Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 09:07
Plaisirs champêtres

Mai : le printemps traine les pieds, fait peu d’efforts pour montrer le bout de son nez sous les pluies, les nuages et le froid. Paris défile beaucoup. Sous des averses et les pieds dans l’eau, les mécontents arpentent les trottoirs. Prudents et malins, les vrais râleurs restent à l’écart. Prenez Bajoues Profondes : il ne lui viendrait pas à l’idée de grossir les rangs des manifestants, de reprendre les slogans éructés par des tribuns juchés sur des sonos montées sur des véhicules aux moteurs polluants et nauséabonds. Installé à la terrasse d’un café lorsque le temps le lui permet, il préfère voir passer les jolies filles, poser ses yeux sur leurs longues jambes amincies aux bains de moutarde qui se réservent pour d’autres défilés. Étrange ce besoin qu’éprouve l’homme de se fondre dans une foule, de faire corps avec elle pour défendre des idées qui sont rarement les siennes. Il déserte toute l’année les clubs de jazz pour rejoindre l’été des méga festivals, perdre son identité au sein de foules immenses qui ne partagent pas forcément ses goûts. Les exigences économiques conditionnent les programmes. L’amateur de jazz ne pouvant remplir seul stades et amphithéâtres, le festival de jazz s’ouvre à d’autres musiques, attire un autre public, aménage des soirées, soul, blues, africaines, réserve des espaces à la chanson française, au rap, au funk. On a beau apprécier le poisson, trouver du thon dans une boîte de sardines ne fait pas très plaisir. Échaudés, les Michu désertent ces grandes kermesses dont raffolent les Dugenoux attachés au plein métissage, à la « ressemblance évitée » érigée en dogme qui fait le bonheur d’Etienne Marcel, bruiteur arc-bouté sur ses propres inventions, et de Bernard dont la dernière œuvre relève du tremblement de terre ce qui ne nous change guère des tempêtes, de la grêle et des vents violents qui tombent sur nos têtes. Monsieur Michu ne sait trop ou donner de la sienne. Il espère l’arrivée du beau temps pour étendre son vieux corps sur les prés de Saint-Germain qui depuis treize ans en mai accueillent un festival à l’échelle humaine. Je n’en partage pas toujours les choix artistiques, mais il apporte chaque année un supplément d’âme et de vie à un quartier longtemps associé au jazz et à son histoire. Du 16 mai au 3 juin le jazz vous y donne rendez-vous. Tâchez d’entendre son appel.

 

QUELQUES CONCERTS QUI INTERPELLENT

Plaisirs champêtres

-Chucho Valdès et ses Afro-Cuban Messengers au Théâtre du Châtelet le 6 mai (20h00), la veille de la sortie d’un nouvel album intitulé “Border-Free”. Dans ce dernier, le pianiste fait tomber les barrières des genres, expérimente différents rythmes, de nouvelles variations harmoniques, et revient à l’improvisation collective. Sa pochette le représente en chef indien, référence aux Black Indians de la Nouvelle-Orléans, mais aussi à ces Comanches qui déportés à Cuba ont fondé des familles. Chucho leur a dédié un morceau. A la tête d’une formation qui peut sonner comme un grand orchestre, il élargit son métissage musical aux musiques d’Amérique du Nord et arabo-andalouse et invite le trompettiste Roy Hargrove et la chanteuse Buika à partager sa quête, cette passerelle entre les mondes que jette sa musique.

Plaisirs champêtres

galement le 6, mais à l’Olympia, Madeleine Peyroux présentera son nouveau disque “The Blue Room” largement consacré au répertoire de deux albums de Ray Charles : “Modern Sounds in Country and Western Music, Vol.1 & 2”. S’y ajoutent des morceaux de Léonard Cohen, Randy Newman, Warren Zevon. Produit par Larry Klein auquel on doit “My One and Only Thrill” enregistrement qui fit connaître Melody Gardot, il contient des plages avec des cordes arrangées par Vince Mendoza. Elles seront présentes à l’Olympia derrière la chanteuse et ses musiciens habituels.

Plaisirs champêtres

-Kat Edmonson au Duc des Lombards le 7. Un premier album autoproduit en 2009, la place sur la sellette. La chanteuse se produit alors régulièrement à l’Elephant Room, un club d’Austin. Elle assure les premières parties des concerts de Lyle Lovett avec des chansons originales souvent proches de la country music. On peut les écouter dans “Way Down Low” un second disque toujours financé par ses soins qui vient de paraître. Al Schmitt et Phil Ramone en ont assuré l’enregistrement. Il fait un tabac aux Etats-Unis, renferme des morceaux commerciaux, mais aussi quelques trésors capables de séduire l’amateur de jazz exigeant, sa voix juvénile ressemblant beaucoup à celle de Blossom Dearie. On jugera sa vraie valeur sur scène, l’endroit de vérité.

Plaisirs champêtres

-Aaron Goldberg au Sunside le 10 et le 11 avec Reuben Rogers (contrebasse) et Gregory Hutcherson (batterie), des musiciens avec lesquels il a l’habitude de jouer un jazz moderne inventif et exigeant. L’ancien pianiste de Joshua Redman est depuis longtemps une valeur sûre de l’instrument. Il s’est fait récemment remarqué dans “Bienestan”, un album enregistré en sextette avec Guillermo Klein et “Yes !”, enregistré en trio avec Omer Avital et Ali Jackson, est un de mes Chocs de l’année 2012. C’est toutefois un autre répertoire qu’il jouera avec Rogers et Hutcherson. Outre des compositions originales, Aaron aime relire les standards de la grande Amérique. Il possède une vaste culture, un jeu nerveux et mobile et apprécie le risque ce qui rend ses concerts passionnants.

Plaisirs champêtres

-Sébastien Texier au Sunside le 14. Avec lui les musiciens de “Toxic Parasites” dont la chronique a été très récemment publiée dans ce blog. Alain Vankenhove (trompette, bugle), Bruno Angelini (piano), Frédéric Chiffoleau (contrebasse) et Guillaume Dommartin (batterie) entourent le saxophoniste (alto et clarinettes) dans un répertoire constitué de compositions originales soigneusement arrangées. Ils se réservent de nombreux espace de liberté et approchent les thèmes de façon mélodique, ce qui rend leurs improvisations particulièrement attrayantes. Utilisant au mieux l’instrumentation dont il dispose, Sébastien Texier colore habilement sa musique rendue goûteuse et accessible.

Plaisirs champêtres

-Le même soir le grand Roy Haynes se produit au New Morning à la tête de son Fountain of Youth Band. Son grand âge le contraint à s’économiser un peu, mais il reste le gardien du tempo, possède toujours cette sonorité très mate de caisse claire qui est l’une des caractéristiques d’un jeu varié riche en sonorités contrastées. Les membres de son groupe travaillent avec lui depuis longtemps et le bop moderne qu’ils proposent reste d’une grande efficacité. Au saxophone alto, Jaleel Shaw que l’on a entendu récemment au Sunside souffle de longues phrases mélodiques et logiques. Dans l’ombre du batteur, Martin Bejerano le pianiste est une pointure à découvrir. Quant à David Wong, le bassiste, on trouve souvent son nom associé à l’excellent chanteur Sachal Vasandani.

Plaisirs champêtres

-Susanne Abbuehl au Sunside le 16 pour nous présenter son nouvel album ECM, “The Gift” sorti trois jours plus tôt. Un disque événement car la chanteuse suisse en fait peu, prend son temps pour les peaufiner, mettre des poèmes sur des musiques, et les chanter avec son âme pour en faire vibrer les mots, les napper de douceur. Contrairement à ses deux disques précédents, “April” et “Compass”, elle a préféré écrire toutes les musiques – à l’exception de Soon (Five Years Ago) – rendant ainsi plus personnelles encore ses interprétations, Susanne enveloppant de ses propres mélodies un choix de poèmes de Sara Teasdale, Emily Dickinson, Emily Brontë et Wallace Stevens (In My Room). Avec elle Wolfert Brederode son pianiste habituel, et deux nouvelles recrues appréciables : le trompettiste Matthieu Michel dont le bugle assure une seconde voix mélodique et le batteur finnois Olavi Louhivuori, découvert sur “Dark Eyes”, un album ECM de Tomasz Stanko.

Plaisirs champêtres

-La 13ème édition du Festival de Jazz de Saint-Germain-des-Prés se déroulera du 16 mai au 3 juin. Le batteur Stéphane Huchard ouvre le bal avec un concert le 16 au Café de la Danse. Publié récemment sur le label Jazz Village, “Panamerican” son dernier album apparaît comme le plus intéressant de sa discographie. Stéphane Huchard l’a enregistré à New York avec Chris Cheek (saxophones ténor et soprano), Jim Beard (claviers), Nir Felder (guitares) et notre argentin de Paris, Minino Garay aux percussions. Ils seront avec lui sur scène pour interpréter les compositions débordantes de groove qu’il renferme. Au Sunset, le tremplin Jeunes Talents départagera les 19 et 20 mai six formations dont celle de la chanteuse Lou Tavano dont je pense grand bien. Le 24, dans l’amphithéâtre Binet de l’Université Paris Descartes, le guitariste Biréli Lagrène invite Philippe Catherine et Boulou Ferré à rejoindre son trio. Le 29, l’Eglise de Saint-Germain-des-Prés accueille le trompettiste sarde Paolo Fresu et le guitariste de son Devil Quartet, Bebo Ferra. Le même soir, mais à partir de 22h30, le trio de Paul Lay se produit non loin de là au Madison Hôtel. Avec Clemens Van der Feen à la contrebasse et Dré Pallemaerts à la batterie, le pianiste jouera quelques morceaux d’un nouvel album très attendu. Une programmation que Donatienne Hantin et Frédéric Charbaut, co-fondateurs du festival ont souhaité éclectique. Grâce à eux, Saint-Germain-des-Prés vit une fois par an au rythme du jazz. Qu’ils soient ici remerciés.

Plaisirs champêtres

-Omar Sosa à l’Alhambra (20h00) le 23 et au Théâtre du Vésinet le 24 dans le cadre du Jazz Métis Festival. Compositeur, arrangeur et pianiste, le pianiste trempe depuis longtemps dans le jazz les racines africaines de sa musique afro-cubaine et parvient à créer une world music originale. Hommage au “Kind of Blue” de Miles Davis, “Eggūn” son dernier disque, une commande du Barcelona Jazz Festival, apparaît ainsi comme une œuvre personnelle, les emprunts au trompettiste se voyant dilués au sein d’un savant métissage de musiques. Le large choix de rythmes qu’offrent ses compositions colorées en fait un grand voyage musical. Un piano modal y déploie des mélodies féériques. Joo Kraus (trompette), Peter Apfelbaum (saxophones), Leandro Saint-Hill (saxophones et flûte), Childo Tomas (basse) et Marque Gilmore (batterie) portent avec lui transe et béatitude.

Plaisirs champêtres

-Tom Harrell au Duc des Lombards du 23 au 25 pour six concerts (deux par soirée). Ne manquez pas cette légende vivante de la trompette, qui naguère encore jouait avec les plus grands. Dizzy Gillespie, Horace Silver, Bill Evans, Gerry Mulligan ont bénéficié de sa sonorité moelleuse, de son phrasé toujours mélodique. Harrell travaille avec les mêmes musiciens depuis plusieurs années. Avec Wayne Escoffery au saxophone ténor, Danny Grissett au piano, Ugonna Okegwo (contrebasse) et Johnathan Blake (batterie), il peaufine les arrangements de ses propres compositions. Cinq albums de ce quintette ont vu le jour depuis 2007. Le dernier s’intitule “Number Five” et sur scène Tom en reprend de larges extraits.

Plaisirs champêtres

-Christian Escoudé présente son nouveau disque au Sunset les 24 et 25 mai. “Saint-Germain-des-Prés” rassemble des compositions du pianiste John Lewis qui nous sont bien sûr familières. Django, Afternoon in Paris, Concorde, Skating in Central Park, un thème composé pour le film de Robert Wise “Odds Against Tomorrow” appartiennent à l’histoire du jazz et ne seront jamais oubliés. Le guitariste reprend ces mélodies avec finesse, en cisèle les contours, les fait revivre avec une fine équipe de musiciens. Présents lors de son enregistrement, Lew Tabakin, Stéphane Belmondo, Thomas Bramerie et Billy Hart cèdent saxophone, trompette, contrebasse et batterie à David Sauzay, Yann Loustalot, Pierre Boussaguet et Bruno Ziarelli. Christian conserve toutefois la seconde guitare de l’album confiée à Jean-Baptiste Layla. On ne peut que s’en réjouir.

Plaisirs champêtres

-Installé à Paris depuis 2008 et auteur de trois albums aux harmonies luxuriantes qui témoignent de l’influence prépondérante de la musique classique européenne sur ses compositions, le pianiste Nicola Sergio et ses invités donneront deux concerts le 26 au Sunside (18h00 et 20h30) au profit de l’association Partage dans le Monde afin de financer une mission médicale et la rénovation d’une école au Népal. Sofie Sorman et Adrien Néel (chant), Yuriko Kimura (flûte), Christophe Panzani (saxophone), Yoni Zelnik (contrebasse) et Luc Isenmann (batterie) participeront à cette soirée de soutien humanitaire qui nécessite votre présence.

Plaisirs champêtres

-Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion du 90ème anniversaire de la naissance du saxophiste Dexter Gordon, l’Espace Daniel-Sorano de Vincennes lui rend hommage le même jour avec à 14h30 la projection du film “Autour de Minuit” suivie à 17h00 d’une table-ronde autour du film en présence de son réalisateur, le cinéaste Bertrand Tavernier, et de Maxine Gordon, l’épouse de Dexter. Enfin, à 18h30, le saxophoniste ténor Lew Tabackin épaulé par Vincent Bourgeyx au piano, Pierre Boussaguet à la contrebasse et Mourad Benhammou à la batterie, reprendra le répertoire d’un des plus célèbres albums que Dexter enregistra pour le label Blue Note : “Our Man in Paris”.

Plaisirs champêtres

-C’est un quartette interpelant qu’a mis sur pied le batteur californien Willie Jones III pour rendre hommage à Max Roach dont il partage la précision rythmique et à Clifford Brown, météorite de la trompette jazz trop tôt disparu. Avec lui au Sunside le 27 : Jim Rotondi, trompette reconnu qui fit ses armes auprès du grand Ray Charles, le pianiste Anthony Wonsey, musicien discret naguère associé à Nicholas Payton et à Wallace Roney, et la contrebasse solide de Chris Thomas. Après avoir joué avec Milt Jackson, Willie Jones III a été membre du groupe d’Arturo Sandoval et du quintette de Roy Hargrove. Pimenté de grooves latins, son drumming bien trempé dans le swing et le bop moderne ne manque pas de finesse.

Plaisirs champêtres

-Jazzman impénitent, René Urtreger s’offre Roland Garros le 29. Non le Central qui demande d’autres ressources que celles incontestables que possède le pianiste, un combattant et serviteur du jazz depuis son plus jeune âge, mais le Musée de la Fédération Française de Tennis dont la vaste salle accueille des concerts. Cette flamme qui le rend toujours jeune, René l’entretient avec des musiciens qui partagent sa passion pour un jazz qui n’oublie pas son histoire. Pour reprendre la musique d’ “Ascenseur pour l’Echafaud”, film de Louis Malle qui l’a rendu célèbre en 1957, René conserve sa section rythmique habituelle – Yves Torchinsky à la contrebasse et le fidèle Eric Dervieu à la batterie – mais fait appel à la trompette d’Eric Le Lann auteur d’un nouvel opus dont on dit grand bien, et le saxophone ténor d’Olivier Temime, récemment entendu en forme au Sunside auprès de Denise King et d’Olivier Hutman. Un ascenseur pour Roland Garros avec René, c’est approcher le paradis.

Plaisirs champêtres

-Un autre pianiste occupe le Sunside trois soirs de suite, les 30, 31 mai et 1er juin. Laurent de Wilde est en effet incapable de garder longtemps les mains dans ses poches. Il les pose sur des claviers, petits ou grands, en fait sortir des notes et pas n’importe lesquelles. Il aime les tremper dans le blues, leur confier des ballades, les faire sonner comme un balafon. L’afro-beat, l’électro, l’Afrique lui inspirent des musiques. Publié l’an dernier, “Over the Clouds”, déborde d’idées musicales et de bons médicaments contre la déprime. Jérôme Regard joue de la contrebasse et Laurent Robin de la batterie sur Fe Fe Naa Efe un morceau de Fela Kuti. Ce sont eux qui vont accompagner Laurent au Sunside. Ils connaissent son répertoire et sont prêts à nous surprendre. J’en profite pour vous signaler la réédition sur le label Gazebo (l’Autre Distribution) de deux albums de Laurent : “The Back Burner” (1995), et “Spoon-a-Rhythm” (1997), disque renfermant la première version enregistrée d’Edward K. Merci à Hélène Lifar qui me les a fait parvenir.

-Théâtre du Châtelet : www.chatelet-theatre.com

-Olympia : www.olympiahall.com

-Duc des Lombards : www.ducdeslombards.com

-Sunset-Sunside : www.sunset-sunside.com

-New Morning : www.newmorning.com

-Théâtre de l’Alhambra : www.alhambra-paris.com

-Théâtre du Vésinet : www.vesinet.org

-Espace Daniel-Sorano : www.espacesorano.com

-Festival de Jazz de Saint-Germain-des-Prés : www.festivaljazzsaintgermainparis.com

 

Crédits Photos : Chaises du Jardin du Luxembourg © André Kertész – Chucho Valdès, Roy Haynes © Philippe Etheldrède – Madeleine Peyroux © Rocky Schenck – Kat Edmonson © Sacks & Co. – Aaron Goldberg, René Urtreger, Laurent de Wilde © Pierre de Chocqueuse – Susanne Abbuehl © Pia Neuenschwander – Omar Sosa © Ron Jones – Tom Harrell © Angela Harrell – Christian Escoudé © Jean-Baptiste Millot – Nicola Sergio © Marcel van den Broek / Challenge Records – Sébastien Texier, Willie Jones III © X/DR.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre de Chocqueuse - dans Edito tout beau
commenter cet article

commentaires

bruno 08/05/2013 13:18

Quelle jolie frimousse, Susanne Abbuehl : ça fait pas mal aux yeux de la regarder.
Ni du reste aux oreilles de l'écouter !

bruno 06/05/2013 09:56

Joli défrichage;soirées ô combien alléhantes !!