes les situations, peut tout aussi bien jouer stride, bop ou adopter des dissonances à la Monk.
S. Getz - People Time, 1991Ce coffret de sept CD (un par set, le saxophoniste n’en a joué qu’un le dernier soir) réunit quarante-huit morceaux. Getz interprète trois fois Stablemates, Soul Eyes, First Song, People Time (une composition de Benny Carter), et quatre fois The Surrey With the Fringe On Top. Aucune de ces versions n’est anecdotique et lorsque Stan Getz et Jean-Philippe Allard préparèrent la première édition en 2 CD de “People Time“ (photo jointe), ils auraient pu en choisir d’autres. Dix thèmes, dont certains joués plusieurs fois, sont également inédits. Parmi eux, Yours and Mine, The End of a Love Affair, Autumn Leaves, Con Alma, You Stepped Out of a Dream. Soir après soir, Getz et Barron les embellissent, dialoguent, échangent des idées toujours nouvelles. Avec eux, la ligne mélodique est toujours célébrée et magnifiée et les ballades, nombreuses, mises à l’honneur. Elles n’empêchent nullement le saxophoniste de s’affirmer fiévreux dans Night and Day, You Stepped Out of a Dream et Bouncing With Bud abordés sur des tempos plus rapides. Stan Getz joue ici contre la maladie qui va bientôt le terrasser. Il l’affronte par la plus belle musique possible et nous donne une leçon de courage. Comme l’a si bien écrit Kenny Barron en 1991, « la musique de cet enregistrement est pure, merveilleuse en dépit de la douleur de Stan ou peut-être à cause d’elle. »

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans La Réédition du mois
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 13:09

Réédité peu avant l’été en catimini sur un label confidentiel, Universal son propriétaire légitime n’ayant pas jugé bon de le faire, cet enregistrement de George Russell pour la première fois en CD, reste une des pièces discographiques majeures de son auteur. Il fait partie des quatre albums que le compositeur grava pour Decca entre le 12 septembre 1958 et le 23 février 1961, date d’enregistrement de ce disque. Moins connu que "New York, N.Y." et "Jazz in the Spage Age", deux opus avec des grands orchestres dans lesquels brille l’élite du jazz de l’époque, "In K.C." enregistré en studio à New York et non à Kansas City, se rapproche beaucoup du précédant, "At the Five Spots", également un disque en studio comme son nom ne l’indique pas. La formation, un sextette, est sensiblement la même. Don Ellis remplace Al Kiger à la trompette, mais on retrouve Dave Baker au trombone, Dave Young au saxophone ténor, Chuck Israels à la contrebasse et Joe Hunt à la batterie, Russell jouant lui-même du piano. Maîtrisant parfaitement son langage, l’auteur de “The Lydian Chromatic Concept of Tonal Organisation for Improvisation“, source des recherches modales de Bill Evans, Miles Davis et John Coltrane traverse alors sa plus riche période créative. Il fait partie de cette avant-garde qui, loin du free-jazz et son refus de tout ordre esthétique, cherche à explorer l’harmonie vers plus de liberté. Organisateur de sons, (« Une liberté sans logique amène le chaos » déclare-t-il à cette époque), s’appuyant sur le vocabulaire du bop dont il connaît toutes les arcanes, il propose un langage dans lesquelles les ambiguïtés harmoniques deviennent claires et fluides au sein même d’improvisations foisonnantes. Savants désordres aux audaces étonnamment modernes, le programme de ce disque repose sur des thèmes aux constructions rigoureuses. Russell en emprunte un, le plus beau de l’album, à Carla Bley. Les deux ingénieuses compositions de Dave Baker, Sandu de Clifford Brown et Tune Up d’Eddie « Cleanhead » Vinson ne relèvent pas de la même écriture, mais Russell les transforme, leur donne des couleurs nouvelles et éclatantes.
Meilleurs morceaux : War Gewessen, Rhymes, Theme.

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans La Réédition du mois
commenter cet article