Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 00:00

Delbecq-Houle--cover.jpgBenoît Delbecq travaille avec François Houle depuis 1996. Lorsque la distance le lui permet. Directeur artistique du Vancouver Creative Music Institute et grand clarinettiste, ce dernier joue aussi bien Mozart que Messiaen, du jazz que du classique. C’est à l’occasion de quelques concerts donnés en France en janvier 2011 que cet album, leur troisième, a été rendu possible. “Dice Thrown” leur précédent, date de 2002. Neuf ans donc que Delbecq et Houle n’ont pas joué ensemble, et pourtant les premières mesures de The Mystery Song donnent l’impression qu’ils ne se sont jamais quittés tant la musique se fait inventive et fluide. Duke Ellington l’écrivit pour le danseur à claquettes Eddie Rector au début des années 30, lorsque avec son orchestre, il faisait les beaux soirs du Cotton Club de Harlem. Il le grava pour le label Victor, le 17 juin 1931. Son étrange mélodie chromatique jouée pianissimo par les cuivres ressort ici encore plus mystérieuse. Les notes graves du Bösendorfer 225 se marient à la clarinette dont les aigus, tels des cris de mouettes rieuses, renforcent l’envoûtement. L’autre reprise de cet opus est Clichés de Steve Lacy, un extrait de “Prospectus”, disque de 1982 que le label hatOLOGY réédita en 1999. Benoît a placé dans certaines cordes de son instrument des morceaux de bois ou des gommes qui en modifient le timbre. Il fait de même dans Pour Pee Wee. Simple jeu de miroirs et de résonances, Le bois debout, la pièce la plus courte de l’album, introduit Because She Hoped, composition très lente, presque austère, dont la structure, le fil conducteur reste mélodique. Le morceau privilégie les timbres, les couleurs et abrite des échanges spontanés. Le concombre de Chicoutimi  (dédié au hockeyeur Georges Vezina) et Binoculars semblent également improvisés. Les instruments s’écoutent, se complètent, se lâchent. La musique coule, se déplace avec aisance, le piano se faisant liquide dans un Binoculars onirique. Ando nous entraîne sur des terres africaines. Benoît le joue en solo dans “Circles and Calligrams”, en trio dans “The Sixth Jump”. Son piano préparé devient instrument de percussion, sonne comme un balaphon. Les notes graves font office de tambours. La clarinette se glisse et y trouve naturellement sa place. Les deux dernières plages ont été enregistrées live au Petit Faucheux. Elles s’étalent dans la durée, la scène étant propice aux longs développements. Nancali donne son titre à leur premier album. On mesure le travail accompli : une plus grande expérience, une profonde connaissance de la musique de l’autre. Celle de Benoît est un univers sonore. La clarinette de François s’y intègre avec beaucoup de naturel. Son chant en parfait la musique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Chroniques de disques
commenter cet article

commentaires